Quand les poules mangeaient des escargots…

09/11/2018
Quand les poules mangeaient des escargots…
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)

… les œufs étaient naturellement riches en oméga-3. Que faire aujourd’hui ?

Les oméga-3 sont des acides gras très précieux. La Nature les fabrique à son rythme, dans certaines herbes et certaines micro-algues.

Dans la mer, de petits crustacés ingurgitent ces micro-algues riches en oméga-3. Puis ils sont mangés à leur tour par des poissons. À mesure qu’on monte dans la chaîne alimentaire, les précieux oméga-3 s’accumulent dans la chair des poissons.

Ainsi se concentrent-ils dans celle du saumon, du maquereau, du hareng.

Les oméga-3 dans la chaîne alimentaire terrestre

Le même phénomène se produit sur terre.

Certaines plantes sauvages contiennent naturellement des oméga-3. Elles sont mangées par les escargots, les limaces. Lorsqu’une poule est élevée de façon traditionnelle, à courir librement près d’une ferme, elle va manger ces escargots. Ses œufs seront alors naturellement riches en oméga-3.

On trouve encore des oméga-3 dans la viande de gibier ou dans le lait des vaches qui broutent dans les prairies naturelles et les alpages.

L’alimentation de nos grands-parents était naturellement riche en oméga-3

Le gibier, les œufs, le lait, le fromage, la viande que consommaient nos grands-parents, contenaient naturellement des oméga-3.

Ils n’avaient donc pas besoin de penser à se supplémenter.

Mais que dire de notre nourriture d’aujourd’hui ???

Des saumons nourris avec du porc

Les poissons d’élevage sont, paraît-il, nourris avec des farines animales, de porc et de volaille [1]Au point que musulmans et juifs se demandent s’ils peuvent encore en manger : « Les théologiens musulmans sont partagés », indique Le Point [2].

Mais ce n’est pas encore le pire.

Ces animaux qu’on donne à manger aux saumons, sont eux-mêmes élevés en batterie. Et dans ces batteries, ils sont gavés de tourteaux de soja, de maïs OGM, eux-mêmes dopés aux engrais chimiques et aspergés de glyphosate dans les champs !!!

Dans cette chaîne infernale, qui tourne aussi vite qu’une chaîne de tronçonneuse, les oméga-3 n’ont pas le temps de se former.

Que vous mangiez du maïs en boîte, des côtes de porc ou de bœuf, du saumon ou du bar d’élevage, la qualité nutritionnelle est la même : catastrophique !

Or les oméga-3 ne sont pas une option. C’est une nécessité pour notre santé.

Les oméga-3, indispensables à notre équilibre mental

Les enfants qui manquent d’oméga-3 sont prédisposés à devenir hyperactifs. Les adultes sont menacés de schizophrénie.

En effet, un cerveau qui manque d’oméga-3 ne tournera pas de façon normale.

Les oméga-3 sont des molécules essentielles pour donner de la fluidité à la paroi de nos neurones. Ils permettent aux impulsions électriques de mieux circuler dans les circuits cérébraux. Ce sont les fameuses molécules de DHA (docosahexaenoic acid).

Si vous en manquez, cela provoque des « spasmes » dans le cerveau, qui font naître peur irrationnelle, panique ou rage. On peut les comparer aux spasmes intestinaux des victimes du syndrome du côlon irritable.

Oméga-3, indispensables aux femmes enceintes

Les femmes enceintes ont besoin de beaucoup de DHA pour en transmettre à leur bébé.

Sans apports alimentaires adaptés, des déficits peuvent se produire au dernier stade de la grossesse, au moment où le développement du cerveau de l’enfant est le plus important. Le risque de dépression chez la mère après l’accouchement (post-partum) est alors plus important.

Le DHA étant aussi impliqué dans le développement de la rétine, le manque d’oméga-3 nuira au développement visuel du nouveau-né, qui aura plus de chances de devoir porter des lunettes.

Les oméga-3 EPA pour le système cardiovasculaire

Les oméga-3 d’origine animale se présentent aussi sous la forme d’EPA (eicosapentaenoique acid). Ils interviennent alors dans la prévention des maladies cardiovasculaires :

  • ils fluidifient le sang et diminuent le risque de caillot ;
  • ils contribuent à l’élasticité des vaisseaux sanguins, réduisant ainsi la pression artérielle ;
  • ils réduisent l’inflammation dans le corps, et limitent ainsi la formation de la plaque athéromateuse (plaque artérielle).

Les oméga-3 interviennent dans le système immunitaire et l’inflammation

Les EPA sont aussi nécessaires pour fabriquer des « eicosanoïdes » : prostaglandines, prostacyclines, thromboxanes et leucotriènes. Ce sont des médiateurs (messagers) cellulaires, permettant aux cellules de communiquer entre elles.

Ils régulent l’inflammation dans l’organisme, ce qui expliquerait l’efficacité des oméga-3 pour réduire les problèmes inflammatoires, en particulier dans les articulations (arthrites) et dans les intestins.

Je m’arrête là, car je devine que cette liste risque de vous fatiguer. La question que vous vous posez certainement à ce stade est plutôt : « Comment dois-je faire pour m’assurer de bons apports en oméga-3 ?? »

Animal ou végétal ?

Nous avons donc vu que nous ne pouvions plus faire confiance au premier saumon venu pour être authentiquement riches en oméga-3.

Faut-il se tourner vers les oméga-3 végétaux, pour plus de sécurité ?

On trouve, en effet, des oméga-3 dans l’huile de colza, l’huile de lin, le pourpier, la mâche.

Le problème est que ce ne sont alors ni de l’EPA ni de la DHA. Ce sont des oméga-3 végétaux dits AAL, qui doivent ensuite être transformés par l’organisme.

Si nous parvenons sans trop de mal à faire des EPA, c’est plus difficile pour la DHA, à laquelle il faut apporter quatre atomes de carbone. Ainsi, on estime que seul 1 % des AAL sont transformés en DHA dans notre corps.

La production est d’autant plus difficile que les oméga-3 sont concurrencés, sur cette chaîne, par les oméga-6, qui empruntent la même voie métabolique. Si vous mangez trop d’oméga-6, ce qui est courant dans l’alimentation moderne, ils envahissent la chaîne et bloquent l’arrivée des autres sur le circuit. Vos oméga-3 se retrouvent coincés comme un automobiliste sur une bretelle d’autoroute, cherchant à monter sur le périphérique parisien un vendredi à 17 heures. Ils n’avancent pas !

L’important est donc, certes, de manger plus d’oméga-3, mais aussi de réduire la consommation d’oméga-6 (huiles végétales comme celles de maïs ou de tournesol, germes de blé, soja, pépins de raisin). Il faut manger maximum 5 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3, alors que nous sommes plus couramment dans un rapport de 20 contre 1.

Pour augmenter la consommation d’oméga-3, mangez des œufs de poules nourries aux graines de lin, des poissons gras sauvages, en particulier des petits poissons (anchois et sardines), du gibier sauvage.

Mais il est difficile d’atteindre le bon ratio sans prendre des compléments alimentaires d’oméga-3 de bonne qualité.

Envisager l’huile de krill

Les gélules d’oméga-3 biologiques, purifiés, garantis sans métaux lourds, sont très faciles à trouver dans le commerce. Vous pouvez même choisir entre des gélules riches en DHA (donc pour les fonctions cérébrales) ou plutôt en EPA (cœur et artères).

Pour ma part, je choisis néanmoins une espèce particulière : les oméga-3 issus du krill de l’Antarctique.

Le krill est une crevette qui vit dans les eaux froides des océans. Il vit en essaims gigantesques dans les couches supérieures de l’océan. Un seul banc de krills peut contenir deux millions de tonnes d’animaux.

Le krill se nourrit des micro-algues riches en oméga-3 dont je parlais au début.

Mais comme il se trouve en bas de la chaîne alimentaire, il est remarquablement peu contaminé par les polluants, par rapport aux gros poissons.

Il semblerait que la population de krills ait fortement augmenté dans les océans. Cela s’explique par la baisse du nombre de baleines, qui s’en nourrissent, et de la hausse de la quantité de nitrates dans les eaux. Ces nitrates forment un engrais pour le plancton, dont se nourrit le krill. Il n’y aurait donc aucun problème de « surpêche » en vue.

Les oméga-3 issus de l’huile de krill me semblent donc être le bon compromis d’un point de vue de santé et de respect de l’environnement. On en trouve facilement en boutiques biologiques. Je recommanderais d’en prendre 1 à 3 grammes par jour.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Chanvre et cannabis médicinal

09/10/2018

Clarifier le débat et les espoirs En déplacement en Allemagne, j’ai la surprise de trouver des graines de chanvre au buffet du pe...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 5,00 / 5)
arrow Lire l’article

Ce qu’on peut attendre du ginkgo

02/10/2018

Ginkgo : l’arbre de la circulation sanguine Le ginkgo est un arbre médicinal. De ses feuilles, on extrait des substances qu...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,18 / 5)
arrow Lire l’article

Sulforaphane : il vous protège du cancer, de l’Alzheimer et de la DMLA

28/09/2018

Cette précieuse molécule protectrice se trouve dans les jeunes pousses de brocoli Vous savez que les brocolis, quasi-inexistants ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 2,89 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Quand les poules mangeaient des escargots…''

15
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
Nicolas Duisit
Nicolas Duisit

Bonjour, d’accord avec ce qui a été dit sur la pêche au krill. Pour appuyer ces arguments : https://www.ouest-france.fr/environnement/la-peche-au-krill-un-risque-pour-l-ecosysteme-de-l-antarctique-5618607

Jean-Marc, documentez-vous mieux que ça et ne faites pas un copier-coller de ce que vous trouvez dans Wikipédia si vous voulez que vos lecteurs gardent confiance.

Jos Debouvere
Jos Debouvere

Une petite question concernant l’article « Quand les poules … ». Vous dites que l’homme a du mal à transformer les oméga-3 des plantes (lin, colza, …) en les bons oméga-3 (DHA et EPA). En même temps, vous préconisez donner des graines de lin aux poules pour avoir des oeufs riches en… Lire la suite »

Jean-Marc
Jean-Marc

Conseiller l’huile de krill comme « le bon compromis d’un point de vue de santé et de respect de l’environnement », quelle hérésie ! Je ne doute pas une seconde des biens faits pour la santé de ce produit mais pour ce qui est de l’environnement on repassera. Vous dites « Il semblerait… Lire la suite »

Francis
Francis

Les poules savent très bien manger de l’herbe elles-mêmes. Les fabricants d’aliments pour volailles mettent de la luzerne dans leurs granulés.

Marc
Marc

Merci pour ce rappel, cela me conforte pour continuer de laisser courrir les poules dans leur parc et de ramasser les escargots pour de bons fricots. Cependant je trouve dommage de se tourner vers le krill alors qu’il y a sur terre encore bien d’autres sources… vive les salades des… Lire la suite »

lyne
lyne

On ne comprend plus rien , pleins d’infos différentes , j’ai déjà lu que le krill était menacé par la surpêche depuis quelques années non pas par les compléments alimentaires mais pour nourrir les poissons des fermes d’élevages ,mais bon ils se raréfierait quand même , je mange très peu… Lire la suite »

Cécé
Cécé

J’allais dire la même chose… J’ai déjà lu à plusieurs reprises que les populations de baleines étaient en difficulté à cause des pénuries de krill… Du coup je ne conseillerai à personne de complément alimentaire issu du krill.