Le Fast-Food augmente de 51% votre risque de dépression !

03/04/2012
Le Fast-Food augmente de 51% votre risque de dépression !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)

Une nouvelle étude dirigée par des scientifiques des Universités de Grenade et de Las Palmas (Espagne) a établi un lien entre la consommation de fast-food et le risque de dépression.

Publiée dans la revue scientifique Public Health Nutrition, cette étude révèle que les consommateurs de fast food ont un risque 51 % plus élevé de souffrir de dépression que les personnes qui n’en mangent pas ou peu.

De plus, les chercheurs ont constaté que le risque augmente avec la quantité : « plus vous allez au fast-food, plus votre risque de dépression est élevé », a expliqué Almudena Sánchez-Villegas, directeur de l’étude.

 

Les pâtisseries industrielles mises en cause également

Ces résultats doivent être pris au sérieux. Ils sont cohérents avec les résultats obtenus en 2011 par le SUN Project (1), publiés dans la revue médicale en ligne PloS One. Le risque de dépression observé était de 42 % plus élevé chez les personnes consommatrices de fast-food. 12 059 personnes avaient été suivies pendant plus de six mois, ce qui garantit la fiabilité des résultats.

Des résultats semblables ont été observés concernant la consommation de pâtisseries industrielles (beignets, viennoiseries, cakes…). « Même la consommation de petites quantités a été mise en relation avec des risques plus importants de dépression », selon le directeur de l’étude.

 

Tout un mode de vie à revoir

Les personnes qui mangent souvent au fast-food ont tendance, plus que les autres, à vivre seules, à travailler trop, à fumer, et à négliger leur alimentation.

Cuisinant peu, elles laissent traîner dans leur frigo, trop longtemps, les rares fruits et légumes frais qu’elles achètent. Mangeant seules, elles négligent de mijoter des plats savoureux, de dresser une table avenante, elles ne prennent pas assez le temps ni de s’asseoir, ni de mâcher leur nourriture pour produire de la salive.

Bien entendu, le défaut de salive empêche la digestion complète. Mais il y a pire :

Depuis deux ans, on sait que la salive est essentielle au fonctionnement du palais et des papilles gustatives. Sans salive, vous ne pourriez ni distinguer une fraise d’une framboise, ni une aubergine d’un poivron mariné, ni un camembert d’un Saint-Nectaire. Pire encore, vous risqueriez de confondre un Haut-Médoc et un Saint-Estèphe !

Imaginez quelle serait votre existence ! Eh bien, ce cauchemar est le quotidien de millions de malheureux, dont la seule fantaisie dans les « repas » est de verser sur leurs frites de la mayonnaise… ou du ketchup.

 

Porte-monnaie agressé

Mais l’absence totale de plaisir vrai à table n’est pas la seule punition que s’infligent les adeptes des fast-foods.

D’abord bien sûr, ils gaspillent leur argent : la dernière fois que j’ai vérifié, le menu chez McDonald’s coûtait 7,70 euros.

« Mais non Papa », soupire Jonathan, 13 ans, « ça, c’est le menu Maxi Best Of Chicken Mythic ! ».

Alors prenons un papier et un crayon :

J’additionne le prix du petit-pain (20 centimes), le bloc de poulet reconstitué (70 cts), la feuille de laitue (3 cts), la tranche de tomate (6 cts), les 200 grammes de frites surgelées (30 cts). J’ajoute celui de l’eau gazeuse et du sucre (15 cts), plus les divers sauces et colorants (18 cts). Même en ajoutant la tranche de bacon et de fromage fondu, j’arrive à un total, taxes comprises, de 1,75 euros maximum pour les matières premières – et je suis généreux.

Tout le reste, c’est les installations, le bâtiment, le parking, les emballages, la publicité, la main-d’œuvre et les impôts.

C’est pourquoi la réalité est que, par rapport à ce qui se retrouve dans votre estomac, les fast-foods sont chers, très chers. Ce sont peut-être même eux qui appliquent le coefficient multiplicateur le plus élevé entre le coût de la nourriture dans votre assiette, ou plutôt dans votre carton, et le montant de l’addition.

 

Tube digestif torturé

Mais le tableau s’assombrit encore lorsqu’arrive dans les intestins ce mélange à moitié mâché de graisses saturées, de sucres et de gluten. C’est la substance idéale pour déclencher un processus de fermentation.

D’énormes bulles de gaz (dioxyde de carbone, méthane et hydrogène) se forment tout le long de l’intestin, entraînant une sensation de ballonnement, qui ne tarde pas à se transformer en une envie d’exploser puis, malheureusement, en une explosion sonore et affreusement gênante, à moins d’être seul à ce moment-là.

Cela n’a rien de comique : flatulences et ballonnements sont des signes sûrs que de la nourriture est en train de pourrir dans votre corps. Votre intestin, qui n’est pas fait pour supporter les substances toxiques qui se dégagent de la nourriture en putréfaction, souffre et peut devenir poreux, si la situation se produit trop souvent.

A ce moment-là, il laisse passer dans le sang des molécules qui auraient dû être arrêtées par l’épithélium intestinal. Cette invasion dans l’organisme de molécules qui n’ont rien à y faire est un facteur d’allergies, d’inflammation, mais surtout de maladies immunitaires comme l’arthrose, et peut contribuer à provoquer des maladies cardiovasculaires, le diabète et diverses formes de cancer.

Le risque de dépression n’est donc pas, et de loin, l’unique raison d’éviter les fast-foods.

Mais s’il est vrai que les dérèglements digestifs et les mauvaises habitudes de vie contribuent massivement à la hausse des « maladies de civilisation » (cancers, diabète, obésité, maladies cardiovasculaires, allergies, problèmes articulaires, dépression, etc.), la bonne nouvelle est que les progrès de la nutrithérapie permettent aujourd’hui d’apporter certaines réponses aux malades concernés.

La lutte contre les fast-foods sera dure, certes, mais vous connaissez l’histoire :

« Combien sont-ils ?…Une multitude ! Combien sommes-nous ? …Deux ! Encerclons-les !!! »

A votre santé !

Références :

Almudena Sánchez-Villegas, Estefanía Toledo, Jokin de Irala, Miguel Ruiz-Canela, Jorge Pla-Vidal and Miguel A Martínez-González. « Fast-food and commercial baked goods consumption and the risk of depression ». Public Health Nutrition: page 1 of 9 doi:10.1017/S1368980011001856

1. SUN Project : University of Navarra Diet and Lifestyle Tracking Program.

2. Conférence de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Rencontrez l’éléphant qui est en vous

18/09/2018

Un bon truc contre le grignotage Chère lectrice, cher lecteur, Nos yeux sont particulièrement aptes à repérer les petites choses ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,50 / 5)
arrow Lire l’article

Fraises : le fruit le plus pollué

13/05/2018

Excellentes pour la santé quand elles sont naturelles, les fraises des cultures modernes génèrent trop de poisons Chère lectrice,...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,60 / 5)
arrow Lire l’article

Avez-vous pris votre vitamine P ?

15/04/2018

Cette substance colorée protège vos cellules contre les radicaux libres Chère lectrice, cher lecteur, Le scientifique hongrois Al...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,32 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Le Fast-Food augmente de 51% votre risque de dépression !''

20
Poster un Commentaire

avatar
18 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
19 Comment authors
Un PassantSoasic NClaude Isabelle VieillardMarie-PauleDorothée Recent comment authors
plus récents plus anciens
Claude Isabelle Vieillard
Claude Isabelle Vieillard

Pour Dorothée… Les légumineuses (pois, pois chiches, flagolets, haricots en tout genre et tout particulièrement les lentilles) sont difficiles à digérer pour un grand nombre de personnes. Il convient de les faire tremper entre 12 et 247 heures jusquà la pousse du germe pour les poix chiches et les lentilles… Lire la suite »

Marie-Paule
Marie-Paule

Bonjour, Tout à fait d’accord avec Martin, Flav ou Elise! Quand on n’a comme souci que de différencier un St-estèphe d’un haut-médoc, on est en effet loin de la dépression : Par cette phrase : « Pire encore, vous risqueriez de confondre un Haut-Médoc et un Saint-Estèphe ! Imaginez quelle serait… Lire la suite »

Dorothée
Dorothée

Merci beaucoup pour ces explications. J’aimerais ajouter d’une part qu’à mon avis l’effet du fast food sur le foie a aussi un gros impact sur la dépression – hépatique et pas seulement en cas d’hépatite C – ; d’autre part, j‘aimerais connaître votre avis sur les légumes et léguminoses, tels… Lire la suite »

Soasic N
Soasic N

Flav et Dorothée : au sujet des topinambours et des haricots… Il s’agi de 2 problèmes différents causant des flatulences. Le produit n’est pas en cause, mais l’état de l’intestin dans un cas, la préparation dans l’autre. Le topinambour contient un sucre non digestible, l’inuline. http://fr.wikipedia.org/wiki/Inuline L’inuline peut fermenter dans… Lire la suite »

martin
martin

Je suis d’accord avec plusieurs internautes que ce n’est pas nécessairement la malbouffe qui cause la dépression, mais le cercle vicieux de la fragilité, la pauvreté, l’absence de lien social et les souffrances de valorisations humaines qui ne laisse pas le choix à certaines catégories d’hommes et de femmes par… Lire la suite »

Françoise
Françoise

J’aimerais vous rendre attentif aux problèmes digestifs dus parfois à des vins de mauvaise qualité et à des fromages au lait cru de confection artisanale. Il m’est arrivé d’être malade avec des vins contenant trop de sulfite! Je ne sais toujours pas si l’ajout de ces sulfites est utile, en… Lire la suite »

Jo
Jo

Je reçois les newsletters de Jean Marc Dupuis sur un iPad et sur cet appareil, je ne peux pas télécharger les vidéos, ce que je regrette beaucoup.