Le sens de la vie

22/01/2015
Le sens de la vie
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)

 

Le 6 janvier, je vous ai envoyé une lettre sur l’importance thérapeutique d’avoir un but dans la vie.

En effet, les recherches ont montré que les personnes qui ont un but précis dans la vie vivent plus longtemps et échappent mieux aux maladies.

J’avais donné plusieurs conseils pratiques pour donner du sens à sa vie, même lorsqu’on est malade et fatigué.

Et voilà que j’ai reçu une avalanche de réponses des lecteurs de Santé Nature Innovation. C’est une mine d’or de bonnes idées.

En voici une petite sélection. Vous pouvez retrouver les autres dans les commentaires de l’article, en bas de la page qui se trouve ici.

Monsieur Jasinski : découvrez vos ancêtres et leur histoire !

1 – Faites de la généalogie… ça n’est jamais fini, vous ferez des rencontres, vous découvrirez des membres de votre famille, vous nouerez des liens nouveaux.

2 – Écrivez vos mémoires. Même si personne ne semble intéressé pour l’instant, ça permet de faire travailler votre mémoire et vos descendants seront ravis de vous lire. Et ça n’est jamais fini non plus !

3 – Reprenez ce dada que vous aviez laissé de côté faute de temps. Créez quelque chose, bricolage, peinture, couture, broderie, photographie… Passionnez-vous pour un sujet, vous irez faire des recherches en bibliothèque, vous poserez des questions à droite et à gauche, ça vous amènera à rencontrer de nouvelles personnes.

Madame Yolande M. : s’occuper d’un aveugle

« Pourquoi ne pas aider un aveugle en lui ouvrant son courrier et en lui lisant ; je le fais régulièrement et c’est très apprécié. Faire du bénévolat en oncologie dans un hôpital en étant à l’écoute des patients, c’est réconfortant aussi pour les deux. Merci pour vos lettres, Dr Dupuis, c’est très instructif et très intéressant. Je n’en manque pas une. »

(Note de Jean-Marc Dupuis : pour les personnes qui font du vélo, pensez à rejoindre une association qui propose aux aveugles de les emmener en promenade en tandem ! C’est une activité très appréciée.)

Madame Annie J., militante de la maladie de Lyme

« Bonsoir à tous, je suis atteinte de la borréliose de Lyme ou maladie de Lyme. Dans mon entourage je rencontre beaucoup de malades diagnostiqués ou non. Je peux parler de cette maladie car je la connais bien… errance de médecins en docteurs de tous genres, antibiotiques, huiles essentielles… je connais… Je suis disponible (en retraite) et j’apporte mon soutien à tous ceux qui ont besoin de mon aide autour de cette maladie. Je participe également à l’élaboration d’articles bien ciblés dans des journaux ! Avec d’autres « piqués », nous militons activement pour que cette maladie soit reconnue et surtout pour que les médecins qui nous soignent ne soient pas pénalisés… Alors oui, j’ai un but ! Cordialement à tous. »

Madame Odile R., responsable du jumelage de sa commune

« J’ai 75 ans, des petits problèmes de santé, comme tout le monde, et pourtant je me sens jeune ! Je suis responsable d’un jumelage avec une commune du Burkina et gère un parrainage scolaire d’une centaine d’enfants ; beaucoup d’entre eux m’appellent maman ! Je veux rester en forme pour aller les voir chaque année. Je préside aussi une association d’art plastique et suis des cours de chant. Cela entraîne des rencontres avec des copains, des copines, des sorties, des rires partagés. Et bien sûr je m’occupe de mon petit-fils. J’ai envie que ça dure encore longtemps !!! »

Madame Dominique D. : dévouée à ses animaux

« Bonjour, ayant à la maison des animaux (2 chevaux, 3 ânesses, 3 chiens), je trouve auprès d’eux la force de me bouger chaque jour, car il faut les nourrir, s’en occuper, les soigner et cela représente beaucoup de travail.

Certes, cela est fatigant, surtout quand on prend de l’âge, mais cet amour que l’on partage, cette vie constamment à l’extérieur, fait que je suis bien plus en forme que nombre de personnes de mon âge qui s’encroûtent devant leur télévision, leur ordinateur…

Le fait de devoir travailler chaque jour par n’importe quel temps dehors renforce les défenses immunitaires et évite d’être malade. Cela évite également le surpoids et tous ses désagréments. Je suis parfois bien fatiguée, il est vrai, mais quand je suis dehors sous un ciel étoilé, dans la neige, sous la pluie, je vis et je sais que tous les efforts que je réalise pour mes animaux me maintiennent en bonne santé morale et physique. J’engage tous ceux qui le peuvent à en faire autant. »

Madame Monique G., 72 ans, jeune retraitée

« Jeune retraitée de 72 ans (…) je m’occupe de mes enfants et mes petits-enfants, je gère une location saisonnière de 30 personnes en faisant quelquefois les repas, j’aide mon fils sur son exploitation agricole, je fais partie du CCAS de mon village [Centre Communal d’Action Sociale, NDLR], je joue à la belote tous les lundis avec des amis, je m’occupe bien entendu de mon mari (81 ans) et de l’entretien de la maison, et j’organise la Fête de l’âne et de la mule dans mon village pour sa IIIe édition qui aura lieu le 21 juin 2015, à Ners, dans le Gard. À l’occasion de cette manifestation, nous essayons de promouvoir tous les produits naturels de notre région, voire des régions voisines, et j’espère créer ainsi un marché de produits du terroir qui sera reconnu avec le temps. Les bénéfices (si un jour il y en a) seront destinés à une association que j’ai créée et qui s’occupe de l’intégration sociale d’adultes déficients mentaux, car je suis également famille d’accueil thérapeutique pour 2 adultes handicapés qui font partie depuis plus de 24 ans de notre famille. Après mes 2 premières Fêtes de l’âne où j’ai laissé quelques « plumes », environ 8000 euros de ma poche, pour chacune d’elle, j’ai voulu abandonner, car j’ai dû faire des crédits pour couvrir ces dépenses. Mais j’ai reçu des appels d’exposants, d’éleveurs d’ânes, les enfants de l’école qui me demandaient « c’est quand qu’on voit les ânes ? », et finalement j’ai décidé de faire cette IIIe édition car il me manquait quelque chose, j’avais un vide dans ma vie de tous les jours ! Pourtant j’ai beaucoup de trous de mémoire et je me dis, ça y est, j’ai cette satanée maladie d’Alzheimer ! Mais je me dis « Monique, tu dois positiver et éloigner de toi cette idée », et la vie de tous les jours reprend son cours. »

Madame Gilda, 63 ans : retraitée multi-active :

J’ai 63 ans et pour avoir des buts dans ma vie, je fais :

  • un blog sur lequel je poste tous les jours et où des personnes échangent avec moi ,
  • de la poterie avec des idées nouvelles,
  • des cours de bricolage pour rénover ma vieille maison,
  • des poules, des chiens et les petits oiseaux de la nature ! Ça m’occupe chaque jour …
  • téléphoner aux amis,
  • des projets de voyage,
  • s’instruire sur Internet,
  • se former aux nouvelles technologies ,
  • tricoter ,
  • innover en cuisine ,
  • prévoir des soirées entre amis,
  • planifier les sorties : concerts, théâtre etc.
  • conseil municipal.

Bref ! je ne m’ennuie pas !!!

Monsieur Henri L., 70 ans, sportif et en pleine santé

« En novembre 2015, j’aurai 70 ans, et depuis 32 ans, je m’occupe seul de ma fille handicapée qui est entièrement tributaire de moi.

Il est vrai que je suis extrêmement motivé par l’avenir de ma fille, ce qui me pousse à manger sain, faire beaucoup de sport, et je suis toujours occupé à rénover ma maison avec le projet de faire le tour d’Australie (où j’habite) en camping-car, avec ma fille, et une compagne si j’en trouve une, ce qui n’est pas facile avec une enfant handicapée.

Je suis toujours compétitif en sport, même avec les jeunes, qui ne croient pas en mon âge. Je voulais juste confirmer ce que vous écriviez dans votre lettre sur les bienfaits d’avoir une motivation dans la vie. »

Michèle B., 73 ans, responsable d’associations

« En ce qui me concerne (j’ai 73 ans) je fais partie principalement de 2 associations : d’abord une AMAP [Association pour la Maintien de l’Agriculture Paysanne, NDLR] que nous avons créée à cinq personnes y a 4 ans, et je fais partie d’un SEL [Système d’Echange Local, NDLR] où l’entraide et les relations sont les principaux buts. Cela m’a beaucoup servi pour traverser des épreuves qui me minaient (…). Ceci exposé, mon projet personnel est de continuer à isoler et faire les finitions de mon habitation avec mes très petits moyens. Mais le plus important, c’est vous, car nous pouvons, par la lecture de vos lettres, utiliser les bons outils lorsque leur connaissance nous fait défaut. »

Monika R., mère et grand-mère courage

« Bonjour, cher Jean-Marc Dupuis. Vous êtes devenus depuis mon inscription à vos newsletters pleines de précieux conseils et de bon sens, ma BIBLE ! Et je me réjouis du petit test d’aujourd’hui auquel j’ai remporté une super victoire, ayant choisi de répondre deux fois OUI aux 4 questions posées, tellement c’est évident ! (…) Sentant la retraite approcher, je devenais comme un cheval de course enfermé dans son box avant le départ, et passais en revue toutes les activités que je voulais choisir en étant LIBRE ! Et j’en ai retenu deux : le chant choral pour lequel je n’ai jamais eu le temps, pendant 40 ans de carrière, et l’accompagnement scolaire avec des jeunes collégiens – les deux depuis 14 ans maintenant – et je m’éclate ! Je vais avoir 75 ans cette année et me dis chaque jour que ça doit être une erreur, car sauf quelques pincements par-ci par-là, je suis heureuse de vivre. Seul souci – et de taille – la santé de mon fils, installé avec sa petite famille à Toronto depuis 8 ans, dont les 2 garçons, 5 et 3 ans, montrent des signes d’un léger autisme et, depuis 6 mois, mon fils, leur papa, lutte contre un lymphome ! Inutile de vous dire que nous nous sommes d’abord trouvés, mon mari et moi, au fond d’un océan : plus aucun signe de joie de vivre et la question : “Mais comment ont-ils mérité cela, nos petits ?” Et puis, petit à petit – et notamment grâce à toutes vos explications – nous avons commencé à apprendre à gérer cette situation, en suivant, avec nos enfants, les traitements et progrès des uns et des autres sur SKYPE (quel précieux instrument pour des parents à 8000 km de leurs enfants) et en leur envoyant, forts de vos enseignements, quelques produits naturels pouvant soutenir le système immunitaire. Pour le reste, nous savons qu’ils sont entre de bonnes mains, Toronto étant sûrement une des meilleures places pour la recherche médicale et les traitements personnalisés au monde. Donc, nous avons fait surface de notre désespoir et envisageons l’avenir plus sereinement. Tout n’est pas encore gagné, mais nous sommes confiants et espérons pouvoir leur rendre visite au printemps pour vivre un petit moment avec eux “en vrai”. Ma fille elle aussi ira les voir prochainement, elle suit comme moi beaucoup de vos précieux conseils. Voilà pour mon témoignage. Vous avez joué un rôle non négligeable dans nos moments de détresse et ensuite de regain d’espoir et pour cela, je vous dis très cordialement un énorme MERCI ! Monika »

Monsieur Poissonnet : pratiquez le covoiturage

« Pour aller dans votre sens sur l’article ci-dessus, une bonne idée pour aller bien est de voyager en covoiturage, la rencontre des gens permet ainsi d’être plus positif dans la vie. C’est vrai que d’avoir des projets nous aide à avancer dans la vie. Il faut donner la possibilité aux personnes âgées de pouvoir continuer à vivre en société et non pas isolées. Vos articles sont toujours très justes et surtout proches des gens. Merci. »

Madame Lisette : une vie conjugale longue et heureuse

« Chaque 1er janvier, on fait des listes avec mon mari (43 ans de mariage et de vie commune) : projets personnels, projets de randonnées, et travaux à réaliser dans la maison. On consacre nos journées à lire, marcher, jouer aux échecs (en association), faire de la gym, de la relaxation, de la couture, des soirées entre amis, voir notre famille, aller au cinéma, boire un verre dans un café de la petite ville proche de notre village, cuisiner, donner à manger aux oiseaux (l’hiver), soigner nos poules et chats, donner des coups de main à ceux qui nous le demandent (on nous aide aussi, en retour). Les journées sont trop courtes pour nous, et on prend aussi le temps de s’aimer, de s’embrasser et se dire qu’on a de la chance d’être ensemble, avec nos petits bobos mais en bonne santé quand même. Merci à la vie… »

Monsieur Marc I. : vivre malgré la maladie

« J’ai 66 ans et suis porteur d’une maladie génétique pour laquelle il n’y a aucun traitement par la médecine traditionnelle. Par la même maladie, j’ai un petit neveu qui est malade mental. Vous comprendrez aisément ma volonté farouche de vouloir améliorer mon état de santé (je perdais l’équilibre et n’arrivais plus à écrire à la main). Avec l’aide d’une chiropraticienne, j’ai commencé, il y a un an, des séances de méditation créatrice, une séance par jour, soit aujourd’hui 220 séances et je dois dire que le résultat est spectaculaire ; j’ai une marche rectiligne (alors que je tenais toute la rue comme un ivrogne), mon écriture est assez aisée (au lieu d’impossible il y a un an ), je ne suis plus obligé de surveiller mes pieds pour éviter les chutes… J’ai eu, au printemps, une sérieuse crise de calculs urinaires qui a nécessité une première hospitalisation et une première tentative d’extraction manuelle du calcul qui s’est révélée être un échec, d’où l’obligation de poser une sonde urinaire que j’ai gardée un mois et demi en attendant la deuxième tentative d’extraction. Comme j’étais en pleine méditation pour mon équilibre, je me suis mis à méditer sur mon calcul et, lors de la deuxième tentative, le chirurgien n’a plus trouvé une seule trace de mon calcul : l’immense pouvoir de la méditation créatrice… Je peux développer ce thème dans un autre courrier si cela intéresse quelqu’un. À bientôt et gros merci pour tous vos articles de grande valeur. »

Madame Michèle G. : une déconvenue…

« J’ai proposé de venir voir une personne en maison de retraite n’ayant pas de famille, afin de lui faire une visite régulière, ne l’ayant pas fait pour une ancienne voisine décédée depuis. La directrice a eu l’air abasourdi et m’a dit “on ne fait pas cela ici”. Pourtant, j’avais eu un très bon rapport avec la première dame et je vous assure que je trouvais autant de plaisir qu’elle à lui apporter des nouvelles du quartier ou des émissions de télé ou simplement du temps.

Dans une association, il m’a été proposé de rendre visite à des personnes en fin de vie, avec visite régulière chez un psychologue afin de m’aider à cette démarche. Mais ce n’était pas ma demande. »

Note de Jean-Marc Dupuis : chère Michèle, je suis désolé pour vous que vous soyez tombée face à cette directrice de maison de retraite… Mais c’est forcément une exception. Ne perdez pas courage et essayez de proposer votre aide dans un autre établissement, peut-être un hôpital ?

Un grand merci en tout cas à tous les lecteurs de Santé Nature Innovation de partager leurs bonnes idées. Ensemble, nous sommes plus forts, et nous parviendrons à rendre le monde meilleur.

À votre santé à tous !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
Cliquez ici pour voir les commentaires

Découvrez les articles qui concernent ...

La méthode finlandaise pour baisser de 60 % le risque d’AVC et d’Alzheimer

22/05/2018

Faites-vous plaisir en allant au sauna Chère lectrice, cher lecteur, Des chercheurs finlandais disent avoir démontré que les pers...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,57 / 5)
arrow Lire l’article

Les cinq lettres qui guérissent

08/04/2018

Le petit mot santé plus efficace que les médicaments (et sans effet secondaire) Chère lectrice, cher lecteur, Vous connaissez par...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,54 / 5)
arrow Lire l’article

Traitement efficace de l’acné

06/04/2018

Mieux que le Roaccutane, ces 5 remèdes naturels pulvérisent votre acné Chère lectrice, cher lecteur, J’ai dit beaucoup de mal du ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,29 / 5)
arrow Lire l’article

Commentaires sur l'article
''Le sens de la vie''

Poster un Commentaire

46 Commentaires sur "Le sens de la vie"

avatar
plus récents plus anciens
Daniel PL
Daniel PL

Merci et bravo à tous ces beaux « témoignants »qui sont autant de remèdes a la morisité et aux soucis
de la vie…à chacun d’y retrouver son bonheur de vivre sa vie ! sois heureux et rends les autres heureux !
Je vous aime ! Daniel PL de La Réunion.

Adèle
Adèle

Très intéressant . Comment entrer en contact avec Mme Annie J ,militante pour la maladie de Lyme ?

Luciano
Luciano
Cher J. Marc Dupuis C’est toujours avec un «  »grand » » émerveillement que lis les réponses de vos lecteurs, et surtout de personnes qui ont un handicap, c’est par ces personnes que l’on apprend a surmonter nos «  »petits problèmes » » A 78 ans (en mai!!!) je la chance de résider dans un département… Lire la suite »
Raes
Raes
Bonjour, J’aimerais avoir la possibilité de joindre la dame militante pour la maladie de Lyme. pouvez-vous me renseigner? Il s’agie de Mme Annie je crois. je suis atteinte également de cette maladie et j’aimerais avoir des avis différents ( voir ce que les médecins ont dit à cette dame etc..)… Lire la suite »
Lili-marie
Lili-marie
Bonjour cher Monsieur Dupuis, Je voudrais en savoir plus sur la « méditation créatrice » dont parle Mr Marc I. … est-ce que ça se rapproche de l’hypnose ericksonienne ou cette pratique est-elle encore différente, plus puissante ? Existe-t-il une formation pas trop onéreuse à suivre ? Cela m’intéresse beaucoup pour ma… Lire la suite »
B. SUZANNE
B. SUZANNE

L’article écrit par MARC I., « vivre malgré la maladie, m’a touché. Peut-il nous en dire un peu plus sur la méditation créative ? Afin de soulager une partie de mes douleurs.
Merci infiniment à l’avance.