Le jour où je me suis cassé le cou

09/02/2014
Le jour où je me suis cassé le cou
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,50 / 5)

Voici une histoire vraie à faire lire à vos enfants ou petits-enfants. Peut-être permettra-t-elle de leur éviter, un jour, un regrettable accident. Cette histoire nous rappellera aussi à nous, adultes, combien la vie est précieuse et fragile :
« Me voilà flottant dans l’eau, sur le ventre, incapable de tourner la tête pour prendre ma respiration.

Je sens le courant m’emporter doucement, et je ne peux me redresser pour crier. Mes jambes ne répondent plus. J’essaye de nager, mais mes bras restent immobiles. J’attends que mon père s’aperçoive qu’il y a un problème. Il est à quelques mètres de moi. Mais il ne remarque rien. Quand j’étais petit, je jouais souvent à faire le mort dans l’eau, pour affoler mon entourage.

Au prix d’un effort surhumain, je parviens enfin à pivoter légèrement mon visage. Mes lèvres sortent de l’eau une fraction de seconde : « Au secours ! », je gargouille. Un petit peu moins d’air dans mes poumons. Mais mon père m’a entendu.

Ce fut mon premier coup de chance, après m’être cassé le cou devant près de trente personnes. Toute l’après-midi, j’avais sauté des rochers dans la rivière, de plus en plus audacieux, enivré, souvent seul, et libre. J’avais 26 ans. Je n’avais jamais eu d’accident. Cette année là, la rivière était spécialement gonflée par la fonte des neiges. Elle formait de profondes piscines, creusées dans le granit, chacune avec son mystère, étrangement attirante. Nous appelions ces trous d’eau des « marmites ». Mais, tout comme les accidents de voiture se produisent souvent près de chez soi, j’ai manqué mon saut à l’endroit le plus familier, tout près de là où ma famille et nos amis étaient en train de pique-niquer.

Mon père se précipita dans l’eau et me fit sortir la tête. Aidé d’un ami, ils me tirèrent sur le rivage et me remirent debout. Miracle, pensais-je, je pouvais me tenir droit. Mais je ne parvins pas à bouger mes bras. Je pensais qu’ils étaient cassés. Aucune douleur dans le cou. Je n’avais aucune idée de ce qui m’était arrivé, et je pensais rentrer chez moi pour me reposer en attendant d’aller mieux.

Heureusement, j’étais entouré de gens plus raisonnables. L’un appela l’ambulance, un autre avait son brevet de secouriste. Il me coucha sur le sol et me dit que j’avais sans doute un traumatisme nerveux. L’ambulance arriva et me conduisit en 45 minutes à l’hôpital dans la vallée. Ils me firent une radio de mes mains brisées et, juste au cas où, du cou. Mais quand ils développèrent les images, mes mains se révélèrent intactes. Par contre, ma cinquième vertèbre cervicale avait implosé, compressant ma moelle épinière et provoquant une hémorragie.

Un neurologue m’expliqua plus tard que le canal rachidien était chez moi plus large que la moyenne, ce qui laissait encore de la place à la moelle épinière malgré l’accident. Les nerfs qui partent de cette vertèbre contrôlent les mains. C’est pourquoi j’avais l’impression d’avoir les bras cassés et que je ne pouvais plus les bouger.

Le médecin décida de me faire une intraveineuse de cortisone pour diminuer le gonflement et limiter les dégâts sur la moelle épinière. Il me donna ensuite le choix entre un remplacement chirurgical de ma vertèbre écrasée par un disque de titane, ou une minerve pour immobiliser ma tête pendant trois mois, le temps que l’os guérisse.

Je choisissais la minerve, pour éviter les risques de la chirurgie. Ce furent trois mois très difficiles. Je vivais 24 heures sur 24 avec un cercle de fibre de carbone boulonné à mon crâne, soutenu par quatre barres rigides attachées à ma veste. Je ne pouvais pas dormir sur le dos, ni prendre de douche. Bientôt, je pus me remettre sur mes pieds. Ma « victoire » suivante fut de pouvoir aller seul aux toilettes. Avec précaution, je réussis à marcher de nouveau. Je pouvais dire bonjour. Je réussis à signer des documents, avec une écriture digne d’un gribouillage d’école maternelle. On me bourrait d’antidouleurs qui me plongeaient, la journée, dans un rêve éveillé. La nuit, la lucidité s’en allait et je retrouvais la rivière, une autre rivière, plus fantastique. J’allais me baigner, mais j’étais incapable de revenir à la surface. Je découvrais que je pouvais respirer sous l’eau. Après plusieurs semaines, les médecins m’ont renvoyé chez moi. L’attente commença.

Au bout de trois mois, on me retira la minerve. Elle me faisait aussi mal que la fracture. Elle me laissa de profondes cicatrices et le cou atrophié.

Trois ans se sont écoulés aujourd’hui et je n’ai toujours pas retrouvé mes muscles, ni l’ampleur de mes mouvements. Je sais que je dois vivre avec un « talon d’Achille » quelque part derrière ma mâchoire.

La douleur fantôme qui envahissait mes mains a lentement disparu, de même que mes flacons d’antidouleurs. Si je reste trop longtemps sur le dos, mes doigts se paralysent à nouveau.

Mais je suis heureux. J’ai failli rester paraplégique, tétraplégique, ou mort noyé. J’ai eu tant de chance ! Si vous avez un corps qui fonctionne et qui ne vous cause pas de douleur, rappelez-vous qu’il suffit d’une fois pour détruire cette merveille pour toujours. »

 

C’est l’histoire qui est arrivée, pour de vrai, à un jeune Américain, Wesley Dodson [1].

Merci à lui de l’avoir partagée avec nous. Espérons qu’elle nous rende plus sages.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

[1] Son histoire en version originale est publiée sur ScienceBlogs.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,50 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires

Découvrez les articles qui concernent ...

Avis de recherche à tous les lecteurs de Santé Nature Innovation

08/05/2018

Quelqu’un a-t-il des nouvelles de Guy ? Chère lectrice, cher lecteur, J’ai lu à l’automne dernier l’histoire de Guy Belmon,...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,75 / 5)
arrow Lire l’article

Nouveau : le médicament à un million de dollars

02/05/2018

Une médecine à deux, trois, quatre, dix vitesses ! Chère lectrice, cher lecteur, La société Spark Therapeutics vient de sortir un...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,80 / 5)
arrow Lire l’article

Mon dîner avec un ex de Monsanto

01/05/2018

Un ex de Monsanto donne son point de vue Chère lectrice, cher lecteur, À un dîner, la semaine dernière, je me retrouve assis à cô...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
arrow Lire l’article

Commentaires sur l'article
''Le jour où je me suis cassé le cou''

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Le jour où je me suis cassé le cou"

avatar
plus récents plus anciens
Myriam
Myriam
Bonjour, J’ai moi aussi eu un trauma le 11/04/2010: fracture C1 et C2 en quatre morceaux et dissection de l’artère vertébrale après un accident de voiture, j’étais attachée à ma ceinture. Je suis aussi miraculée, après 3 mois aussi tout est rentré dans l’ordre, incompréhension du chirurgien, on ne m’a… Lire la suite »
Cathy
Cathy
Bonjour, C’est avec une grande émotion que j’ai lu cette histoire car comme Wesley ma vie a basculé le 18 août 2012, jour où entourée de tous mes ami(es) et enfants un plongeon a bien failli m’être fatal. J’étais très heureuse ce jour là, il faisait très chaud, nous étions… Lire la suite »
minuty
minuty

Bravo pour ce courage, mais beaucoup d’insensés ne comprendront pas qu’il ne faut pas prendre de risques inutiles,qu’il faut chérir ce qu’on a de plus précieux à savoir la santé , la vie…

Marie-Ange Broker
Marie-Ange Broker
Merci pour ce partage!Je dis toujours a mes enfants qu’il suffit d’une seconde pour qu’une vie bascule du bien au pire quand il s’agit d’accident,ainsi chaque jour qui nous est donne est un des plus beaux cadeaux,alors profitons de ces heureux moments et soyons toujours prudents.Il faut nous faire plaisir… Lire la suite »
tanya
tanya
CHUTE ET SYRINGOMYELIE Cet article provoque une étrange émotion en moi. En 2002, à 26 ans j’ai fais avec mon ex le remake de la célèbre scène de « dirty dancing » où il la porte à bout de bras au dessus de sa tête pendant qu’elle fait la planche. Seulement que,… Lire la suite »
tanya
tanya
ps 2: pardon c’était long, mais j’ai oublié de préciser qu’une syringomyélie est une petite cavité en forme d’aiguille dans la moelle épinière, et de remercier les médecins qui ne m’ont pas aidée: j’ai été forcée d’être actrice/active dans ce qui m’arrivait et non plus passive, j’ai par conséquent beaucoup… Lire la suite »
Raynaud
Raynaud
Bonjour , je suis une maman qui cherche beaucoup de solutions pour soigner mes proches et à force de chercher on trouve parfois des solutions à des problèmes de santé parce que les médecins nous laissent seul sans aide face à nos ennuis invalidants . J’ai trouvé un très grand… Lire la suite »
annie kwasny
annie kwasny

Merci d’avoir partagé cette histoire vécue qui a bien fini!