Curcuma: une épice puissante

06/04/2013
Curcuma: une épice puissante
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (45 votes, average: 3,56 out of 5)

La curcumine est, parmi tous les nutriments, celui dont les effets potentiels sur le cancer sont les mieux documentés dans la littérature scientifique.

La curcumine est un dérivé du curcuma, le pigment qui donne au curry sa couleur jaune-orangé.

C’est un composé qui a été l’objet de nombreuses études, et dont les effets sur la santé sont multiples. La conséquence est que le curcuma connaît un succès croissant en tant que complément alimentaire. 100 grammes de curcuma contiennent 3 à 5 grammes de curcumine.

Les médecines traditionnelles chinoise et indienne exploitent les vertus thérapeutiques de la curcumine depuis des milliers d’années. Elle est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anti-inflammatoires. Or, comme vous le savez sans doute, l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques, si ce n’est pas de toutes. Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé.

Ses potentiels effets sur le cancer ne sont donc pas, et de loin, son seul intérêt. A la fin de cet article, vous trouverez également une liste de mesures préventives contre le cancer à appliquer dans la vie de tous les jours.

Recevez votre dossier offert

SUR LE CANCER

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation!

La curcumine efficace chez les souris contre une tumeur du cerveau mortelle

Dans un article publié dans le Journal of Nutritional Biochemistry du mois de juillet 2011, des chercheurs expliquent que la curcumine pourrait être la solution pour stopper un type mortel de cancer du cerveau appelé glioblastome. L’étude, réalisée sur des souris, vient appuyer des observations qui avaient déjà été faites auparavant. Les scientifiques y ont montré qu’elle réduirait la tumeur chez 9 des 11 animaux étudiés (81 %), sans montrer de signe de toxicité. (1)

Mieux encore, la curcumine n’affecterait pas les cellules en bonne santé, suggérant qu’elle cible sélectivement les cellules cancéreuses. Ils ont aussi constaté qu’elle agirait en synergie avec deux médicaments utilisés en chimiothérapie, augmentant l’élimination des cellules cancéreuses.

Les auteurs déclarent :

« En résumé, les données présentées ici suggèrent que la curcumine est un agent potentiel pour les thérapies des glioblastomes. »

Un des MEILLEURS compléments alimentaires

Mais les médecins connaissaient depuis de nombreuses années le potentiel de la curcumine. Parmi tous les nutriments, c’est elle qui a fait l’objet du plus grand nombre d’articles scientifiques sur ses vertus.

Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifique Cancer Prevention Research a observé que la curcumine inhiberait la motilité (leur capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation en inhibant le fonctionnement du l’alpha-6-bêta-4 intégrine, ce qui implique qu’elle pourrait servir comme agent thérapeutique efficace dans les tumeurs qui surexpriment l’alpha-6-bêta-4. (L’alpha-6-bêta-4 est associé au développement du cancer en contribuant à la résistance des cellules à l’apoptose et aux métastases. L’apoptose signifie la mort cellulaire programmée : les cellules cancéreuses ont la particularité de ne pas mourir quand elles le devraient, ce qui contribue au développement des tumeurs). (2)

En 2009, une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Pharmacology a observé que la curcumine inhiberait la croissance des cellules cancéreuses du pancréas, et accroîtrait la sensibilité des cellules à la chimiothérapie. (3)

Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favoriserait la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon. (4)

Une étude de 2010 a conclu que la curcumine aurait la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses. (5)

Comment la curcumine aide-t-elle à combattre le cancer ?

En Inde, où le curcuma est très répandu dans la cuisine, la prévalence, c’est-à-dire la fréquence, de quatre cancers très répandus chez nous – cancer du côlon, du sein, de la prostate, du poumon – est dix fois plus faible. En fait, le cancer de la prostate, qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes européens, est rare en Inde, et ce phénomène serait attribué, en partie, à la consommation de curcuma. Il apparaît que la curcumine agirait contre le cancer de plusieurs façons :

  • Inhiberait la prolifération des cellules des tumeurs ;
  • Aiderait votre corps à détruire les cellules mutantes, afin de les empêcher de se répandre dans votre corps ;
  • Inhiberait la transformation de cellules normales en cellules de tumeur ;
  • Diminuerait l’inflammation ;
  • Empêcherait le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur ;
  • Inhiberait la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs.

Quel est le meilleur type de curcuma ?

Pour bénéficier de toute la puissance de la curcumine, choisissez un complément alimentaire à 100 % de curcumine, extrait de curcuma certifié biologique, contenant au moins 95 % de curcuminoïdes. La formulation ne doit contenir aucun additif ni excipient (la substance ajoutée au complément pour faciliter la fabrication ou la conservation), et le fabricant doit apporter une garantie de qualité sur toute la chaîne de production : non-pollution des sols, plantation, culture, récolte sélective, production et conditionnement du produit final.

Pour la cuisine, choisissez une poudre de curcuma pure plutôt que du « curry ». Biologique de préférence. Une étude scientifique a montré que la poudre de curry tend à contenir très peu de curcumine en comparaison avec le curcuma.

Conseils pour l’usage de la curcumine

Vous pouvez faire une micro-émulsion de poudre de curcumine. Mélangez une cuillère à soupe de curcumine avec 1 ou 2 jaunes d’œufs, avec une cuillère à café ou deux d’huile de noix de coco fondue. Utilisez ensuite un mixer pour émulsifier le mélange.

Une autre stratégie qui peut aider à augmenter l’absorption de la curcumine est de mettre une cuillère à soupe de poudre de curcumine dans 12,5 cl d’eau bouillante (elle doit bouillir au moment où vous ajoutez la poudre, l’efficacité est réduite si l’eau est tiède). Après l’avoir fait bouillir 10 minutes, vous aurez créé une solution à 12 %, que vous pouvez boire une fois rafraîchie. Vous y trouverez un goût boisé. Notez bien que la concentration en curcumine va diminuer progressivement. Au bout de six heures, la solution ne sera plus qu’à 6 %, donc il est préférable de la boire dans les quatre heures.

Attention aux tâches : la curcumine est un pigment jaune très puissant. Ce liquide peut tâcher de façon indélébile non seulement les tissus, mais également certains plastiques (matériel de cuisine). A manipuler, donc, avec précaution.

Prévenir le cancer : 11 conseils pour diminuer votre risque d’être frappé

Ces trente dernières années, le cancer a doublé dans le monde, et les estimations indiquent qu’il pourrait tripler d’ici 2030. Clairement, nous devons commencer à nous occuper sérieusement de prévention du cancer.

Recevez votre dossier offert

SUR LE CANCER

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation!

L’impressionnant potentiel de la curcumine ne doit pas faire oublier qu’un mode de vie sain – et non l’absorption de quelconques quantités de compléments alimentaires – est la MEILLEURE façon d’éviter de devenir une nouvelle statistique des ravages du cancer. Ma conviction est que vous pouvez potentiellement éliminer votre risque de cancer et d’autres maladies chroniques, et améliorer radicalement vos chances d’en guérir si vous êtes actuellement touché, en suivant les stratégies suivantes de réduction du risque :

  • diminuez fortement votre consommation de sucres et de féculents (aliments contenant une grande quantité d’amidon). Cela vous permettra de normaliser votre niveau d’insuline dans votre sang, une hormone qui stimule la croissance des cellules cancéreuses. C’est l’une des plus efficaces mesures que vous puissiez prendre pour diminuer votre risque de cancer, et pour ce faire, réduire votre consommation de sucre, céréales et pommes de terre est la priorité. L’élimination des aliments à index glycémiques élevés est particulièrement importante car ce sont eux qui stimulent le plus votre insuline.
  • Optimisez votre niveau de vitamine D, pour le maintenir entre 50 et 70 ng/mL. Les preuves scientifiques qui témoignent du fait qu’une déficience de vitamine D joue un rôle crucial dans le développement du cancer sont écrasantes. Les chercheurs dans ce domaine ont estimé qu’environ 30 % des décès par cancer pourraient être évités chaque année en optimisant les niveaux de vitamine D de la population générale. (6) A votre niveau personnel, vous pouvez diminuer votre risque de cancer de moitié ou plus, simplement en vous exposant assez au soleil toute l’année, mais cela est rarement suffisant dans nos pays à faible niveau d’ensoleillement. L’utilisation d’un complément oral de vitamine D s’avère souvent indispensable. Si vous êtes traité pour un cancer, il est probable qu’un niveau supérieur de vitamine D (de 80 à 90 ng/ml) vous soit bénéfique.
  • Faites régulièrement de l’exercice physique : il existe des signes probants que l’exercice physique diminue fortement votre risque de cancer, principalement en réduisant les niveaux d’insuline et en normalisant les hormones anabolisantes. Par exemple, les femmes qui font régulièrement de l’exercice peuvent diminuer leur risque de cancer du sein de 20 à 30 % par rapport aux inactives. L’exercice n’a pas besoin d’être intensif, au contraire, mais il doit être fréquent et varié.
  • Augmentez vos apports d’acides gras oméga-3 d’origine animale (EPA et DHA). De nombreuses recherches suggèrent qu’ils jouent un rôle dans le contrôle de l’inflammation et dans l’efficacité du système immunitaire à combattre les cellules cancéreuses (7) ;
  • Mangez beaucoup de légumes, idéalement frais et bios, en privilégiant les légumes colorés et en particulier les légumes verts à feuilles ainsi que les crucifères, c’est-à-dire toutes les sortes de chou mais aussi les radis et le cresson, qui ont des propriétés anti-cancer intéressantes.
  • Dotez-vous d’une technique personnelle pour diminuer vos émotions négatives qui risquent d’activer vos gènes de cancer. Le yoga, la prière, la méditation, la sophrologie font partie des moyens de rétablir un équilibre intérieur propice. Si vous êtes déjà touché par la maladie ces techniques peuvent vous aider à mieux combattre la maladie.
  • Conservez votre poids idéal ;
  • Dormez assez, et d’un sommeil de bonne qualité ;
  • Réduisez votre exposition aux toxines environnementales, comme les pesticides, les produits chimiques ménagers, les désodorisants d’ambiance, la pollution atmosphérique et les toxines des plastiques comme le bisphénol A.
  • Cuisinez en privilégiant les modes de cuisson doux : pochage, cuisson à la vapeur, ébullition, plutôt que friture. Evitez absolument la cuisson au barbecue.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Références :

(1)    J Nutr Biochem. 2012 Jun;23(6):591-601.

(2)    Cancer Prev Res (Phila). 2008 Oct;1(5):385-91.

(3)    Mol Pharmacol. 2009 Jul;76(1):81-90.

(4)    Biol Pharm Bull. 2010;33(8):1291-9.

(5)    Cancer Lett. 2010 Jul 1;293(1):65-72.

(6)    Study shines more light on benefit of vitamin D in fighting cancer

(7)    Suzanne M Pilkington, Karen A Massey, Susan P Bennett, Naser MI Al-Aasswad, Khaled Roshdy, Neil K Gibbs, Peter S Friedmann, Anna Nicolaou, Lesley E Rhodes. Randomized controlled trial of oral omega-3 PUFA in solar-simulated radiation-induced suppression of human cutaneous immune responses. Am J Clin Nutr 2013 ajcn.049494.

(8)    Dr Joseph Mercola, « The Cancer-Fighting Spice So Potent – It Even Beat Brain Tumors in Mice…», 20

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (45 votes, average: 3,56 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Mangez des fleurs

07/06/2020

Mangez des fleurs ! Les êtres humains, on le sait, étaient à l’origine “chasseurs-cueilleurs”. Sans congélateurs ni conserves, nou...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Manger des peaux de banane

12/11/2019

Oui, c’est possible, et c’est mieux que de les jeter à la poubelle   La banane fait partie de ces fruits, comme le kiwi, dont...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (33 votes, average: 3,27 out of 5)
arrow Lire l’article

Une belle découverte : l’ail noir

23/08/2019

Une nouvelle façon de manger l’ail L’ail noir, kuro ninniku en japonais, est un ail ordinaire (blanc ou rose, de la variété Allium...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (8 votes, average: 2,63 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Curcuma: une épice puissante''
0 0 vote
Article Rating
guest
124 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Morin Henriette
Morin Henriette
1 mois plus tôt

j’ouvre tjrs avec plaisir vos articles mais je suis trop svt déçue par ce trait assez commun à chacun d’eux : pourquoi vous évertuez vous à nous conseiller de prendre des compléments alimentaires ou des nutriments ? alors que nous ne savons que très rarement ce qui nous manque vraiment et à quelles doses !
N’est-il pas mieux et plus simple de miser sur une alimentation fraîche donc de proximité, bio, de qualité et diversifiée..? en veillant à garder un PH basique ou neutre , ce qui est à la portée de chacun

vous n'aurez pas le
vous n'aurez pas le
2 mois plus tôt

Bonsoir, pour les études citées il aurait mieux fallu mettre les liens 😉 Il suffit de faire un copié-collé de la ligne de l’article dans un nouvel onglet. Je l’ai fait pour la première étude : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21775121 MAIS vous n’aurez pas le texte original de l’étude. Une étude est dans les faits un RECHERCHE SCIENTIFIQUE et il y en a de plusieurs sortes … Un grand nombre de ces études ne sont pas validées scientifiquement. A savoir, que « valider scientifiquement » veut dire que n’importe qui -s’occupant du MÊME DOMAINE de recherche- doit pouvoir obtenir les mêmes résultats, exactement dans les… Lire la suite »

PAJK
PAJK
6 mois plus tôt

Bonsoir, moi aussi j’ai lu dans la revue science et vie et dans d’autres articles d’autres revues médicales que le curcuma n’étais pas un anti inflammatoires, qui croire ??.

Iolire
Iolire
2 mois plus tôt
Reply to  PAJK

Bonjour, Apparemment les modérateurs ne répondent pas ? Je n’ai vue aucune réponse depuis … 2017 !!!! J’ai donc rejoint la discussion pour apporter des précisions – si mon commentaire n’est pas censuré – et souhaite qu’il ait été clair et vous ai apporté des éléménts de réflexion et de recherches de votre part. Au cas où je remets mon commentaire en guide de réponse pour vous : Bonsoir, pour les études citées il aurait mieux fallu mettre les liens Il suffit de faire un copié-collé de la ligne de l’article dans un nouvel onglet. Je l’ai fait pour la… Lire la suite »

Pignard AM
Pignard AM
7 mois plus tôt

Bonsoir, vous parlez du curcuma, ma question est la suivante : je prend de l’EPS (extrait de plante sèche) de curcuma , une cuillère à café le matin à jeun avec une c.d’huile d’olive. est-ce bien comme cela ? Merci pour votre réponse.

Hell Antoine
Hell Antoine
10 mois plus tôt

Il est connu que le curcuma est malheureusement assez peu bio assimilable seul
Le fenugrec contenu dans le curry le rendrait beaucoup plus bio disponible.

PEQUIGNET Sylviane
PEQUIGNET Sylviane
1 année plus tôt

bonjour, je sais que ce n’est pas vous qui l’avez faites, mais je suis choquée de l’utilisation de cette étude souris/cancer du cerveau.
1 – les études faites sur les animaux ne sont pas transposables sur l’humain.
2 – arrêtons d’aliéner les animaux, et d’en faire des souffre douleurs, je dirai inutilement dans 75% des cas. Si les animaux sont si proche de nous, arrêtons de les manger (on frise le cannibalisme), et s’ils ne le sont ps, arrêtons d’étudier tout et n’importe quoi sur eux.

124
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda