Face à la maladie incurable

31/07/2018
Face à la maladie incurable
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)

Présence et silence : vos meilleures armes pour réconforter

Chère lectrice, cher lecteur,

Suite à mes lettres sur le Tao et sur Saint-Georges, qui évoquaient le combat contre la maladie, et ce qu’on peut essayer d’en tirer de positif, une fidèle lectrice a réagi vivement :

« Vous écrivez qu’on progresse grâce aux épreuves ; mais que faire face à une maladie dégénérative qui finit forcément mal ?? Où est le « progrès » quand on perd chaque jour un peu plus de ses moyens ?? »

C’est en effet l’ultime défi.

Face à la tragédie absolue, qui est la certitude de la souffrance et de la mort, il vaut souvent mieux ne rien dire du tout.

Savoir se taire

Le silence face à la douleur, c’est ce qu’enseigne l’histoire de Job, dans l’Ancien Testament.

Job est un homme riche, en bonne santé et heureux. Mais soudain, il perd tout et tombe gravement malade. « Job se grattait ses ulcères avec des tessons de bouteille, et les chiens venaient lécher ses plaies… », est-il écrit.

À l’annonce de ses malheurs accourent ses trois amis.

Quand ils le voient, ils déchirent leurs vêtements, se couvrent la tête de cendres, s’assoient à côté de lui, et se mettent à pleurer. Ils ne diront rien, pendant trois jours et trois nuits, ce qui est la façon la plus profonde d’exprimer leur compassion.

Danger des « bons conseils »

Les choses se gâtent cependant quand ils prennent la parole pour « conseiller » Job.

  • L’un d’eux lui explique qu’il a dû faire quelque chose de mal, pour mériter une telle punition.
  • L’autre essaye de le réconforter en minimisant les problèmes.
  • Le troisième lui promet, contre toute évidence, que bientôt cela ira mieux

Job, à juste titre, s’énerve. Il sait qu’il n’a rien fait pour mériter ça. Il sait que ses malheurs sont terribles, qu’il est cruel de les sous-estimer, et aberrant de lui promettre qu’il va s’en sortir alors que tout indique le contraire !

Donner de bons conseils aux personnes qui sont dans le malheur est rarement une bonne idée.

On fait cela pour aider. Mais cela peut facilement donner l’impression qu’on se croit supérieur. « À ta place, voici ce que je ferais… »

On s’efforce de trouver la solution que l’autre n’a pas trouvée. Mais la personne qui nous écoute peut facilement comprendre : « Si j’étais à ta place, je m’en sortirais mieux que toi… » et se sentir encore plus seule et désespérée.

« Comme cela doit être dur pour toi… »

S’il faut dire quelque chose, les meilleurs mots à prononcer sont sans doute « Comme cela doit être dur pour toi », « Comme tu dois souffrir », « Quel terrible malheur tu rencontres », « Comme je suis triste de cette situation et comme j’aimerais, moi aussi, que cela aille mieux… ».

On peut aussi faire des gestes comme tenir la main, regarder avec bienveillance, sourire, serrer dans ses bras, appliquer des compresses, humecter les lèvres, offrir quelque chose ou même, quand les conditions le permettent, prodiguer un bon massage. Tout ce qui montre qu’on est là, et que ce que vit l’autre personne est important pour nous. Tout ce qui est un don gratuit qui montre à la personne qu’elle n’est pas seule.

Mais reste la question de l’espoir, si nécessaire pour vivre. Qu’est-il permis d’espérer, quand la maladie ne laisse aucun espoir de guérison ?

Osons dire, même si c’est dur, qu’il nous reste malgré tout la possibilité de continuer à chercher la paix là où elle se trouve, à savoir dans la pureté de notre cœur, qui est le seul domaine où nous puissions décider, indépendamment des contraintes physiques qui nous entourent, de choisir notre chemin.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Le sourire d’Emmanuel Macron (suite)

09/12/2018

Les gilets jaunes et les vertus de la colère « M. Dupuis, après votre article sur le sourire de notre Président, votre prochain a...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
arrow Lire l’article

Le sourire d’Emmanuel Macron

02/12/2018

Les gilets jaunes et le sourire du Président « Emmanuel Macron, avec son éternel sourire, on dirait surtout qu’il se fout d...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,41 / 5)
arrow Lire l’article

« Beau, riche et célèbre »

15/11/2018

Mon problème avec le développement personnel Ces derniers temps, j’écris plus souvent sur la psychologie, et je reçois des demand...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 5,00 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Face à la maladie incurable''

20
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
vuarnet laurence
vuarnet laurence

Bonjour, relisez l’histoire de Job, votre exemple est mal approprié car tout ce qu’ont fait ses « faux amis » dans l’ enjeu d’une question fondamentale posée, est de saper son moral. Aux maux qui ont affligé le pauvre homme s’est trouvé rajouté celui de la mauvaise parole.

Arlette Jean
Arlette Jean

Très bel article, très doux et plein de sérénité et de sagesse : on sera tous confrontés un jour ou l’autre à notre impuissance face à la douleur et à la mort inéluctable d’un être proche et il sera bon alors de se rappeler vos conseils.
Merci.

bassen sylvie
bassen sylvie

la véritable histoire de Job se termine bien , comme quoi la foi entraîne à la guérison

Mireille
Mireille

Merci, Jean Marc, pour la sagesse profonde que vous exprimez dans vos trois dernières lettres.
Bien à vous

PHILIPPET
PHILIPPET

Voilà qu’il est juste à lire , à redire et ..c’est toujours touchant.
Merci Monsieur Dupuis , d’autant de savoir être et de savoir faire nuancés en quelques lignes.

Urs KONRAD
Urs KONRAD

Tellement juste ! Compassion sincère … la seule et unique façon d’agir.