Aucun lien entre notre personnalité à 77 ans et à l’adolescence

26/03/2017
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,5 / 5)

Une étude menée par l’université d’Édimbourg, la plus longue jamais réalisée sur le caractère humain, a montré que notre personnalité à 77 ans navait pratiquement plus rien à voir avec celle que nous avions à 14 ans [1].

Cette étude a commencé en 1947 et les participants ont été recontactés soixante-trois ans plus tard, en 2016.

Les chercheurs ont étudié six pans de la personnalité : la confiance en soi, l’égalité d’humeur, la persévérance, l’originalité, le désir de réussir, l’intégrité.

Ils n’ont retrouvé aucun lien entre ce qui avait été constaté par des observateurs extérieurs en 1947 et en 2016, sauf une légère tendance concernant l’égalité d’humeur. Pour le reste, ces aspects de la personnalité des gens avaient totalement changé.

La personne que vous étiez à l’adolescence n’a donc que très peu d’influence sur celle que vous allez devenir plus tard !

Message d’espoir

Cela est un immense message d’espoir lancé à l’humanité.

En effet, l’adolescent le plus timide, mélancolique, renfermé, a tout autant de chances de devenir une personnalité extravertie, joyeuse, ouverte et appréciée qu’un autre.

Il faut le dire à nos jeunes. Qu’ils ne se laissent pas impressionner par l’image parfois négative que leur renvoie le miroir à l’âge difficile de 14 ans. Ce n’est pas cela qui définira leur avenir.

Les plus paresseux peuvent devenir les plus entreprenants. Les plus peureux peuvent devenir les plus courageux. Les plus tristes peuvent devenir les plus heureux.

De même, d’un point de vue global, concernant l’avenir de la société, cela change tout.

Cela veut dire qu’on ne peut pas prédire ce que sera le monde de demain en observant les adolescents d’aujourd’hui.

Que reste-t-il de ce que nous étions ?

Comme moi, vous avez certainement eu un choc la première fois que vous avez vu la photo de votre père sur son permis de conduire : « Quoi, Papa, c’est toi ça ? »

Et ne parlons pas de la photo du mariage de nos grands-parents. Celle des miens était suspendue religieusement dans leur salon. Mais, dans nos yeux d’enfants, ces jeunes en noir et blanc, non, ça ne pouvait pas être Papi et Mamie… La photo datait sans doute de l’époque de Napoléon. Ou de Louis XIV. Peut-être même de Jules César !

Aujourd’hui, c’est mon tour. J’ai l’impression d’avoir gardé à peu près le même visage depuis mes vingt ans, quelques rides en plus, quelques cheveux en moins. Mais ce n’est pas du tout l’avis de mes enfants, qui explosent de rire quand ils voient mes photos de jeunesse.

Au niveau cellulaire, il faut savoir que nos cellules, dans tous nos organes sauf le cerveau, se renouvellent constamment.

Les cellules qui revêtent la paroi de l’intestin ne durent qu’environ cinq jours. Les cellules de la peau sont entièrement recyclées environ toutes les deux semaines. Les globules rouges vivent 4 mois. Les cellules du foie se renouvellent tous les 300 à 500 jours. Les cellules du squelette vivent un peu plus de 10 ans, et celles des muscles des côtes 15,1 ans en moyenne.

Ainsi, notre corps à 77 ans a été intégralement renouvelé plusieurs fois depuis notre adolescence ! Nous ne sommes pratiquement plus du tout le même !

Toutefois, comme les cellules du cerveau ne se renouvellent pas ou beaucoup moins, j’imaginais que ma personnalité n’avait pas changé. J’apprends maintenant que c’était une illusion également.

C’est incontestable : je suis moi… et je ne suis plus du tout moi. Je suis totalement un autre par rapport à celui que j’étais à 20 ans. Quel choc ! Et quelle drôle d’aventure que la vie !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : si vous ne l’avez pas encore reçu, je vous recommande vivement la lecture du livre « Longévité : ce que la science permet d’espérer » du Dr Jean-Paul Curtay.

Ce livre de 193 pages vous dévoile les connaissances scientifiques actuelles les plus poussées sur l’allongement de l’espérance de vie.

Couverture du dossier sur la longévité de Jean-Paul Curtay

C’est une mini-encyclopédie dans laquelle vous retrouvez toutes les explications, les définitions, les mécanismes pour comprendre pourquoi et comment vous pouvez accroître votre longévité.

Vous y découvrez des ressorts biologiques dont l’immense majorité des gens n’ont pas même idée, et cela peut être aussi simple que de modifier le contenu de votre assiette.

Vous y trouverez :

  • Page 11 et suivantes : des témoignages de « supercentenaires » : Jiroemon Kimura (116 ans), Jeanne Calment (122 ans), Luigi Cornaro (102 ans), qui expliquent les choix de vie et les choix alimentaires qui leur ont permis de vivre si longtemps ;
  • Page 22 et suivantes : les conclusions des études sur les animaux qui vivent très longtemps, notamment ceux qui ont cette étonnante capacité à ressusciter, dont je vous ai parlé plus haut ;
  • Page 32 : comment utiliser des substances naturelles, le resvératrol, la quercétine et la curcumine, pour déclencher un processus d’autophagie (autodigestion) de nos protéines endommagées. Il s’agit d’un mécanisme de défense essentiel que l’on retrouve dans les processus de rajeunissement ou d’allongement de la durée de vie chez de nombreux organismes ;
  • Page 33 et suivantes : tout sur les réparations d’ADN et les télomères ;
  • Page 37 : lutter contre les maladies dégénératives des artères, du cœur, des articulations, des nerfs et du cerveau ;
  • Page 53 et suivantes : les moyens dont on dispose aujourd’hui pour ralentir le vieillissement : détoxification, restriction calorique, multiplication des mitochondries par activation SIRT 1/resvératrol, arginine, les supplémentations en magnésium, coenzyme Q10 et phyto-œstrogènes ;
  • Page 65 : les aliments et nutriments qui réparent l’ADN ;
  • Page 68 : les effets de l’astragaloside pour stimuler la télomérase ;
  • Page 75 : les nutriments de la longévité (NAD, vitamine PP, glutathion, sirtuines, tryptophane, méthionine, glutamine…) ;
  • Page 88 : la vitamine E contre les maladies dégénératives ;
  • Page 98 : intérêt de la supplémentation en zinc pour l’activation des gènes, la transcription de l’ADN et ARN, la stabilité de l’ADN et l’épigénétique ;
  • Page 105 : le lycopène, la lutéine, les polyphénols, la N-acétyl-carnitine, l’acide alpha-lipoïque, la chondroïtine sulfate contre les maladies inflammatoires (dont l’arthrose, le psoriasis et la maladie d’Alzheimer) ;
  • Page 126 : découverte du « village des centenaires » d’Acciaroli, au sud de Naples ;
  • Page 129 : l’alimentation anti-inflammatoire qui permet d’avancer plus loin en âge et avec le sourire ;
  • Page 131 : les « bonnes drogues » à consommer sans modération quand on vieillit, et qui permettent de se passer du sucre, de l’alcool et du tabac ;
  • Page 138 : comment pratiquer la « cohérence cardiaque » et méditer pour mieux gérer son stress et optimiser son sommeil ;
  • Page 139 et suivantes : une revue détaillée des nutriments qui ont une influence sur la longévité de l’homme ;
  • Page 142 et suivantes : les complémentations nutritionnelles particulières, adaptées aux personnes stressées, malades, vivant en environnement pollué (grandes villes), souffrant de début de maladies dégénératives ;
  • Page 147 : comment connaître l’intensité de votre vieillissement moléculaire ;
  • Page 160 : l’intérêt de la chélation pour vous purifier des métaux lourds et polluants qui s’accumulent dans les tissus (surtout les tissus adipeux ou graisseux) avec l’âge ;
  • etc.

Toutes les études scientifiques importantes sur la longévité sont répertoriées, et vous disposez d’un glossaire vous indiquant la définition de tous les mots techniques et compliqués liés à la médecine anti-âge.

Vous avez à l’intérieur des années d’expériences à mener, une prodigieuse diversité d’approches, de pistes, de produits, substances, nutriments, pour favoriser votre longévité.

Jean-Marc Dupuis

 

Source : 

[1] Personality Stability From Age 14 to Age 77 Years

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,5 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires

Découvrez les articles qui concernent ...

Dans mon bureau, ça jeûne

04/09/2017

Dans mon bureau, ça jeûne Nous sommes une vingtaine dans mon bureau, moyenne d’âge 30 ans (je suis un des plus vieux). Beaucoup d...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,0 / 5)
arrow Lire l’article

Ce que je mange

29/08/2017

Ce que je mange Chère lectrice, cher lecteur, A chaque repas avec une nouvelle personne, je vois celle-ci épier ce que je vais co...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,5 / 5)
arrow Lire l’article

Stress : découverte majeure !

20/08/2017

Stress : découverte majeure ! Chère lectrice, cher lecteur, Ça y est, des chercheurs confirment que le simple fait de respirer de...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,5 / 5)
arrow Lire l’article

Commentaires sur l'article
''Aucun lien entre notre personnalité à 77 ans et à l’adolescence''

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Aucun lien entre notre personnalité à 77 ans et à l’adolescence"

avatar
Michaël
Michaël

Où peut-on acheter le livre?

alessandro pendesini
alessandro pendesini
Bonjour La configuration neurosynaptique du cortex ne dépend pas du génome (code génétique) qui relève de l’inné mais de l’acquis ! Les gènes contribuent plus à la détermination des traits de personnalité qu’ils ne la dictent. Ce sont ces particularités qui expliquent les différentes personnalités chez les humains. Nous pouvons… Lire la suite »
Pinpin63
Pinpin63

Merci monsieur Pendesini, voilà qui confirme bien que nos enfants ,malgré la même éducation ouverte à tous, ne sont pas égaux et n’auront donc pas les mêmes chances dans la vie puisque presque tout dépend de l’entourage….

Cato
Cato

Merci beaucoup M. Jean Marc pour cet article très éclairant, je suis aussi un 1947.
Allez, bonne et longue continuation.
Cato du Québec

sylvain
sylvain
Ce n’est pas nouveau qu’il n’y a aucun rapport entre notre personnalité à l’adolescence et à l’âge mûre. Cet étude a sans doute un intérêt pour approfondir le sujet et pour trouver des corrélations. Mais donner l’explication par la seule évolution de notre structure biologique, est tomber dans un reductisme… Lire la suite »
Genoud Bernard
Genoud Bernard
Bien d’accord avec les aspects « ISN » santé, nutrition, longévité, thérapie, … mais au niveau de la représentation de l’être il y a grande confusion… La superposition indue entre personnalité et caractère, histoire et personnalité, l’amalgame personnalité et individualité, monde et planète, existence et vie, l’apparence et la forme, le vrai… Lire la suite »
sylvain
sylvain
Je suis d’accord avec vous concernant la confusion (si j’ai bien compris) entre conscience, personnalité et (ce dont on ne parle presque jamais) le « Moi » et la « Conscience de soi ». En revanche, je suis plus mitigé sur ce qu’on appelle « pleine conscience » qu’on devrait appeler « pleine attention », mais c’est un… Lire la suite »
wpDiscuz