Les cinq lettres qui guérissent

08/04/2018
Les cinq lettres qui guérissent
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,54 / 5)

Le petit mot santé plus efficace que les médicaments (et sans effet secondaire)

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous connaissez par cœur ces cinq lettres.

Mais saviez-vous que, lorsque vous les prononcez :

  • Elles diminuent votre rythme cardiaque ;
  • font baisser votre pression artérielle ;
  • abaissent votre risque d’Alzheimer (et maintiennent vos capacités mentales) ;
  • améliorent votre sommeil ;
  • renforcent vos défenses naturelles ?

Il est bien possible que non.

La plupart des médecins ignorent la puissance de ces cinq lettres. Ou alors, ils n’en parlent pas à leurs patients.

Pourtant, de nombreuses études médicales l’ont confirmé.

Grâce à ces cinq lettres, vous avez moins de risques de mortalité cardiaque, moins de risques de démence et un moindre risque de dépression. Votre sommeil s’améliore et votre santé générale se renforce. Surtout que ces cinq lettres vous aident à tenir vos bonnes résolutions, comme de faire du sport ou de manger moins de sucre ! Je vous donne les références scientifiques plus loin.

Ces cinq lettres ont, en outre, l’avantage de ne rien coûter. Elles n’ont pas d’effet secondaire indésirable.

Les cinq lettres qui guérissent

Ces cinq lettres qui guérissent, ce sont les lettres… M-E-R-C-I, merci !!

En effet, il suffit d’éprouver un authentique sentiment de reconnaissance, donc d’avoir envie du fond du cœur de dire merci, pour que notre santé s’améliore.

C’est prouvé scientifiquement :

  • Des psychologues de Londres qui avaient demandé à leurs patients d’éprouver chaque jour un peu de reconnaissance ont constaté que ces patients dormaient mieux et avaient moins d’hypertension au bout de deux semaines[1].
  • Des médecins de Boston (États-Unis) ont constaté que des patients suicidaires qui devaient faire des exercices psychologiques les conduisant à ressentir de la gratitude ont vu leur désespoir disparaître dans 90 % des cas[2].
  • Une équipe irlandaise a montré qu’un groupe qui devait noter chaque jour cinq raisons d’être reconnaissant a vu son niveau de stress et de dépression baisser de 27 %[3].
  • Dans les années 90, en Californie, le professeur Emmons a montré comment ses étudiants et des patients atteints de problèmes neuromusculaires graves ont vu leur santé s’améliorer en notant tous les jours pendant trois mois dans un carnet cinq événements positifs de leur vie [4].

Pour bénéficier vous aussi des bienfaits de la gratitude, voici quelques trucs utiles :

  • tenir un journal où vous écrivez chaque jour cinq raisons d’être satisfait ;
  • réserver chaque jour cinq minutes, en silence et les yeux fermés, pour penser aux raisons d’éprouver de la gratitude, par exemple pour le fait d’être en vie, d’avoir un toit, à manger ;
  • s’efforcer de penser à ce qui va bien dans votre vie, plutôt qu’à ce qui va mal ;
  • arrêter de jalouser ceux qui ont plus que nous, et s’efforcer d’apprécier ce que nous avons ; aussi, consacrer du temps à penser à ceux qui souffrent davantage que nous ;
  • apprendre à se réjouir des choses simples, en prenant exemple sur les gens des pays pauvres capables de rire, danser, se réjouir malgré les difficultés matérielles ;
  • et même apprendre à se réjouir des épreuves, car elles ont souvent quelque chose de positif.

Attention toutefois aux conseils moralisateurs et pervers

Attention toutefois à ne pas aller trop loin. Quand je parle de se « réjouir des épreuves », il faut aussi accepter qu’il est normal d’être abattu et triste en cas de malheur.

Il faut parfois aussi savoir être indulgent avec soi-même, et se donner le droit d’être triste et secoué, même si, bien sûr, on peut toujours trouver plus malheureux que soi.

Chacun vit ses épreuves comme il le peut. Chacun est le seul juge de la souffrance qu’il traverse.

J’ai vu des personnes profondément déstabilisées par un cambriolage ou un licenciement, d’autres retrouver toute leur joie de vivre malgré un accident leur ayant laissé un handicap définitif.

Lorsqu’une personne souffre, lui intimer l’ordre de « faire un effort », lui donner de bons conseils pour éprouver de la gratitude vis-à-vis de l’existence, pour « voir le bon côté des choses » et se convaincre « qu’il y a pire », est inutile. C’est même cruel.

Les souffrances ne se comparent pas

Il existe des milliers de maladies. Elles ne se comparent pas toujours.

Peut-on dire qu’une personne qui a des problèmes de prostate souffre plus qu’une personne atteinte de diabète ? L’arthrose est-elle pire que les douleurs aux reins ? Vaut-il mieux perdre un enfant ou être handicapé ? Tomber en dépression ou souffrir d’une sciatique invalidante ?

Il n’y a pas de bonne réponse à ces questions. Chaque cas est unique. 

Chacun réagit avec son histoire, sa personnalité, ses blessures et ses forces. Souvent de façon inattendue.

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. » Vraiment ??

Mais la phrase qui me révolte le plus est : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. »

Après toutes ces années, mon expérience au contraire est que de très nombreuses personnes sont définitivement affaiblies, voire détruites, par un accident ou une maladie qui ne les avait pas tuées !!

Tout ce qu’on peut faire, dans ces cas-là, c’est prendre la personne par la main, la regarder dans les yeux et lui dire profondément, sincèrement : « Je suis désolé. Comme cela doit être dur pour toi. Comme tu dois souffrir ! »

Reconnaître sa souffrance. Surtout, ne pas la relativiser, et encore moins la nier.

Les vertus de la gratitude

Mais revenons aux vertus de la gratitude.

Il y a une chose très intéressante à retenir de ces études scientifiques qui montrent que les personnes qui éprouvent de la gratitude sont en meilleure santé.

C’est une chose que personne ne souligne. Et pourtant, quand on y réfléchit, cela saute aux yeux.

Chaque fois, il s’agit d’une expérience collective, avec une autorité donnant la consigne à des personnes de manifester activement leur gratitude, en particulier en notant leurs raisons dans un carnet.

Or c’est exactement cela qui fait la différence.

Les conseils que j’ai donnés pour s’efforcer à éprouver de la gratitude sont terriblement difficiles à suivre quand on est seul.

Et c’est là un très gros problème :

L’importance des rites collectifs

Autrefois, la vie était organisée autour de rites collectifs.

Non seulement ils permettaient de vivre ensemble des moments de gratitude, mais aussi ils obligeaient, en pratique, à le faire !!

Ainsi, dans nos sociétés, la plupart des gens récitaient des prières avant et après chaque repas pour remercier pour la nourriture. Le matin et le soir également, et tous les dimanches et à chaque fête à l’église, on disait merci, par des paroles, par des chants, pour tous les bienfaits de la vie.

Merci envers la Création, envers Dieu, envers les parents, envers le prochain, envers les personnes décédées !

Chez les Juifs, il existait un chant, ou « psaume de la Création », qui consistait à remercier pour toutes les choses de la Terre et de l’Univers, de la lune au soleil, en passant par les étoiles, le vent, la neige, tous les poissons, les animaux, les plantes, etc., etc.

Des rites semblables existent dans les autres cultures.

Dès qu’il y a une dimension sociale, communautaire aux démarches de gratitude, elles deviennent faciles, évidentes, agréables, constructives.

L’importance d’être accompagné, d’être aidé

Il n’est pas étonnant que les personnes qui ont pris part à des expériences scientifiques aient ressenti des bienfaits. Sachant que des professeurs en blouse blanche allaient venir vérifier qu’ils avaient bien écrit sur leur carnet leurs raisons d’être reconnaissants, les participants à ces études ont été motivés pour le faire.

Mais le problème, c’est de faire cela quand vous êtes seul et que personne ne vous soutient !!

On sait que le simple fait de participer à une étude scientifique, où l’on vous observe, où des gens importants s’occupent de vous et s’intéressent à votre vie, augmente votre moral, votre intérêt pour la vie, et diminue notre propension naturelle à nous inquiéter du présent et de l’avenir.

Une célèbre expérience avait été faite dans les années 70. De prétendus « experts sur les effets de la lumière » avaient expliqué à des ouvriers dans une usine qu’ils allaient étudier l’effet de la luminosité sur la productivité.

Toute la journée, ces « experts » se promenaient dans l’usine et augmentaient ou baissaient l’éclairage.

En réalité, c’était un canular. Nos faux scientifiques changeaient la lumière au hasard.

Néanmoins, la productivité dans l’usine doubla pendant l’étude. Les ouvriers étaient si contents que quelqu’un vienne les observer et s’intéresser à eux qu’ils étaient beaucoup plus motivés !

Et en effet : dès que quelqu’un s’intéresse à vous, vous prend en main, vous met dans un groupe, vous entraîne dans un projet, vous vous sentez mieux.

La leçon à tirer de cela

Oui, bien sûr, le sentiment de gratitude et de solidarité est, en effet, très positif pour l’être humain. Il vous apaise, vous renforce, et il n’est donc pas étonnant que votre sommeil s’améliore, que votre risque de dépression chute, que votre stress diminue, et donc que votre rythme cardiaque, votre tension artérielle et votre risque d’accident cardio-vasculaire…

Mais la vraie clé pour en arriver là, ce n’est pas de se « forcer » à éprouver de la gratitude.

C’est de reconstruire, ou de retrouver autour de nous, les liens d’amitié, de solidarité de vie, les structures sociales et les rites communautaires qui sont aussi indispensables à l’être humain que la nourriture…

Voilà le vrai défi.

C’est alors que mieux manger, vivre plus sain, plus régulièrement, mieux dormir et se sentir plus heureux, nous apparaîtra comme une évidence, d’une facilité… déconcertante.

Ma conclusion peut paraître un peu décourageante. Mais je vous invite à la voir aussi comme un appel pressant à revenir à une société plus humaine, plus consciente des besoins profonds et naturels de chacun. C’est une nécessité urgente !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

Sources de cette lettre :
[1] https://www.psychologytoday.com/us/blog/minding-the-body/201111/how-gratitude-helps-you-sleep-night
[2] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0092656613000597
[3] McCullough, M. E., Emmons, R. A., & Tsang, J. A. (2002). The grateful disposition: A conceptual and empirical topography. Journal of Personality and Social Psychology, 82(1), 112-127. doi: 10.1.1.337.3704
[4] https://greatergood.berkeley.edu/article/item/why_gratitude_is_good

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,54 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

L’étonnant pouvoir de la blouse blanche

30/09/2018

Profitez vous aussi de cette force pour améliorer votre vie ! Des scientifiques ont fait passer un test à trois groupes de person...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 2,67 / 5)
arrow Lire l’article

Avez-vous un parent proche à moins d’1 kilomètre de chez vous ?

27/09/2018

Vivre proche des siens fait plus pour la santé que l’alimentation ou le sport ! Selon des scientifiques de l’université de San Di...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 2,67 / 5)
arrow Lire l’article

Choisir un psy, c’est facile…

16/09/2018

…Et cela fait beaucoup de bien d’avoir un psy   Chère lectrice, cher lecteur, Dans ma dernière lettre, qui conce...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,27 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Les cinq lettres qui guérissent''

18
Poster un Commentaire

avatar
17 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
18 Comment authors
marienoelMarieDominiqueAntoinetteBlancDaly Mariette Recent comment authors
plus récents plus anciens
marienoel
marienoel

Merci de nous rappeler cela. Vous avez raison de le faire, dans ce monde où tout devient un ‘peu fou’. Ce que vous rappelez me redonne un peu de moral dans mon marasme. Même seule je vais essayer d’écrire ces mercis.hier je cherchais dans ma tête ce qui pouvait être… Lire la suite »

MarieDominique
MarieDominique

Merci à vous
Bel article : l’éternel enfant que l’on peut être apprécie de réviser cette leçon de mercis, science naturelle !
Je dois avouer que ma guérison par un excellent naturopathe a commencé naturellement ainsi, par mille et un mercis !

Antoinette
Antoinette

Bravo pour votre article. C’est un bel encouragement pour chacun et facile à adopter. MERCI

Blanc
Blanc

Mon cher Dupuis, votre article est un peu tiré par les cheveux. les 5 lettres que j’attendais sont: A M O U R .Et oui, l’amour qui fait cruellement défaut dans une société qui a perdu ses repères , rongée par l »égoisme et autres bétises. Oui, l’amour qui réchauffe le… Lire la suite »

Daly Mariette
Daly Mariette

je suis 100 % d’accord avec vous, je rentre à l’instant d’une promenade avec mon chien. un moment je me suis spontanément arrêtée et j’ai remercié pour la douceur de l’air, la beauté des nuages, le tapis de pâquerettes que je foule …….., ça vient tout seul très souvent. C’est… Lire la suite »

Guérin Nathalie
Guérin Nathalie

Bonjour. Si l’on accepte de croire que ce qui nous arrive nous concerne et donc que l’on doit forcément avoir la solution en soi, quelque part -sinon, ça arriverait à quelqu’un d’autre, non ?- comment pouvez-vous rejeter la force de l’expérience de vie acquise grâce à cette difficulté ? Pour… Lire la suite »