« Beau, riche et célèbre »

15/11/2018
« Beau, riche et célèbre »
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (10 votes, average: 4,80 out of 5)

Mon problème avec le développement personnel

Ces derniers temps, j’écris plus souvent sur la psychologie, et je reçois des demandes de conseils en « développement personnel ».

Désolé de vous décevoir peut-être, mais j’ai un problème avec ça.

C’est instinctif.

Quand je vois les « coachs », les « éclaireurs de conscience », les « éveilleurs », qui nous annoncent, à grands coups de marketing, l’assurance d’une vie épanouie, en étalant leurs réussites, sur tous les plans… je n’y crois pas.

  • Ils ont beau avoir l’air heureux, souriants avec leurs dents blanches, jeunes et riches…
  • Ils ont beau nous expliquer qu’ils partent en vacances quand ils veulent, qu’ils ont l’amour, un boulot qu’ils adorent et qu’ils pètent la santé…
  • Qu’ils se sont détachés de toutes les contraintes qui nous lient, nous, les gens « comme les autres » qui n’avons rien compris…

Je n’y crois pas.

Mon début de semaine catastrophique

Pour moi, le bonheur ne consiste pas à effacer tout ce qui paraît négatif dans notre vie.

C’est impossible de toutes façons. Prenez mon cas…

Ce lundi matin, je pars au travail avec la voiture de ma femme.

En montant sur l’autoroute, je m’aperçois qu’il n’y a quasiment plus d’essence dans le réservoir. Mon petit garçon (que je dépose à l’école en chemin) se renverse dessus un thermos de café heureusement froid. Cris, pleurs. Je vais devoir trouver d’urgence un endroit où m’arrêter.

Je redresse la tête et c’est alors que je me fais flasher par un radar. J’étais à 70 km/h, la limite ayant été fixée par quelque gendarme facétieux… à 60 (sur autoroute !) : 2 points de permis.

Comme j’étais de bonne humeur, j’ai pu voir le comique de la situation.

C’était comme si un petit diable malfaisant, comme dans Tintin, s’amusait à me piquer un peu partout avec sa fourche. Je me suis mis à rire.

Pas toujours facile de rire

Dans la vie, trop de petites choses peuvent mal tourner : dans la famille, la santé, le travail, le monde autour de nous.

Et quand l’avalanche nous tombe dessus, les injonctions du type « décide-toi, pense positif, médite, reste zen, fais un stage, lâche prise, vis la pleine conscience » ne marchent pas.

Ce qu’il faut dans ces cas-là, c’est une philosophie personnelle qui nous permet de regarder le problème en face, l’intégrer dans notre vie, et repartir.

Admettre que nous pouvons être victime, et que ce n’est pas agréable

Concrètement, plutôt que d’espérer devenir Superman, je préfère admettre que nous sommes vulnérables, que nous pouvons donc être victimes parfois.

Dans ces moments, il est important de se reconnaître le droit de souffrir. Non, ce n’est pas une marque de faiblesse, ni de bêtise. Quelqu’un d’autre que nous ne s’en serait pas forcément mieux sorti.

On a alors besoin de retourner chez soi, dans son village, la maison de son enfance, pour pleurer, se reposer. Notre cœur est ainsi fait que nous avons besoin de temps pour traverser les phases du deuil, qu’il soit physique, sentimental, professionnel ou autre.

Deuil d’un être, ou d’une situation aimée. Deuil de nos illusions. Deuil d’un idéal abîmé. Voir les livres d’Elizabeth Kübler-Ross, où elle détaille les phases communes du deuil : déni, colère, tristesse, acceptation.

L’important, c’est de ne pas en faire une affaire personnelle.

Trouver la force de ne pas condamner en bloc la vie, le monde et tout l’Univers parce que nous souffrons, et que cela contrarie notre désir (infantile) de « vivre la vie de nos rêves ».

« Je me méfie de celui qui dit être arrivé »

Souvent les experts du développement personnel prétendent montrer la voie pour « arriver au succès ».

Mais est-ce qu’on arrive, un jour, au succès ?

« Celui qui me dit qu’il est « arrivé », je m’en méfie car il y a de fortes chances qu’il se soit égaré en route ou qu’il se berce d’illusion », dit la psychologue Elisabeth Berger.

En effet, le succès n’est pas une chose qu’on atteint une fois pour toutes, une fois qu’on a le bon job, le bon physique, le bon état d’esprit, le bon conjoint et la bonne voiture.

Le succès, c’est d’arriver à choisir. Choisir les parties de nous-même qu’il faut travailler, faire évoluer, comment, dans quel ordre.

L’objectif raisonnable à se fixer est de limiter la souffrance à ce qui est nécessaire, sans en rajouter nous-même.

Par exemple : parvenir à ne plus nous rendre malade de ne pas être ce que les autres voudraient que nous soyons : notre père, notre conjoint, notre patron, nos voisins…

Ne plus dépenser notre énergie à se flageller parce que nous ne sommes pas « aussi bien que » telle autre personne.

Analyser dans notre vie ce qui peut être corrigé, amélioré, et le faire, surtout si c’est un tout petit pas.

Ne plus chercher des excuses à nos atermoiements, nos stratégies d’évitement et d’auto-sabotage. Apprivoiser nos faiblesses, oser les regarder en face pour en tenir compte quand nous faisons des choix.

S’approcher d’un tas de fumier n’est jamais agréable

Comme nous vivons souvent sur un tas de fumier en nous bouchant le nez, les yeux et les oreilles, il ne faut pas s’étonner que cela sente mauvais quand nous décidons, enfin, d’aller voir de plus près.

Ce travail-là n’est pas agréable.

Il n’intéresse donc pas grand monde :

« Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire. », disait C.G. Jung.

Il faut de l’humilité, de la patience. Il faut reconnaître nos limites et avoir le courage d’explorer la part d’ombre qui est en nous.

L’ombre est, par définition, la partie de nous-même que nous ne voulons pas voir. Celle qui nous dérange. Celle qu’on nous a interdit de regarder, pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

L’explorer, c’est la certitude d’avoir mal, d’être triste, et de traverser des passages à vide.

Mais c’est la vraie voie vers plus de lumière.

Zut alors, je me suis mis à faire du développement personnel, sans le vouloir. Je m’arrête tout de suite. Excusez-moi et…

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (10 votes, average: 4,80 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Le singe qui venait de la mer

22/07/2020

Le singe qui venait de la mer En 1960, le biologiste Alister Hardy, spécialiste de la vie marine, suggéra que l’être humain modern...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,50 out of 5)
arrow Lire l’article

“Une bonne épidémie pour nettoyer tout ça” ??

08/03/2020

« On est trop nombreux de toute façon »   Propos atroces entendus tandis que je buvais un café au comptoir : – “Bah, le...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (14 votes, average: 3,64 out of 5)
arrow Lire l’article

“Les c***s, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît”

06/03/2020

Ce que Lino Ventura penserait d’Internet   Internet est une machine à apporter, sur nos écrans, tout ce qui se fait de plus a...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (10 votes, average: 4,40 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''« Beau, riche et célèbre »''
guest
43 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
baquedano
baquedano
1 année plus tôt

Je suis tout à fait d’accord. Il faut d’urgence se prendre en main, apprendre à se connaitre pour mieux s’aimer et … finalement apprendre à accepter et à aimer « l’autre » tel qu’il est ! Mais cela nous prendra certainement toute notre vie. Il faudra donc faire preuve de patience, d’écoute, de compassion… Et c’est bien pour cela que nous sommes « ici-bas » : apprendre à aimer pour progresser en tant qu’être humain ! En somme, « partir » meilleurs que nous sommes « arrivés » ! 🙂

Grangié
Grangié
1 année plus tôt

Je m’y suis reconnu tel que je suis devenue

Claire
Claire
1 année plus tôt

L’important est surtout de s’accepter tel que l’on est (et comprendre pourquoi on en est là) même si on est pas devenu beau riche et célèbre.

Marinella
Marinella
1 année plus tôt

En tant que docteur en psychanalyse je ne peux qu’être d’accord avec ce diagnostic : se prendre en charge. Il me semble cependant que nous sommes actuellement dans une société qui ne fait qu’attendre de l’assistance car les gens se sentent malheureux. Pour beaucoup, rien n’est comme dans l’enfance heureuse au sein d’une famille aimante. E il faut s’adapter. C’est la seule façon de se sentir un peu bien. Le bonheur est en soi, ce n’est pas l’autre (au sens large) qui nous le donne. La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Jean-Philippe
Jean-Philippe
1 année plus tôt
Reply to  Marinella

OK mais quand on est hyper timide (à rougir dès la moindre remarque), compléxé (d’infériorité) et qu’on n’ose pas faire, dire, comment faire ? La société fabrique ces êtres hyper timides, comment y remédier ?

cerise1848
cerise1848
1 année plus tôt

Merci pour ce salutaire article !

Ben
Ben
1 année plus tôt

Je vous trouve dur et caricatural au début de votre article et je vous trouve juste à la fin de celui-ci. Monsieur Dupuis, vos enrichissants conseils vous mèneront à l’arrivée, n’est ce pas?

Claire
Claire
1 année plus tôt
Reply to  Ben

Bien vu Ben.

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda