Le sommeil profond : une fontaine de jouvence pour les personnes qui vieillissent

25/11/2021
Le sommeil profond : une fontaine de jouvence pour les personnes qui vieillissent
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)

Le sommeil profond : une fontaine de jouvence pour les personnes qui vieillissent

Les Français dorment mal, et la crise du Covid a encore aggravé les choses.

De nombreuses personnes se persuadent qu’il est “normal” de mal dormir parce qu’elles vieillissent. Elles se rassurent à bon compte, en se disant que les personnes âgées ont moins besoin de sommeil.

En réalité, il est possible de bien dormir, même âgé. C’est même hautement préférable car le manque de sommeil précipite les maladies du vieillissement.

La seule véritable solution aux insomnies est de traiter les causes profondes. Notre cerveau ayant naturellement besoin de se reposer, il faut partir du principe qu’il souhaite dormir, et qu’il en est capable.

Si le sommeil profond ne vient pas, ou s’il s’interrompt très rapidement, c’est que votre cerveau a identifié une urgence encore plus importante que celle de se reposer.

Une urgence qui justifie de vous réveiller immédiatement. Et là, la seule personne à savoir réellement quelle est cette urgence, c’est vous.

Reconnaître la menace, la regarder en face, et ce n’est pas évident. Car nous sommes incroyablement forts pour nous cacher à nous-mêmes nos propres problèmes.

La force psychique la plus importante, c’est le déni. C’est une forme de protection très efficace. Le déni nous permet de survivre face aux problèmes que nous pensons ne pas avoir la force d’affronter. Nous faisons alors comme s’ils n’étaient pas là.

Dans un premier temps, la stratégie peut fonctionner. Mais les problèmes qu’on ne regarde pas en face ne disparaissent en général pas tout seuls. Au contraire, ils ont souvent tendance à grandir, et à devenir de plus en plus ingérables.

Pour rester dans le déni, il faut de plus en plus d’énergie. Car s’aveugler volontairement demande d’enfouir dans notre inconscient des pensées, pour éviter qu’elles ne deviennent conscientes.

Si nous ne faisons rien, un jour ou l’autre la pression devient tellement forte que les idées finissent par sortir malgré tout, comme un gisement de pétrole qui finit par sortir du sol en un jet puissant, comme dans Tintin en Amérique, après des millions d’années de pression accumulée.

C’est la nuit, lorsque nos défenses sont au repos, que ces idées noires surgissent en premier. C’est la mauvaise conscience qui nous assaille. Elle nous réveille, elle nous rappelle qu’il y a un, plusieurs, ou même une multitudes de problèmes urgents dans notre vie, que nous avons voulu laisser de côté :

  • Il y a toutes les choses que nous aurions dû faire, et que nous n’avons pas faites…
  • Il y a, aussi, toutes les choses que nous n’aurions pas dû faire, et que nous avons faites…
  • Il y a toutes nos blessures, nos douleurs, nos regrets, nos angoisses, nos complexes…
  • Il y a toutes les choses, enfin, que nous avons tant envie de faire, et dont nous réalisons que nous ne pourrons jamais les faire, parce que c’est trop tard désormais.

Toutes ces pensées tapies dans l’ombre surgissent dans la nuit et nous attaquent comme des fauves ou des reptiles. Elles nous provoquent des cauchemars où nous sommes agressés par des bêtes sauvages, ou par une foule hostile, riante et grimaçante, parfois composée de nos proches, collègues, amis.

Et alors, exactement comme si nous étions attaqués par un fauve ou un reptile, nous nous réveillons, l’esprit en alerte, ou même paniqués.

C’est alors que nous commençons à penser, penser, penser, et à ne plus pouvoir nous rendormir. Il est quatre heures du matin, ou peut-être même trois heures, deux heures, une heure ou minuit dans les cas les pires, et ça se met à s’agiter dans tous les sens. C’est la “folle du logis” qui s’active.

Et il n’est pas étonnant que les personnes âgées aient plus de mal à dormir : plus notre vie a été longue, plus nombreux, complexes, ou même indétricotables, sont les problèmes dans lesquels nous nous sommes mis.

L’idéal de la vieillesse est de devenir aussi sage que Bouddha, Socrate, Sénèque ou tel ou tel philosophe, Saint, Prophète ou Messie, qui a su si bien agir au cours de sa vie qu’il arrive au contraire au seuil de la mort la conscience parfaitement tranquille, ayant réglé tous ses problèmes, et laissant derrière lui une maison propre, bien rangée et une situation bien réglée et apaisée. Il peut alors s’endormir du “sommeil du Juste”, sans craindre quoi que ce soit.

Mais reconnaissons que nous sommes bien peu nombreux à nous approcher de cet idéal et qu’il est malheureusement fréquent au contraire d’avoir de nombreuses et légitimes sujets de réflexion voire de préoccupation…

A quoi sert la mémoire

Dans ces moments, on aimerait parfois ne plus avoir de mémoire.

Pourquoi être ainsi toujours inquiet, se réveiller la nuit, alors que les animaux, qui sont bien plus en insécurité que nous, dorment d’un sommeil profond ? Les animaux, ou les plantes, les arbres ! Ils sont là, ils vivent, mais ils ne s’inquiètent pas du lendemain. Ce serait tellement mieux !

Mais c’est une méprise.

Les gens imaginent que la mémoire nous sert à nous souvenir du passé.

Mais ce n’est pas à cela que nous sert la mémoire.

Le but de la mémoire, c’est de nous permettre d’extraire du passé des leçons qui nous permettront de mieux gérer l’avenir. Éviter de souffrir à nouveau des conséquences des mêmes erreurs. Renouveler les actions qui nous ont apporté satisfaction et réussite.

C’est pourquoi on peine à s’endormir aussi bien après une terrible déception qu’après un grand succès. Dans les deux cas, notre cerveau s’active pour tirer les leçons, et au cours du sommeil nous les stockons dans notre mémoire à long terme.

Une fois que nous avons tiré les leçons du passé, les histoires cessent de nous hanter. Nous finissons par les oublier. Nous pouvons nous endormir, la conscience tranquille.

Alors bien sûr, pour bien dormir, il faut un bon lit, une chambre calme et fraîche, des rideaux qui occultent bien la lumière, n’avoir pas trop mangé protéiné le soir, avoir bien bu, être passé aux toilettes et avoir évité le sport et les écrans. Mais il n’y a pas de bon sommeil sans une vie qui est, dans les grandes lignes, sous contrôle.

Difficile d’atteindre le sommeil profond quand on vieillit

Maintenant, il est vrai qu’on sait que les personnes âgées ont aussi des raisons physiologiques de mal dormir.

D’abord, il faut savoir que les parties du cerveau qui se détériorent le plus vite sont celles qui permettent un sommeil profond et réparateur pendant la jeunesse.

Ensuite, on sait que les personnes âgées ont plus de mal à produire les ondes cérébrales qui permettent le sommeil profond. Leur cerveau peine à fabriquer les neurotransmetteurs qui font passer du sommeil à l’état éveillé.

C’est ce qui explique cette désagréable sensation de mal dormir la nuit, et d’être fatigué le jour.

Les ondes cérébrales lentes nous aident à transférer nos souvenirs des zones de mémoire à court terme, dans l’hippocampe, vers les zones de mémoires à long terme, dans le cortex préfrontal. Ces ondes cérébrales fonctionnent bien dans la jeunesse mais sont perturbées par l’âge, ce qui explique les problèmes de mémoire.

Malheureusement, comme je le répète souvent, les somnifères chimiques ne rétablissent pas les ondes cérébrales. Ces produits provoquent une anesthésie du cerveau qui cesse de fonctionner, mais sans générer les ondes cérébrales du sommeil naturel. Les très importants processus qui se produisent durant la phase de sommeil profond et de sommeil paradoxal sont remplacées par une forme de paralysie.

Vous êtes inconscient mais votre cerveau n’accomplit pas les fonctions vitales liées au sommeil. C’est pourquoi les somnifères ne procurent pas le sentiment de repos et d’apaisement d’une bonne nuit de sommeil. Au contraire, ils augmentent la sensation de somnolence, fatigue pendant la journée, l’inattention, le manque de concentration. D’où le risque élevé d’accident de la circulation, accident du travail, oublis et lacunes dans le travail de bureau et le travail intellectuel.

C’est une situation pénible que les scientifiques n’ont pas encore résolue… Mais peut-être, un jour viendra… Je vous tiendrai en tout cas au courant de toute avancée sur ce front.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Victoria’s secrets : Pour ou contre les mannequins obèses ?

06/12/2021

Victoria’s secrets : Pour ou contre les mannequins obèses ?   Vous le savez certainement, le monde de la mode est accusé de f...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 3,50 out of 5)
arrow Lire l’article

Comment sauver vos genoux sans abandonner le sport ?

03/12/2021

Comment sauver vos genoux sans abandonner le sport ?   “A force de courir comme un dératé, tu vas te détruire les genoux.” Ce...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Le problème de l’âge

01/12/2021

Le problème de l’âge   Quand j’étais jeune, il était normal d’être parent vers 25 ans, grand-parent vers 50 et, à 70 ans, d’ê...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,00 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Le sommeil profond : une fontaine de jouvence pour les personnes qui vieillissent''
guest
1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Loheac
Loheac
12 jours plus tôt

Merci pour cet article très intéressant et profond sur le rôle exacte du cerveau en dormant !!
une phrase d’Alfred de Musset me reviens à
l’Esprit et j’ai envie de l’écrire
« Epargnes Toi le Tourment de la Haine à défaut du Pardon laisse venir l’Oubli »

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous