Êtes-vous en crise ?

14/04/2019
Êtes-vous en crise ?
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (38 votes, average: 2,89 out of 5)

Comment sortir de ce mal du siècle

« Il y a un mot qu’il faudrait nous arracher de la tête. Vous l’entendez 150 fois par jour, c’est le mot “crise”. Ce mot n’a pas de sens. C’est un mensonge… », écrit Jean-Claude Guillebaud.

« Regardez dans le dictionnaire : une crise est un dérèglement provisoire dans un système. Donc, ce qu’on appelle “la fin de la crise” est un retour à la normale. Si vous avez une crise de foie et que vous guérissez, vous êtes à nouveau en bonne santé, comme avant. Mais on ne reviendra jamais au monde d’hier.

« Nous sommes non pas en train de vivre une crise, mais une gigantesque mutation. En fait, nous vivons plusieurs mutations : géopolitique, spirituelle, technologique, génétique, économique.

« Elles portent en elles autant de promesses que de menaces. Ça veut dire qu’elles attendent de nous qu’on les prenne en main. Notre devoir de citoyens est de tout faire pour conjurer ces menaces et faire advenir les promesses. »

À cela, j’ajouterai que nous vivons une mutation profonde de la médecine.

Si la crise s’éternise… ce n’est plus une crise

Et vous, cher lecteur, avez-vous l’impression d’être en crise ?

Ou cette prétendue « crise » est-elle un état permanent de souffrance que vous devez porter depuis des années ou des décennies ?

Avez-vous réellement l’espoir que la « crise » se termine ?

Ou chaque crise qui s’achève est-elle remplacée par une autre ?

Changer de regard sur la vie

Si vous avez l’impression que la vie n’est qu’un enchaînement de crises sans interruption, la solution alors n’est peut-être plus d’attendre la « sortie de crise », sortie qui ne se produira sans doute jamais.

Une piste est d’essayer de changer notre regard sur notre vie.

Accepter de nous modifier de l’intérieur pour renoncer à nos illusions et nos rêves d’une vie de conte de fée, où il n’y aurait ni souffrance ni catastrophes. Accepter la vie telle qu’elle est, avec ses inconvénients qui sont partie intégrante d’une vie normale.

« Notre pouvoir ne réside pas dans notre capacité à refaire le monde, mais dans notre capacité à nous recréer nous-même », disait Gandhi.

La maladie pour nous aider à bouger

Soyons francs, la plupart des personnes qui s’intéressent vraiment à la santé naturelle, ont connu de graves ou de très graves maladies – de graves « crises », donc.

Les bien portants qui décident d’agir de façon préventive, en s’y mettant « à fond » sans jamais avoir été malades ni été témoins de maladies dans leur entourage proche, sont des exceptions.

En général, il faut que le Destin soit venu frapper à notre porte, sous la forme d’une attaque, d’un cancer ou d’une autre « crise ».

La maladie peut alors être une occasion de changer, enfin.

« Avant de tomber malade, j’ai passé ma vie à dépenser de l’argent que je n’avais pas, pour acheter des choses dont je n’avais pas besoin, pour impressionner des gens que je n’aimais pas vraiment », m’a dit un jour un patient.

La maladie nous donne souvent l’occasion d’entreprendre les changements que nous aurions dû faire depuis des années. Mais que nous avons toujours repoussés parce qu’ils étaient trop douloureux. Ou parce que nous n’en comprenions pas l’importance.

La maladie vient alors nous rappeler des vérités essentielles.

Par exemple, qu’on ne vit qu’une fois ; que la vie peut être belle, à condition de ne pas perdre son temps et son énergie dans de mauvaises causes ; que chaque souffle, chaque battement de notre cœur sont des miracles.

Deux façons de vivre sa vie

« Il n’y a que deux façons de vivre sa vie », a dit Albert Einstein.

« L’une en faisant comme si rien n’était un miracle, l’autre en faisant comme si tout était un miracle. »

Le Dr David Servan-Schreiber a expliqué dans son livre Anticancer sa découverte de la beauté de la vie, le jour où lui fut diagnostiqué une tumeur au cerveau.

Soudain, raconte-t-il, il s’est senti libéré de toute la pression que lui avaient mise ses parents, et qu’il s’était mise lui-même, pour être toujours le meilleur partout.

Enfin, il découvrait une « bonne raison » d’employer le temps qui lui restait à vivre pour faire les choses importantes pour lui. Sans la contrainte du regard de son père, de ses maîtres, de ses collègues et rivaux, qui faisait qu’il vivait la vie comme eux le voulaient, ou plutôt comme il imaginait qu’ils le voulaient.

Et c’est là qu’il s’est révélé au monde. En cessant d’essayer de « réussir » par des diplômes, des prouesses en tout genre, il a enfin osé devenir lui-même. Et c’est là qu’il a authentiquement… réussi.

Par des livres qui ont bouleversé des millions de personnes, et très probablement sauvé de nombreuses vies. Par ses chroniques pleines de sagesse, et si profondes, publiées après sa mort dans le recueil Notre corps aime la vérité (un très beau titre !).

Ajoutons que l’énergie qui s’est emparée de lui au moment de son diagnostic lui a permis de déjouer les prévisions pessimistes des médecins.

Une tumeur maligne qui devait le diminuer intellectuellement et ne lui laisser que quelques mois de vie lui a, au contraire, donné l’occasion de produire des œuvres et de découvrir des thérapies (EMDR, oméga-3 et antioxydants notamment). Il a ainsi résisté plus de vingt ans à la maladie.

Plus que tout autre, il a montré que « guérir » (c’est le titre d’un de ses livres) ne voulait pas dire ne pas avoir de blessure. Cela veut dire que les blessures ne contrôlent plus notre vie, et même qu’elles nous permettent d’accéder à la liberté authentique, celle où on parvient à laisser ses peurs derrière soi, car on comprend qu’aucune blessure ne pourra nous empêcher d’aimer.

Et vous, cher lecteur, avez-vous connu une telle occasion de transformation positive, grâce à la maladie ? Dans votre vie ou dans celle d’une personne de votre entourage ?

Si oui, ce serait formidable que vous puissiez la partager avec les lecteurs de SNI et avec moi. Je vous invite à le faire en laissant un commentaire sous cet article.

Un grand merci d’avance.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (38 votes, average: 2,89 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

“Une bonne épidémie pour nettoyer tout ça” ??

08/03/2020

« On est trop nombreux de toute façon »   Propos atroces entendus tandis que je buvais un café au comptoir : – “Bah, le...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (28 votes, average: 3,89 out of 5)
arrow Lire l’article

“Les c***s, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît”

06/03/2020

Ce que Lino Ventura penserait d’Internet   Internet est une machine à apporter, sur nos écrans, tout ce qui se fait de plus a...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 4,25 out of 5)
arrow Lire l’article

Lettre à mes lecteurs qui paniquent pour l’avenir du monde

03/03/2020

Pour aider ceux qui en ont besoin à se remettre en route   Suite à ma lettre sur les 7 fléaux qui s’abattent actuellement sur...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (14 votes, average: 4,43 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Êtes-vous en crise ?''
guest
239 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
TABOUCHE HASSIBA
TABOUCHE HASSIBA
1 jour plus tôt

c’est vrai quand on est malade ou on a quelqu’un de cher qui est malade notre vision à
la vie est autre et positive on ne vit qu’une fois autant la vivre pleinement sans calcul .

Marine
Marine
5 jours plus tôt

Oui bien évidemment mais je fais comme si tout va bien car moralement jsui vider je me dit ou va la vie je ne pourrais jamais réaliser mon rêve je vi au jour le jour.

Rose
Rose
19 jours plus tôt

Bonjour à tous
On m’a découvert un cancer du sein dernièrement à 42 ans. Je pensais que ma vie s’écroulait. Apres quelques mûres reflexions, J’ai décidé que cette maladie était pour moi l’occasion de repenser ma façon de vivre d’être plus présente pour ma famille, plus aimante et plus comprehensive. Dans mes prières je demande à Dieu de pouvoir être un témoin vivant de son amour. J y travaille chaque jour.
Merci pour vos beaux témoignages et à Jean-Marc qui permet à cette communauté d’exister.

macquet guibert
macquet guibert
22 jours plus tôt

je le vie avec mon épilepsie commencé à 12 ans par de mini crise ,le jour puis la nuit jusqu’au comas épileptique,crise selon mon ressenti,les situation,les pressions…etc maintenant 51 ans, c’est ma force et je ne fait plus que des absences épileptiques ,cela continue à évoluer,merci pour votre partage

Valérie Gauthier-Ares
Valérie Gauthier-Ares
27 jours plus tôt

Bonjour, j’adore vous lire chaque jours. La maladie qui a complètement changé ma perspective sur la vie moi c’est nul autre que la maladie mental. À mon avis nous sommes tous pris par cette maladie à différents niveaux et tout cela inconsciemment. Toute notre vie nous la passons contrôlé par notre mentale et absorbé par le travail, par la charge parental par vouloir être parfait dans tous les domaines. Tous va trop vite et nous vivons sans vraiment vivre. Le jour ou j’ai compris que ma compagnie était véritablement  » de la compagnie  » je suis resté vraiment bouche-bée (… Lire la suite »

Cathy
Cathy
1 mois plus tôt

J’ai la fibromyalgie depuis 5 maintenant mais avant d’être diagnostiquée j’ai souffert de douleurs, de névralgie, de migraines inimaginables pendant 3 longues années… désormais j’ai un traitement depuis 2 ans qui a espacé et allégé les crises, tout est toujours là mais les douleurs sont moins fortes… j’ai toujours été une battante et je luis encore et aujourd’hui je souris, je vis et je fais tout ce que j’ai envie de faire malgré mon handicap la douleur… personne ne voit que je suis malade donc j’ai gagné !! J’essaye désormais de transmettre ma force, comment relativiser dès que je le… Lire la suite »

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous