Bon, cette fois, je panique

07/04/2014
Bon, cette fois, je panique
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 4,00 out of 5)

Il y a la hausse du cancer : le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) prévoit encore une hausse moyenne de 75 % d’ici 2030.

Il y a la progression affolante de la maladie d’Alzheimer, qui touchera 250 millions de personnes en en 2040, selon le World Alzheimer Report 2013.

Il y a la progression du diabète, qui devrait toucher 300 millions d’individus au niveau mondial d’ici à 2025, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Il y a l’effondrement de la fertilité des hommes, avec une division par deux du nombre moyen de spermatozoïdes en 50 ans.

Il a l’épidémie d’obésité : 66 % des Américains en surpoids ou obèses, et les pays européens, l’Inde, la Chine, les pays arabes et africains s’engagent dans la même voie.

Etc, etc.

Ces chiffres sont inquiétants. Ils témoignent que l’humanité s’achemine vers une catastrophe sanitaire.

Chacun de nous doit agir à son niveau : en s’informant, en surveillant son mode de vie, en mangeant mieux, en limitant les médicaments inutiles, en essayant d’informer et aider son entourage. Nos Dossiers de Santé & Nutrition, Le Journal de la Médecine Anti-âge et notre magazine Alternatif Bien-Être, fournissent pour cela une aide inestimable.

Mais ce qui me fait vraiment paniquer aujourd’hui, c’est que nous, adultes, sommes en train de condamner à une mauvaise santé des millions de petits enfants, qui ne savent pas, qui ne peuvent pas savoir. On ne peut pas demander à un enfant de 5 ans de lire nos publications et de mettre les conseils en pratique !!

Dès la naissance, devant la télé

Je reviens régulièrement dans Santé Nature Innovation sur la nécessité absolue de prendre le temps de choisir ses aliments, de préparer les repas, de se mettre à table, de s’asseoir pour manger, de mâcher.

Un repas ne doit pas, ne peut pas, durer moins de vingt minutes : c’est de toute façon le temps qu’il faut à l’estomac pour envoyer au cerveau le signal « c’est bon, j’ai eu mon compte ».

Si vous mangez en moins de vingt minutes, vous pouvez sentir physiquement votre estomac plein, vous n’aurez pas cette agréable sensation d’avoir bien mangé, qui est pourtant essentielle pour garantir l’absence de fringale jusqu’au prochain repas.

Or, dans ce processus de bien manger, il est indispensable qu’il y ait une cohérence entre vos sens : votre premier organe de la faim, ce sont vos yeux ! Ce sont eux qui, en voyant la nourriture, déclenchent le travail préparatoire de l’estomac, stimulent vos glandes salivaires, excitent vos papilles, téléguident votre cerveau pour choisir vos plats et vos portions.

Si vous mangez les yeux braqués sur la télévision, sur votre ordinateur, votre smartphone, ou même un simple journal, vous perdez le contrôle de ce que vous absorbez : vous ne sentez plus le goût, vous ne maîtrisez plus les quantités.

Or, selon une étude TNS Sofres pour le Syndicat Français des Aliments de l’Enfance (SFAE) réalisée en novembre 2013, 15 % des bébés de quinze jours mangent déjà devant la télé. Et le phénomène ne fait qu’augmenter avec l’âge : 29 % des enfants de 0 à 3 ans mangent devant un écran.

29 %, c’est aussi le nombre d’enfants en surpoids ou obèses dans la population, un chiffre qui a explosé ces quarante dernières années, et qui est la conséquence directe de la perte des repères alimentaires. Le surpoids ou l’obésité des enfants sont plus graves encore que chez l’adulte, car ils entraînent des perturbations du métabolisme qu’il sera pratiquement impossible de corriger plus tard. C’est donc un risque énorme de diabète et de maladies cardiaques.

Des enfants malheureux


Manger devant la télé ne prive pas seulement les enfants d’une bonne santé. Cela les prive d’un moment essentiel d’affection, d’échange et de chaleur humaine.

Selon Jean-Pierre Corbeau, professeur émérite de sociologie de l’université de Tours, c’est même la conséquence la plus grave de la télévision à table :
« Plus dommageable encore, le repas se déroule sans communication, sans partage et sans échange. Boris Cyrulnik, le psychiatre, parle à juste titre des « nourritures affectives ». Manger, c’est être avec les autres et échanger autour de la nourriture », explique-t-il [1].

 

Les enfants de moins en moins endurants

Les conséquences de ces mauvaises habitudes ont des résultats visibles sur les capacités physiques mêmes de l’espèce humaine, qui sont en déclin : les enfants actuels mettent en moyenne 1 min 30 de plus que leurs parents au même âge, il y a 30 ans, pour courir 1,6 km !

C’est la nouvelle calamiteuse révélée par une grande étude australienne qui vient de sortir [2].

Ces résultats sont particulièrement pathétiques à une époque où le sport a été érigé au rang de nouvelle religion, où la moindre commune n’hésite plus à s’endetter pour construire un stade pharaonique, où les seules valeurs dont osent encore parler les politiques sont celles du sport, présenté comme la solution miracle à tous les problèmes sociaux, de la délinquance au racisme en passant par la perte de fierté nationale et l’oubli de La Marseillaise !

En réalité, cette apparente passion pour le sport passe surtout par des millions de postes de télévision allumés les soirs de match, et des déchaînements violents, que l’on ait « gagné », ce qui implique de tout casser pour fêter la victoire, ou « perdu », ce qui implique aussi de tout casser pour passer sa déception.

Selon le bulletin épidémiologique hebdomadaire, 37,3 % des élèves de 3ème ne pratiquent jamais la moindre activité physique (en dehors des cours d’EPS à l’école), 41 % passent plus de 3 heures par jour devant un écran, et les deux tiers ne consomment ni fruits ni légumes [3] !

Alors oui, vraiment, lisez nos publications sur la santé mais, surtout, faites-en profiter aussi les personnes autour de vous qui ne le peuvent pas, à commencer par les enfants.

Car de mon côté, vraiment, pour l’avenir de l’espèce humaine, je panique.

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Mangez des fleurs

07/06/2020

Mangez des fleurs ! Les êtres humains, on le sait, étaient à l’origine “chasseurs-cueilleurs”. Sans congélateurs ni conserves, nou...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Manger des peaux de banane

12/11/2019

Oui, c’est possible, et c’est mieux que de les jeter à la poubelle   La banane fait partie de ces fruits, comme le kiwi, dont...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (33 votes, average: 3,27 out of 5)
arrow Lire l’article

Une belle découverte : l’ail noir

23/08/2019

Une nouvelle façon de manger l’ail L’ail noir, kuro ninniku en japonais, est un ail ordinaire (blanc ou rose, de la variété Allium...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (8 votes, average: 2,63 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Bon, cette fois, je panique''
guest
44 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Danielle Lévesque
Danielle Lévesque
5 années plus tôt

Cher M. Dupuis, J’ai un peu tendance à partager votre panique pour l’avenir de l’humanité…Mais je crois que l’information que vous donnez est déjà un encouragement compte tenu du grand nombre de lecteurs qui vous suivent. Mais cela reste un infime % par rapport à la population mondiale! Mais, heureusement vous n’êtes pas le seul dans cette noble « mission. » Aussi, j’ai un commentaire concernant les maladies en croissance rapide mentionnées plus haut, qui vous font paniquer. Sur les 5 que vous énumérez, il y en a 4 qui sont certainement en partie sinon en totalité liées à l’augmentation de la… Lire la suite »

Laurence
Laurence
6 années plus tôt

Malheureusement, le problème est bien plus profond, et bien plus difficile à gérer. Il s’avère que la chimie a tout pourri de nos aliments, et les légumes ne sont pas épargnés, à nos vêtements, meubles peintures, déodorants, etc. TOUT! Et partout sur la planète, puisque les courants continentaux nous font profiter actuellement des restes de Fukushima, entre autres. Bref, la surconsommation de denrées surchargées de mauvaises graisses et de sucres est un gros problème, mais il vient en plus réagir avec ces molécules qui polluent notre atmosphère et tous nos aliments, sans qu’aucune étude sérieuse n’ait été financée à ce… Lire la suite »

eric kalombay
eric kalombay
6 années plus tôt

l’humanité devient de plus en plus inconsciente à force de se distraire au gré des passions. merci de nous réveiller et de nous rattraper!

Dyleine
Dyleine
6 années plus tôt

Bienvenue au club Monsieur Dupuis ! Sur internet une lettre a circulé, que j’ai « personnalisée » et envoyée autour de moi en 2012… La voici, et pourtant elle ne contient « rien » par rapport à « tout ce qui ne va pas dans tellement de domaines » : Je suis fatiguée. Je vais avoir 70 ans. J’ai travaillé à l’école, j’ai «réussi ma carrière» sans l’aide de mes parents. Fille d’ouvrier et de paysanne : non seulement j’en n’ai pas honte, mais j’en suis fière ! Mais, de plus en plus chaque jour, chaque année tout va de travers, les 30 odieuses sont là,… Lire la suite »

Sonia
Sonia
6 années plus tôt
Reply to  Dyleine

Comme on pourrait dire également et résumer: « Je suis tannée d’être tannée! » (tanné = en avoir marre). Déjà si l’on vote, au cautionne tout ce système, on y participe… Ce que l’on mentionne moins souvent car presque tabou, c’est ce qui favorise entre autres ou du moins n’aide pas toute cette inconscience; le Système scolaire… On vous « prend en charge » et pas question d’être un libre libre et autonome! et de ne pas trop réfléchir par soi-même… Ce n’est pas une question, un problème d’individus (autant les enseignants que les enseignés…), mais de système… Rousseau disait si bien à peu… Lire la suite »

Sonia
Sonia
6 années plus tôt

Les enfants ne sont que les symptômes des choix des adultes, le bon exemple ou non des parents! Tout commence dans la famille à laquelle on fait partie, s’identifie, imite…

Ce n’est pas le « méchant » système capitaliste ou les publicités le problème, mais la nature humaine! et pourquoi pouvons-nous être à ce point influençable, conditionnable, ne pas trop réfléchir par soi-même…

raymond SAMUEL
raymond SAMUEL
6 années plus tôt
Reply to  Sonia

Merci de dénoncer les dérives en santé physique. On ne le fera jamais assez. Mais il faut aussi penser à la santé mentale, qui est peut-être plus grave que la santé physique parce qu’une mauvaise santé mentale supprime ou au moins contrarie les possibilités de rétablir la situation. L’omerta existe et aussi l’emprise de l’organisation sociale et des idées fausses (qui servent les intérêts des dominants) dans la cadre de la santé physique, mais elle est beaucoup plus forte lorsqu’il s’agit de la santé mentale où, de plus, jouent à fond les tabous. Ainsi la réflexion sur la santé mentale… Lire la suite »

Prevot
Prevot
6 années plus tôt

je suis parfaitement d’accord avec vous, mais j’ajouterai un autre aspect, le plus souvent négligé, la pollution, électromagnétique insensée multipliée par plusieurs millions en 10 ans
l’OMS vient juste de reconnaître son influence sur la multiplication des cancers, il était temps
les gens ignorent la plupart du temps comment se protéger, cela ne se voit pas alors on l’ignore
le wifi est extrêmement dangereux, mais c’est si pratique ; pour ceux que cela intéresse voir le site de IGA, je n’ai pas d’autres indications à donner mais on peut trouver cela sur Google

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda