Jean-Marc Dupuis perd 45 millions. Pourtant, aucun regret

02/03/2021
Jean-Marc Dupuis perd 45 millions. Pourtant, aucun regret
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (39 votes, average: 2,85 out of 5)

Jean-Marc Dupuis perd 45 millions. Pourtant, aucun regret

Comment la fortune m’est passée sous le nez

Mars 2011. Je suis dans un TGV en panne, entre Paris et Lille.

C’était l’époque où je m’énervais sur un nouveau règlement européen, le « THMPD ».

Ne me demandez pas ce que voulait dire THMPD.

Cette loi allait mettre un coup de massue sur les petits producteurs de plantes, nutriments, compléments alimentaires et autres huiles essentielles, qui fourmillaient encore dans nos terroirs.

J’imaginais, à l’époque, pouvoir lutter. J’espérais une révolte, peut-être même une révolution.

Il n’y a eu ni révolte, ni révolution.

Le règlement a été voté. Il a été appliqué. Puis il a été renforcé, généralisé.

Les petits producteurs ont pleuré, crié. Enfin, ils se sont tus.

Dans le silence, l’indifférence, ils ont disparu. Et le monde a continué sa route.

Mais bref.

C’est alors qu’une fenêtre s’ouvre en haut à droite de mon écran. C’était un message électronique de mon frère : « T’as vu ça ???? C’est dingue ce truc !! »

« T’as vu ça ???? C’est dingue ce truc !! »

Machinalement, je clique. C’était un article de blog incompréhensible.

L’auteur (un inconnu) parlait d’une innovation informatique qui, selon lui, allait changer la face du monde.

Il s’agissait d’une nouvelle « monnaie » qu’on allait pouvoir s’échanger sur Internet sans aucun contrôle, frais, impôt. Personne n’allait pouvoir la confisquer, la contrôler, savoir qui en détenait et qui en échangeait. Elle avait le pouvoir de remplacer tout le système financier et bancaire international.

Même les Etats, imaginait l’auteur, allaient peut-être vaciller à cause de cette monnaie informatique. Ils n’allaient plus savoir combien vous aviez gagné, ce que vous possédiez, et donc comment vous taxer.

Cerise sur le gâteau, cette monnaie allait selon toute probabilité, gagner énormément de valeur avec le temps.

Le créateur de cette nouvelle « monnaie » agissait sous le pseudonyme de « Satoshi Nakamoto ».

Personne ne savait qui il était. Il avait créé ce logiciel libre, autonome, qui désormais fonctionnait sans l’intervention de personne. Lui-même ne pouvait plus rattraper sa créature, qui était partie sur Internet comme une boule de bowling sur une piste à vive allure…

Cette nouvelle monnaie s’appelait le « Bitcoin » (prononcer « bitcohine »).

La mort des banques et du système financier international

L’article était plein de mots techniques anglais dont j’ignorais le sens. Mais j’avais assez de notions en économie (que j’avais étudiée en Allemagne dans ma jeunesse) pour comprendre qu’il y avait là en effet, quelque chose de possiblement très sérieux.

J’ai essayé de comprendre comment acheter des Bitcoins, pour voir.

Mais là, les choses se sont compliquées.

Il fallait se connecter à d’obscurs sites informatiques en « peer-to-peer » (je ne savais pas ce que c’était), créer un « porte-monnaie électronique » (je ne savais pas comment faire), avoir une « clé de sécurité »… Cela parlait de « blockchain », de DeFi et autres termes qui étaient, pour moi, du chinois.

Je me suis découragé.

Des années plus tard, j’ai compris que, si j’y avais passé ne serait-ce que quinze minutes de plus, j’aurais pu acheter des Bitcoins.

Ils valaient 30 centimes l’unité.

J’en aurais probablement acheté mille, ou quelque chose comme ça. Cela m’aurait coûté 300 euros.

Et ces milles Bitcoins vaudraient aujourd’hui, au cours actuel… 45 millions d’euros.

Pourquoi je n’ai aucun regret

Je n’ai aucun regret car je me connais :

Si j’avais acheté pour 300 euros de Bitcoins, je les aurais forcément revendus quand leur valeur aurait été multiplié par 10.

Je n’aurais tout simplement pas pu imaginer qu’ils allaient continuer à monter.

A vrai dire, je ne me représente pas la psychologie des personnes qui, ayant multiplié leur mise de départ par dix, décident de continuer à parier malgré tout. Cela me paraît de la folie, de l’inconscience.

D’ailleurs, si je les avais gardés, cela n’aurait pas été une bonne chose pour moi.

Car si le Bitcoin a pris une valeur folle aujourd’hui, le moins qu’on puisse dire est que cela ne s’est pas fait en douceur.

Chaque année, il a vu son cours grimper en flèche, puis être divisé par quatre, par six, par dix, en quelques jours. Et parfois il a mis des mois ou des années à se reprendre !

Cela m’aurait fait faire des montagnes russes émotionnelles insupportables.

Imaginez. Un jour, vous gagnez 100 000 euros, le lendemain vous perdez 85 000 euros. Puis vous gagnez 400 000 euros, et vous reperdez 360 000… Pendant 10 ans…

Vous ne savez plus s’il faut acheter un vélo ou un avion solaire. Un appartement à Cannes ou à Maubeuge. Demander des aides sociales ou payer l’impôt sur la fortune !!

Il y a de quoi mourir d’une crise cardiaque, ou d’un cancer ! Au mieux, j’aurais développé une hypertension…

Pourquoi on peut acheter (un tout petit peu de) Bitcoins aujourd’hui

Aujourd’hui, le Bitcoin a douze ans.

Il est reconnu par un nombre croissant d’institutions financières. Il n’est plus, comme au départ, utilisé principalement pour les échanges illégaux. Il sert au contraire de protection à des millions de personnes dans les pays pauvres, qui ne peuvent faire confiance aux banques de leur pays. Et il s’apprécie chaque année.

Mettre quelques euros en Bitcoins aujourd’hui, ce n’est pas du loto. Ce n’est pas de la spéculation. C’est de la logique.

Au pire, vous perdrez tout, mais ce ne sera rien. Au mieux, vous aurez bientôt un capital considérable qui vous protégera et qui, plus important encore, vous donnera… la liberté.

Je vais essayer d’expliquer de la façon la plus claire possible, ce qu’est un Bitcoin. Mais pour cela, je dois faire un rapide retour en arrière sur la notion générale de monnaie. Je rappelle que le Bitcoin est une monnaie d’un nouveau genre.

Mes lecteurs qui ne sont pas intéressés voudront bien m’excuser. Le sujet n’a rien à voir avec la santé ! C’est vrai. Une fois de plus, je dévie. Mais il se trouve que j’ai étudié l’économie monétaire à l’Université, comme je l’ai dit plus haut. J’en ai conservé un certain intérêt. Du reste, imaginez que, lisant cet article, vous puissiez transformer votre avenir, votre retraite, et disposer un jour de toutes les ressources nécessaires pour vous soigner ! Tout est lié. Notre santé dépend aussi, que nous le voulions ou non, des moyens qui sont à notre disposition.

Vous êtes confortablement assis ? Vous êtes reposé ? Vous avez bien bu et bien mangé ? Votre téléphone est sur silencieux ?

Alors voilà :

Le monde mystérieux du commerce, de l’argent… et de l’or

L’être humain, contrairement à la vache, au loup, ou aux animaux en général, ne peut pas vivre en broutant ou en mangeant directement ce qu’il trouve dans la nature.

Il est trop fragile. Il a trop de besoins différents. S’il a de la chance, il arrive à chasser un mammouth. Mais alors il est trop petit pour tout manger tout seul. Ou il trouve un bananier chargé de fruits ; mais il ne pourra pas non plus manger toutes les bananes.

Que faire ? Prendre sa part et laisser le reste pourrir ?

Non.

L’homo sapiens a fait il y a quelques centaines de milliers d’années une découverte étonnante : l’échange. L’homme peut échanger un morceau de viande de mammouth, ou quelques bananes, contre un morceau d’étoffe, des matériaux pour se construire une hutte, ou un arc… Cela lui permet de transformer les choses qu’il a en trop, en choses qu’il n’a pas encore. Cela limite donc le gaspillage, et lui permet d’accélérer considérablement ses projets.

L’échange de produits s’appelle le troc. Mais bientôt le troc se simplifie lorsqu’on prend l’habitude d’utiliser des biens courants pour faciliter les échanges.

Ces biens courants peuvent être le sel, le poisson ou la viande séchés. Des coquillages, une quantité donnée de céréales, de cuir, de bois, ou de métaux comme le fer, le cuivre, l’argent… ou l’or.

Plus le commerce se développe, plus il s’étend, plus ces biens qui servent de « monnaie d’échange » tendent à s’uniformiser.

Car les gens qui ne se connaissent pas ont besoin pour commercer d’une monnaie simple et reconnaissable. Dans les civilisations antiques, le cuivre, l’argent et l’or ont fini par s’imposer. Ces matières sont reconnaissables, impossible à imiter, elles ont l’avantage de ne pas pourrir, ne pas se modifier avec le temps, de résister à l’eau, au feu, d’être divisibles sans perdre leur valeur (deux fois 10 grammes d’or valent la même chose que 20 grammes d’or), et d’être assez précieuses même en petite quantité. On peut les transporter, les cacher dans un trou, ou au fond d’une poche…

Avec le temps, le système s’est encore simplifié, pour ne plus utiliser que l’argent et l’or, et enfin, au 20e siècle, l’or uniquement.

Des milliers de tonnes d’or dans les coffres des banques centrales

A l’heure actuelle, chaque pays qui possède une monnaie détient, dans sa « banque centrale », des quantités d’or. Cet or, parmi d’autres « valeurs » comme des dollars, ou des titres de propriété divers, lui permettent de garantir sa monnaie.

Les pays les plus riches du monde comme les Etats-Unis, la Chine, la Suisse, l’Angleterre, la France, possèdent ainsi chacun des milliers de tonnes d’or.

Elles sont précieusement conservées à l’abri de lourdes portes blindées, dans des coffres gigantesques souterrains, souvent cachés dans des endroits secrets !!

En consultant Wikipédia ou d’autres sites spécialisés, que vous trouverez par une simple recherche Google, vous pourrez savoir exactement combien chaque pays possède de tonnes d’or.

Le Bitcoin vient bouleverser un système qui semblait établi pour l’éternité

Jusqu’à l’invention du Bitcoin, en 2008, il semblait que ce système allait se maintenir éternellement.

Car aussi longtemps que les hommes vivront, ils auront besoin d’une monnaie d’échange, leur permettant de faire du commerce et d’acquérir les biens et services nécessaires à leurs objectifs personnels ou collectifs.

Il était donc nécessaire d’avoir des monnaies, garanties par les Etats, avec de complexes systèmes de banques commerciales, comptes bancaires, billets de banques, pièces, cartes de crédit, virements et chèques, pour permettre à chacun de vivre.

Mais ce système nécessite, comme chacun sait, une coûteuse bureaucratie.

Les banques occupent les coins de nos rues commerçantes. Elles possèdent d’immenses gratte-ciels dans toutes les capitales du monde. Les personnes qui travaillent dans la « finance » sont très nombreuses. Elles gagnent parfois, ou souvent, des fortunes, toujours prélevées, directement ou indirectement, sur nos épargnes, nos économies, nos emprunts, et à vrai dire sur chaque paiement que nous effectuons.

Au bout du compte, ce sont des milliers de milliards d’euros qui sont captés chaque année par le système financier.

Cela a été vivement critiqué. Souvent, des théoriciens comme les adeptes de Karl Marx ont imaginé que l’on pourrait, que l’on devrait, supprimer tout ça, pour “rendre l’argent aux travailleurs”. L’expérience a été tentée, de nombreuses fois. Des pays ont voulu supprimer la monnaie, les banques.

Mais toujours, ils ont fait pire que mieux. Alors jusqu’à présent, il a semblé préférable de maintenir malgré tout ce système, souvent décrit comme “le pire à l’exception de tous les autres”. Au moins permettait-il d’assurer une relative sécurité financière à la majorité, et d’éviter que l’épargne ne soit intégralement détruite ou volée.

Mais le système du Bitcoin pourrait mettre fin à tout cela, comme par un coup de baguette magique.

Le Bitcoin une sorte de tableau Excel sur Internet, pratiquement gratuit, qui remplace tous les comptes bancaires, dans toutes les monnaies, et rend inutiles les banques et les banquiers

Le système du Bitcoin peut être comparé à un simple tableau, type tableau Excel, dans lequel chaque être humain pourrait détenir une ligne avec le montant de ses économies.

Ce n’est même pas votre nom qui est écrit. C’est une série de numéros, et vous seul savez le numéro qui vous appartient. Tout est inscrit sur un logiciel libre, autonome, réparti sur des millions d’ordinateurs dans le monde entier.

Personne ne peut savoir combien vous possédez. Ce sont les ordinateurs eux-mêmes qui se partagent les informations automatiquement, se surveillent les uns les autres et assurent la sécurité totale de votre compte. Il n’y a plus aucune intervention humaine. Vous n’avez plus de « conseiller bancaire » ayant accès à votre compte. Plus personne ne peut vous prélever des « frais » divers et variés.

Plus personne ne peut vous bloquer votre compte, même la Justice ou l’administration fiscale. Il n’y a plus aucune autorité qui puisse contrôler ni imposer quoi que ce soit aux détenteurs de Bitcoins.

Dès que vous créez une ligne à vous sur ce « tableau Excel », vous pouvez commencer à envoyer librement des Bitcoins à n’importe quel autre acteur.

C’est aussi simple que d’envoyer un email. Il suffit que votre correspondant vous donne son numéro. Mais il peut le faire de façon anonyme, sans vous révéler son identité ni même son pays lors d’un achat. Vous indiquez le montant, vous cliquez, et c’est parti. Vous pouvez aussi recevoir des Bitcoins. Il faut, pour cela, vendre quelque chose à quelqu’un. Au lieu de vous payer avec des euros, en liquide ou via le système bancaire officiel, la personne vous envoie des Bitcoins, et vous les accumulez sur votre ligne de tableau Excel.

Le prix du Bitcoin a tendance à augmenter avec le temps

Le prix du Bitcoin a tendance à augmenter avec le temps.

Le programme a été créé au départ avec un nombre de Bitcoins limité à 21 millions.

Ces Bitcoins sont libérés progressivement dans le temps, selon un rythme défini lors de la création du logiciel. Cela vous garantit qu’il n’y a aucun « petit malin » qui met des nouveaux Bitcoins en circulation et dévalue le pouvoir d’achat des Bitcoins existants. Il n’y a donc pas de phénomène “d’inflation” provoquant l’érosion du pouvoir d’achat.

Au contraire, plus le temps passe, plus il y a de personnes qui cherchent à se servir des Bitcoins, et plus la valeur de chacun d’entre eux augmente. Au lieu de voir votre pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil, vous le voyez augmenter, parfois très vite. Il a été multiplié par quatre au cours de l’année 2020.

Que faire si je n’ai pas les moyens d’acheter un Bitcoin ?

Aujourd’hui, la valeur d’un Bitcoin est de 40 000 euros environ.

Mais, de même que l’euro se divise en centimes, le Bitcoin se divise en sous-unités.

Vous pouvez acheter une fraction de Bitcoin : un centième, un millième ou même un millionième.

En fait, toute personne, y compris si elle est très pauvre, peut en posséder un petit bout. C’est d’ailleurs dans les pays africains que le Bitcoin est le plus utilisé. Au Nigéria, un tiers de la population utilise le Bitcoin.[1]

Grâce au Bitcoin, même les habitants des pays les plus corrompus peuvent désormais envoyer ou recevoir de l’argent sans rien payer à personne. C’est une nouveauté fantastique pour des populations habituées à payer des frais considérables à Western Union ou autres organismes de ce type, pour recevoir de l’argent de l’étranger.

Comment mettre quelques euros en Bitcoin

Pour acheter des Bitcoins, il suffit d’avoir accès à Internet. Cela se passe comme si vous achetiez un billet de train ou d’avion, sauf qu’habituellement le paiement se fait en virement plutôt que par carte de crédit.

Vous allez sur un site, vous créez un compte avec un identifiant et un mot de passe ; le site vous indique un numéro de compte bancaire (IBAN) sur lequel vous faites un virement. Vous envoyez le montant que vous voulez.

Dès que le virement arrive, le montant s’affiche sur votre compte et vous achetez autant de Bitcoins que vous souhaitez, dans la limite de la somme que vous avez envoyée bien sûr.

C’est donc simple comme bonjour.

Il existe aussi des boutiques qui vendent des Bitcoins, et des distributeurs automatiques, où vous les achetez avec une carte de crédit.

Oui, mais le Bitcoin est purement abstrait ! ça ne vaut donc rien !

Le Bitcoin est purement abstrait. C’est une simple ligne virtuelle, sur un programme informatique qui l’est tout autant. J’ai moi-même parlé d’une sorte de « tableau Excel ». Contrairement à l’or, il n’existe nulle part sous forme matérielle, et il pourrait donc disparaître sans laisser de trace.

C’est vrai, mais cela est tout aussi vrai en réalité d’un compte bancaire à la BNP, à la Société Générale ou dans toute autre banque. Il s’agit d’une ligne inscrite sur un ordinateur. On peut imaginer, au moins en théorie, de tout perdre.

Il se pourrait aussi que le Bitcoin ne soit qu’une mode, qui aura duré quelques années, et que soudain plus personne ne veuille l’utiliser.

Oui, peut-être… mais ce n’est pas sûr.

Pas sûr, car peut-être le Bitcoin va-t-il vraiment remplacer les banques et tout le système financier international. Pas seulement dans les pays pauvres mais dans le monde entier.

Pas sûr, car il se pourrait qu’il soit adopté même par les grandes entreprises qui vont trouver pratique, et agréable, de ne plus payer de lourdes commissions à Visa, Mastercard, ou des frais de change. De plus en plus de firmes comme Microsoft, Starbucks ou Tesla acceptent déjà les paiements en Bitcoin.

Même si le Bitcoin lui-même disparaît, le principe du Bitcoin (un logiciel libre et décentralisé permettant des échanges entre les gens, sans aucun intermédiaire) va forcément continuer. Il existe une quarantaine de concurrents du Bitcoin, et beaucoup en sont encore à leur tout premier stade de développement : Ethereum, Cardano, Litecoin, Ripple, Polkadot, Lumen, Tron… Vous pouvez en acheter pour quelques centimes, si vous avez la discipline de ne pas y penser constamment.

Vous mettez vos codes d’accès en sécurité, vous les oubliez, et vous vous reconnectez dans cinq ans.

Et là peut-être, peut-être… aurez-vous une bonne surprise !

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

PS : vous souhaitez acheter des bitcoin ? Cette plateforme est faite pour vous : https://www.les-investisseurs.com/coinbase-vs-binance/

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (39 votes, average: 2,85 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Le basculement

20/07/2021

Le basculement La situation est grave. Lorsque, il y a quelques mois, certains redoutaient la création d’un passeport vaccinal, il...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Vaccination des enfants : il va y avoir de la casse

28/05/2021

Vaccination des enfants : il va y avoir de la casse   Ainsi on apprend que nos enfants seraient des “réservoirs à virus”. “Ce...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (15 votes, average: 3,60 out of 5)
arrow Lire l’article

Le grillé du pain ne donne pas le cancer

23/05/2021

Bonne nouvelle pour les amateurs de toasts   Chère lectrice, cher lecteur, L’Agence britannique de la sécurité alimentaire (F...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 2,50 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Jean-Marc Dupuis perd 45 millions. Pourtant, aucun regret''
guest
11 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Claire T
Claire T
13 jours plus tôt

Sur une île déserte même des Louis d’or ne permettraient pas de survivre, donc oui la monnaie est « virtuelle » , bitcoin ou pas.

Claire T
Claire T
13 jours plus tôt

Une fois de plus votre plume fait merveille. J’ai réussi à lire (et comprendre) l’article jusqu’au bout moi qui déteste habituellement l’économie et les finances ! Merci à vous.

Hontebeyrie
Hontebeyrie
17 jours plus tôt

Je veux me désabonner de toutes vos publication
je vais être obligé de faire un refus banquaire
pour ne pas être prélevé
je ne sais même pas sur quelle boîte je suis
puisque il n’y a aucun formulaires de desabonnement
si vous me prélevez je vous attaque en justice
donnez moi un formulaire simple et accessible facilement pour se désabonner
merci
car je l’avait déjà fait il y a qlqmois
bruno

Santé Nature Innovation
Admin
16 jours plus tôt
Reply to  Hontebeyrie

Bonjour Monsieur,

Notre service client a essayé de vous joindre ce matin par téléphone mais en vain. Il vous a donc envoyé un email.
Je vous laisse consulter votre boite mail et leur répondre si besoin.

Cordialement,
L’équipe Santé Nature Innovation

Jean-Pierre
Jean-Pierre
3 mois plus tôt

Le titre n’est-il pas un tantinet trop « journalistique » ?

marianne
marianne
4 mois plus tôt

Perso je n’aime pas mélanger « les serviettes et les torchons » … donc je choisis ce site pour ses renseignements et informations diverses qui concernent la santé et le bien être !

Jean-Claude
Jean-Claude
4 mois plus tôt

je suis vieux et je rappelle qu’autrefois, les patrons payaient leurs employés en liquide puis on dû passer par les banques obligatoirement et ces banques nous arnaquent maintenant avec des frais sur notre argent qui leur rapporte… et pourtant si aujourd’hui, tous les français retiraient leur argent en liquide, les banques ne pourraient pas faire face, tout est virtuel… et c’est vrai dans tous les pays… le bitcoin est l’exemple qui confirme cette virtualité… en ces temps de crise sanitaire on parle de milliards de dollars, d’euros ou autres… virtuel aussi… si le système éclate???

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous