Les médecins : jamais malades ?

02/04/2019
Les médecins : jamais malades ?
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,33 / 5)

D’où vient la résistance des médecins aux maladies ?

Une étude anglaise parue en mai dernier dans le British Medical Journal indique que les médecins forment une des professions les moins malades.

Leur taux d’absentéisme pour maladie est deux fois inférieur à celui de la moyenne de la population active (1,2 % contre 2,5 %) [1].

En toute logique, les médecins devraient être décimés dès le début des épidémies, quand tous les malades convergent vers eux !! Mais non, c’est le contraire.

Est-ce dû à l’immunité acquise auprès des malades ? Aux vaccins ? À une meilleure connaissance des symptômes et des traitements, leur permettant de se soigner plus vite et mieux ? À de meilleures mesures d’hygiène ?

Pouvons-nous en tirer des leçons pour notre santé ?

Ce n’est pas l’immunité

L’explication la plus courante est que, à force de soigner des grippes, des rhumes et des gastros, les médecins se constitueraient une forteresse immunitaire.

Si c’était vrai, toutes les personnes régulièrement au contact des malades devraient connaître le même phénomène. Les infirmières, en particulier, qui administrent plus souvent des soins directement aux gens, devraient développer la même résistance.

Mais ce n’est pas du tout le cas !

Dans l’étude anglaise signalée plus haut, les infirmières ont un taux de congé maladie de 4,5 %, soit deux fois plus que le reste de la population et quatre fois plus que les médecins ! Il n’y a que les ambulanciers qui font pire, avec un taux d’absence pour maladie de 5,5 % [2].

Or les infirmières sont tout autant vaccinées que les médecins, et respectent les mêmes règles d’hygiène.

Autres différences

L’article du British Medical Journal signale d’autres différences étonnantes.

Les salariés du secteur privé en Angleterre ont un taux d’absence pour maladie de 1,9 % (donc moitié plus élevé que celui des médecins), et ceux du secteur public de 2,9 % (soit 150 % de plus que celui des médecins).

Or les médecins appartiennent au secteur… public dans ce pays. Ils réagissent donc à l’inverse des autres fonctionnaires !

Le mystère s’épaissit…

Les médecins plus motivés ?

L’article du British Medical Journal ne donne aucune piste pour expliquer ces différences, pas plus que les articles que j’ai recherchés sur ce sujet.

Je me permets donc de tenter une hypothèse toute personnelle.

Se pourrait-il que les médecins soient plus motivés ? Qu’ils aillent au travail quand ils sont malades, tant qu’ils parviennent à surmonter leurs douleurs moyennant un comprimé de Solupred (cortisone anti-inflammatoire), un antalgique (antidouleur), ou en serrant les dents ?

Je sais que mon explication va en énerver plus d’un. On va bien sûr m’accuser de prêcher pour ma paroisse, mes amis et ma famille, laquelle compte beaucoup de médecins, et de diminuer le mérite des autres travailleurs, en particulier dans le secteur public.

Mon but n’est pas de vexer qui que ce soit. Mais j’ai vu autour de moi de nombreux médecins travailler comme des fous, 14 heures par jour, 6 jours sur 7. Jusque dans les années 80, beaucoup se levaient aussi la nuit plusieurs fois pour se précipiter au chevet de malades. Je l’ai vu de mes propres yeux, pendant des années.

C’est une question de tempérament, aussi. Pour entreprendre des études de médecine, il faut un haut niveau d’énergie. Il ne faut pas être effrayé par les heures de travail et les week-ends passés dans les hôpitaux.

Il faut aussi une bonne santé ! Celui qui est souvent malade risque plus d’être recalé aux examens, notoirement sélectifs, pour devenir médecin.

Il me semble que c’est une question de justice que de reconnaître cela aux médecins, même si l’habitude est (à mon avis, trop souvent) de continuer à les considérer comme des « privilégiés », qu’ils ne sont plus aujourd’hui.

Explication psychologique

Mais il y a une autre explication, tenant à une vision très particulière de la médecine (biologie totale), qui dit que toutes les maladies ont pour origine une souffrance psychologique, en général causée par un conflit.

Selon cette théorie, la grippe serait une maladie que l’on attrape quand on souffre d’un conflit de territoire.

Yves Rasir, que j’ai interrogé à ce sujet et qui s’y connaît, m’écrit :

« Quelle est la différence entre un médecin et une infirmière ? Le premier est généralement un patron, indépendant, qui en impose aux patients et au personnel infirmier.

La seconde est une employée, soumise aux médecins et souvent tyrannisée par les patients. Je trouve tout à fait logique que les infirmières soient bien plus sujettes aux petits conflits territoriaux à somatisation respiratoire. Dans la bouche d’une infirmière, on entendra plus souvent : “Je ne peux plus le sentir”, “Il me pompe l’air”, “Le chef m’a prise… en grippe”. »

Intéressant, n’est-ce pas ?

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,33 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Le Roi Lion : un film qui guérit

18/08/2019

Une histoire qui fait du bien, et qui nous indique comment réagir face aux épreuves Le Roi Lion est un des plus grands succès de ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,67 / 5)
arrow Lire l’article

Dans le cœur de bœuf, une molécule qui donne force et courage

17/08/2019

Cette molécule extraordinaire a été découverte dans le cœur de bœuf. Elle donne de l’énergie et aide le corps à se défendre...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,00 / 5)
arrow Lire l’article

Pour la santé de vos enfants, adoptez des cochons

11/08/2019

Comment le plus « sale » des animaux renforce notre santé En randonnée avec mes enfants, nous nous sommes arrêtés dans une ferme ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,75 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Les médecins : jamais malades ?''

16
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
issaly patrick
issaly patrick

Le meme constat peut etre fait dans le monde des chefs d’entreprise ou les arrets maladies sont tres rare. Pour ma part depuis plus de 30 ans, pas un seul jour d’arret. Je travaille bezucoup et a bientot 60 ans, je n’ai absolument aucun probleme de sante, sommeil ou surmenage.… Lire la suite »

Yvan
Yvan

Pour avoir été coiffeurs pendant 50 ans et travailleur autonome pendant 43 ans sans aucune absence pour la maladie et que mon beau-frère travailleur autonome lui aussi a travaillé 40 ans pratiquement sans absence lui aussi. Quand tu dois aller au travail et que c’est obligatoire car personne ne te… Lire la suite »

Marigalaure
Marigalaure

Bonjour,
Je suis kiné, attentive aux messages de mon corps : quand je sens un symptôme, je le traite aussitôt, sans attendre…et le plus souvent, cela enraye le processus pathologique…

Durel
Durel

Je pense qu’il faut faire une distinction entre le secteur libéral (personne pour vous remplacer !) et le secteur hospitalier (public ou privé) notamment pour les infirmières. J’aurais aimé connaître les pourcentage d’infirmières et de médecins libéraux en arrêt maladie. Votre sensibilité pour les médecins en général est un peu… Lire la suite »

Joubert René
Joubert René

Je m’étonne que cette évidence vous aiéchappé: si les médecins se portent mieux, c’est qu’ils évitent soigneusement les effets secondaires
des médicaments qu’ils prescrivent à leurs patients !

pierre montelatici
pierre montelatici

Il est vrai que les médecins sont rarement malade. Ils ont compris qu’il ne fallait surtout pas prendre tous ces poisons que l’on vend sous le nom de médicaments qui ont tous des effets secondaires souvent très graves. Ils font comme moi ils prennent préventivement de la vitamine C à… Lire la suite »

Avez-vous reçu vos

5 dossiers GRATUITS ?

5 Dossiers GRATUITS

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation

Avez-vous reçu nos

5 Dossiers Santé ?

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation

Avez-vous reçu vos

5 Dossiers Gratuits ?

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation