L’histoire de la grenouille et du scorpion

16/02/2020
L’histoire de la grenouille et du scorpion
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,17 / 5)

Pourquoi il est si difficile de vivre sainement

 

« Un scorpion, cherchant à traverser une rivière, demande à une grenouille de le prendre sur son dos.

– « Pour qui me prends-tu, scorpion ?? Je te connais, tu vas me piquer !! »

– « Mais non, grenouille ! Tu peux me faire confiance. Si je te pique, je me noierai moi aussi ! »

La grenouille hésite mais finit par céder sous les insistances du scorpion. Elle le fait monter sur son dos et s’engage dans la rivière.

Arrivés au milieu, le scorpion plante son dard profondément dans le dos de la grenouille.

Celle-ci est paralysée et se met à couler, entraînant le scorpion avec elle. Elle parvient cependant à poser une dernière question :

– « Mais enfin, scorpion ! Pourquoi as-tu fait ça ?? Nous allons mourir tous les deux !! »

– « C’est dans ma nature ! », répond le scorpion. »

« C’est dans ma nature »

Cette fable n’est pas compréhensible pour les enfants, ni pour beaucoup de jeunes adultes.

Il faut avoir un peu vécu pour la comprendre.

Comprendre que ce n’est pas l’intérêt qui fait agir les gens.

C’est leur nature, profonde, cachée, et qui leur fait faire constamment des choses… contre leur propre intérêt (jusqu’à s’auto-détruire, comme le scorpion dans cette petite histoire).

L’Homme ne recherche pas son intérêt (ce serait trop beau, et trop facile !)

Le fait a été révélé il y a déjà 150 ans par Nietzsche, Dostoïevsky, Kierkegaard puis Freud et Carl Jung, au XXe siècle :

L’homme agit constamment pour des motifs obscurs, inconnus à lui-même, et certainement totalement contraires à son intérêt.

  • Ainsi il est dans mon intérêt de prendre mes compléments alimentaires de vitamine D, d’oméga-3, de magnésium, d’antioxydants… mais je ne le fais pas.
  • Il est dans mon intérêt d’arrêter de fumer, boire, prendre des médicaments… mais je ne le fais pas.
  • Il est dans mon intérêt de jeuner, faire du sport, dormir à heures fixes… mais je mange des bonbons, du fast-food et je regarde des stupidités sur mon smartphone jusqu’à tard dans la nuit ;
  • Il est dans mon intérêt de couper les liens avec des personnes qui ont une mauvaise influence sur moi… mais je suis attiré par elles comme par un aimant.
  • Il est dans mon intérêt d’étudier, travailler, économiser… mais je repousse toujours mon travail à demain et je dilapide aussitôt que j’ai quelques sous sur mon compte…

La question n’est donc pas : « Quel est mon intérêt ? »

Mais : « Comment parvenir à négocier avec moi-même, pour que je fasse enfin ce qui est dans mon intérêt » !!

Apprendre à se connaître soi-même…

Pour cela, il faut apprendre à se connaître soi-même, pour apprendre ce dont nous avons vraiment besoin.

« De quoi ai-je besoin pour parvenir à respecter mon régime, et cesser de manger des cochonneries ? »

Ce n’est pas évident. Il faut très bien se connaître, pour avoir des réponses à cela.

Il faut savoir quelles sont nos forces, pour se fixer un objectif atteignable.

Il faut apprendre à se récompenser comme il faut, pour se donner les moyens de continuer les efforts jusqu’au bout, sans se décourager.

Il faut apprendre à se reposer, faire des pauses, comme toute personne qui entreprend un projet : « Qui veut voyager loin ménage sa monture. »

Il faut aussi apprendre à être patient avec soi-même, et se pardonner ses propres erreurs. Comprendre qu’il faut se traiter avec délicatesse, respect, et qu’on ne peut pas se donner à soi-même des ordres, comme à un esclave.

Il faut accepter de prendre en compte notre part d’ombre.

La part d’ombre

L’ombre est cette partie de moi-même qui veut, qui désire, qui convoite des choses que je n’aime pas. Elle me pousse à faire des choses qui sont contre mon intérêt. Je les fais, tout en sachant que ne devrais pas, et que je vais le regretter ensuite.

Mais je le fais… quand même.

L’ombre, c’est comme une autre personne, malfaisante, qui vit en nous. Elle est opposée à nos propres projets et désirs, et pourtant elle prend régulièrement les commandes et nous fait faire ce qu’elle veut.

C’est énervant. Et pourtant, pour être réaliste, je dois reconnaître qu’elle existe.

La meilleure stratégie pour la gérer n’est pas de nier son existence, mais au contraire d’essayer de bien la connaître pour la maîtriser. Je ne peux pas l’éliminer. Mais je peux en tenir compte. J’apprends à faire des concessions à mon ombre. Pour éviter qu’elle ne s’énerve, reprenne le contrôle, et me fasse faire absolument n’importe quoi.

Pour cela, je dois d’abord partir en exploration dans les profondeurs de ma conscience, comme un plongeur sous-marin part dans l’abîme obscur.

Négocier avec soi-même

Une fois que j’aurai réussi à me connaître moi-même et à reconnaître ma part d’ombre, au moins partiellement, une fois que j’aurai une toute petite idée de ce qui me fait agir dans la vie, alors je pourrai commencer à négocier, doucement, prudemment, avec moi-même, pour obtenir ce que je sais être bon pour moi.

C’est le seul moyen de progresser dans la bonne direction.

Cela peut paraître décourageant, car trop lent.

Mais en vérité, vous n’avez aucune idée des progrès que vous pouvez faire si vous commencez vraiment à bouger dans la bonne direction, jour après jour.

Les changements sont lents au début, mais avec le temps, on apprend à bouger de plus en plus vite. Bientôt, on a l’impression d’avoir été le Petit Poucet… qui a chaussé les bottes de Sept Lieues.

On avance à une vitesse décoiffante. On atteint des objectifs qui nous auraient paru parfaitement irréalistes autrefois.

La vie devient alors, vraiment, extraordinairement belle.

Et ce n’est pas tout :

Cette connaissance de ma Nature profonde (de mon Soi, disait Jung, du « Ça » disait Freud, qu’il désigne comme la source de tous nos désirs, notre « libido » ) me permet de comprendre que les autres, aussi, sont guidés par des désirs mystérieux et profonds.

Eux aussi, peuvent agir contre leur volonté, contre leur intérêt.

Je cesse donc d’avoir des attentes irréalistes. Je cesse de m’énerver. De leur chercher des motifs malveillants.

En tant que médecin, thérapeute, accompagnant, j’apprends à être compréhensif avec mes patients. A ne pas trop attendre des grands discours, des cours de morale, des leçons théoriques. A leur laisser le temps de bouger, à leur rythme.

J’apprends à ne pas trop écouter les grandes promesses, aussi sincères qu’elles puissent paraître.

Car « Nous ne sommes pas le maître dans notre propre maison », disait Freud.

Mais nous pouvons le devenir, en acceptant d’aller regarder qui nous sommes, en vérité.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,17 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

“Une bonne épidémie pour nettoyer tout ça” ??

08/03/2020

« On est trop nombreux de toute façon »   Propos atroces entendus tandis que je buvais un café au comptoir : – “Bah, le...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,45 / 5)
arrow Lire l’article

“Les c***s, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît”

06/03/2020

Ce que Lino Ventura penserait d’Internet   Internet est une machine à apporter, sur nos écrans, tout ce qui se fait de plus a...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,29 / 5)
arrow Lire l’article

Lettre à mes lecteurs qui paniquent pour l’avenir du monde

03/03/2020

Pour aider ceux qui en ont besoin à se remettre en route   Suite à ma lettre sur les 7 fléaux qui s’abattent actuellement sur...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,14 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''L’histoire de la grenouille et du scorpion''

46
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
ChristineCharpentier
ChristineCharpentier

Merci pour cette très intéressantes lettre, comme toutes les autres d’ailleurs. J’apprecie beaucoup de vous lire. J’ai plus de difficulté à accepter votre politique de marketing bien que je comprenne qu’elle ait sa nécessité.
Bien cordialement.
Christine

Cyril MALOT
Cyril MALOT

Pour aller plus loin dans le décryptage de cette fable, et son extrapolation au genre humain, je me permets de donner mon avis : Les  » Etres éclairés » nous disent que nous sommes le résultat de nos vies passées. C’est dire que les souvenirs d’événements, d’expériences, qui ont contribué à… Lire la suite »

VINCENT VALLIER
VINCENT VALLIER

Merci d’être qui vous êtes. Cela fait cinq ans que je partage vos lettres et certaines de vos revues et c’est toujours un grand plaisir pour moi et ma famille. Merci encore beaucoup à vous, à votre famille et toute l’équipe de SNI Editions.

CARTEREAU
CARTEREAU

Alors là, vous avez fait très fort !!! Dans le bon sens du terme rassurez-vous !!! Je suis resté sans voix, en étant imprégné au plus profond de mon être. Cela va sûrement vous paraître excessif, sans doute, mais tant pis, il fallait que je communique ce sentiment très fort,… Lire la suite »

marsot
marsot

Je suis contre cette amalgame entre notre nature et notre ombre . Notre identité source n’est jamais l’ombre mais la lumière . On peut s’en éloigner très fort et se perdre dans d’autres directions mais ça ne change pas notre nature et donc notre identité profonde ! En tant que… Lire la suite »

FOLLIGUET
FOLLIGUET

Merci pour vos réflexions ! Le développement personnel, actuellement « à la mode », ne peut être bénéfique aux « pratiquant-e-s » que s’ il aide à mieux savoir qui nous sommes et ce que nous sommes dans notre monde. Il devrait permettre plus de conscience de notre environnement, éclairer notre âme et notre… Lire la suite »

Connaissez-vous vraiment ce nouveau danger qui nous menace ?

Certaines réponses sont capitales pour renforcer votre immunité et rester en bonne santé.

QUIZ : Coronavirus

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous