La dépression, un signe de bonne santé

30/06/2019
La dépression, un signe de bonne santé
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,38 / 5)

Autres réflexions positives sur la dépression

Je vous ai parlé de Roland Feuillas, ce chef d’entreprise plein de réussite qui est soudain tombé en dépression, à la suite de quoi il a commencé sa conversion pour devenir boulanger à Cucugnan.

Roland Feuillas a écrit : « La dépression est une chance », comme je l’expliquais avant-hier.

Mais il va encore plus loin, dans son livre, et écrit que « la dépression est un signe de bonne santé ».

Il s’explique :

« La dépression est ce signe qui vient frapper à notre porte pour nous dire : “Changez votre vie, soyez en accord avec ce qu’il y a de plus authentique au fond de vous-même, de plus généreux, de plus bienveillant, de plus partageur [1]”. »

La dépression est le signe que nous avons besoin de nous reconnecter

La dépression est, selon lui, « un premier signe que nous ne sommes pas dupes, que nous avons en nous des possibilités de nous reconnecter à des terres fertiles ».

Avant-hier, je disais que l’impression de paralysie provoquée par la dépression pouvait être vue comme une réaction naturelle de notre organisme qui se fige face à un danger, à une situation inconnue. L’insomnie, les ruminations, seraient nécessaires pour nous permettre de réfléchir aux problèmes qui ont surgi autour de nous, et qui demandent une solution intelligente.

Mais l’inaction de la dépression peut aussi être vue comme l’âne ou le cheval qui soudain refusent d’avancer.

Ils ont porté leur charge sur des centaines de kilomètres sans se poser de questions, sans renâcler, sans se plaindre, mais aussi sans réfléchir.

Et soudain, ils comprennent qu’ils n’ont aucune bonne raison de continuer. La carotte et le bâton avec lesquels on les a fait avancer jusque-là ne suffisent plus.

La carotte et le bâton ne suffisent plus

Ils se rendent compte que le bâton, finalement, ne fait pas si mal et que la carotte n’est pas aussi bonne qu’elle en a l’air !

Ainsi le cadre surmené se demande-t-il soudain, vers 40 ans, ce qu’il fiche là, si vous me passez l’expression.

Un de mes professeurs employait cette image :

« Quand vous avez 20 ans, vous êtes comme au pied d’un immeuble. Vous vous élancez dans les escaliers pour monter les étages. Vous montez, montez, montez et, à 40 ans, vous arrivez sur le toit. Et c’est alors que vous vous apercevez que vous vous êtes trompé d’immeuble. »

C’est alors la panique, et l’effroi. Vous regardez autour de vous et vous vous apercevez que vous vous êtes donné tout ce mal pour rien.

Du haut de l’immeuble, on voit mieux, et plus loin

Enfin, pas tout à fait. Car maintenant que vous êtes en haut d’un immeuble, vous avez une meilleure vue sur votre environnement. Vous voyez mieux où vous voudriez aller que lorsque vous étiez au ras du sol, et plus loin.

Vous avez aussi l’expérience d’avoir escaladé un immeuble. Il vous sera donc plus facile d’en gravir un autre. Peut-être même pourrez-vous prendre l’ascenseur.

S’arrêter pour contempler le monde

Il n’empêche que, à ce moment-là, votre course s’arrête.

Pour la première fois, vous redressez la tête, vous prenez le temps de contempler le monde autour de vous. Tout vous apparaît avec des horizons plus vastes que vous ne le pensiez.

Peut-être comprenez-vous que vous avez escaladé cet immeuble non pas parce que vous le souhaitiez pour vous, mais pour faire plaisir à quelqu’un (un parent, un conjoint, un professeur, un groupe d’amis…), ou en imaginant faire plaisir à quelqu’un.

Peut-être vous rendez-vous compte que vous n’avez pas assez réfléchi à ce que vous vouliez faire. Vous pensiez suivre une voie évidente, avec des buts clairs : aimer et être aimé, acheter une voiture, une maison, voyager, faire carrière.

Mais la vie vous a enseigné que les choses étaient un peu plus compliquées que cela. Que chacun doit « trouver sa voie », en développant ses talents particuliers, en suivant son propre destin, et que le « bonheur » ne signifie pas la même chose pour tout le monde, loin de là.

Le bonheur n’est pas un état qu’on atteint une fois pour toutes

Vous avez compris que le bonheur n’était pas un état que l’on atteignait une fois pour toutes, mais plutôt un chemin. Que pour éprouver du bonheur, il fallait à la fois du confort et de la sécurité, mais aussi une dose de risque, de défi, de « challenge », sans quoi on en venait vite à mourir d’ennui.

Trouver sa voie peut prendre plusieurs mois, parfois plusieurs années de réflexion. Il va souvent falloir se résigner à redescendre de l’immeuble qu’on avait mis tant d’énergie à gravir.

Il y a un renoncement à faire, mais c’est un renoncement plein de promesse.

Je laisse la parole à Roland Feuillas, qui conclut ainsi son propos sur la dépression :

« Plus vous trouvez cet accord avec vous-même, plus la vie vous gratifie de ses dons. Mon existence est aujourd’hui une source de très intense réconfort, de très bouleversantes joies, au point que j’en viens aussi à me demander si j’ai mérité toutes ces faveurs. Je dirais qu’il demeure en moi ce fond dépressif comme une capacité de vigilance, de m’assurer que je ne dévie pas de mon axe, que je reste dans la perspective la plus haute. »

Quelle belle promesse !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

[1] Roland Feuillas & Jean-Philippe de Tonnac, À la recherche du pain vivant, Actes Sud, 2017.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,38 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Quand le désir de vengeance nous ruine la vie… et la santé

15/09/2019

Comment ne pas mourir d’amertume après avoir subi une grave injustice Il arrive d’être victime d’injustice et d’éprouver un intens...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,85 / 5)
arrow Lire l’article

Poches sous les yeux : âge, fatigue ou maladie ?

11/09/2019

Bien gérer et limiter les poches sous les yeux Nous n’aimons pas les poches sous les yeux, ni chez nous, ni chez les autres. Nous ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
arrow Lire l’article

Surprise : les optimistes dorment mieux

08/09/2019

Être optimiste, une simple histoire de volonté ? Une étude de l’université de l’Illinois (États-Unis) montre que plus une personne...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 5,00 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''La dépression, un signe de bonne santé''

9
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
Marie
Marie

Bonjour, oui c’est effectivement ce que j’ai ressenti alors que j’ai réalisé que je montais seule en haut de l’immeuble et pourtant nous étions 2 sur la route… il y a des gens qui veulent cheminer dans la vie et d’autres qui ont besoin de se faire transporter. Sauf que… Lire la suite »

Maria
Maria

La dépression, si l’on voit un médecin psychiatre cela signifie prendre des antidépresseurs qui modifient le fonctionnement biologique du cerveau ; avec des conséquences graves et le plus souvent irréversibles : euphorie un jour, contre-coup le lendemain avec bouffées irrépressibles d’agressivité très malsaines, se traduisant par des flots de reproches… Lire la suite »

fleuret
fleuret

merci beaucoup il va falloir être forte

Alma
Alma

Sincerement je trouve le titre de votre article totalement déplacé ! J ai un ami depressif qui viens de se suicider pour moi il etait attend de cette chose qui l a pousse a l irréparable malgres l amour de sa femme et ses 2 petits enfants ! Vraiment en… Lire la suite »

Danièle Levy
Danièle Levy

La dépression est une maladie et un un signe de bonne santé. Cet article banalise la dépression. Et ceci est inacceptable.

Joël Gord
Joël Gord

Merci pour ce témoignage d’intense vérité qui ne peut être qu’intime et personnelle, plein de promesses pour tous ceux et celles qui voudront bien voir et entendre: c’est un message de lumière dans la nuit. J’ai vécu une expérience proche de celle de Rolland Feuillas. Je n’en suis pas encore… Lire la suite »

5 Dossiers Gratuits
pour votre Santé !

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation

Avez-vous reçu vos

5 dossiers GRATUITS ?

5 Dossiers GRATUITS

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation