Blessures d’amour-propre : la meilleure (et la seule) façon de réagir

06/10/2019
Blessures d’amour-propre : la meilleure (et la seule) façon de réagir
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 3,67 out of 5)

Le témoignage de Marie-Anne F.

 

Marie-Anne F., une de mes fidèles lectrices, m’a envoyé le message suivant, qui m’a profondément touché :

« J’avais un collègue qui faisait des remarques moqueuses (euphémisme) à beaucoup de ses camarades. J’en ai été également victime quand il a commencé à se moquer de ma petite taille. La première fois, j’en ai été blessée et je n’ai pas répondu.

J’ai bénéficié d’une trêve.

Quand il m’a réattaquée, je lui ai dit : “Hé, grand, tu oublies de dire…” et j’en ai rajouté autant que je pouvais sur tous mes défauts

C’est ainsi que j’ai obtenu la paix. J’ai même pu me permettre parfois une remarque “rieuse” à son endroit, sans réaction de sa part, mais avec le sourire complice de mes autres collègues.

Un jour, une collègue a dit que j’avais un sale caractère (c’est un peu vrai), il a rétorqué que moi au moins j’en avais. J’avais gagné et il ne m’a plus jamais ennuyée. »

« Y a qu’la vérité qui blesse ! »

« Y a qu’la vérité qui blesse ! », aimions-nous crier au collège quand un élève se plaignait d’avoir été dénigré.

C’est là tout le problème des attaques et critiques que l’on peut subir dans la vie.

Nul besoin pour celui qui nous critique d’être intelligent ou fin psychologue : n’importe quelle personne malveillante peut trouver en nous, très facilement, des méchancetés à dire, qui auront un fond de vérité.

Non, nous ne sommes jamais parfaits, ni même totalement innocents.

Confronté aux moqueries, on peut garder le silence ou répondre en cherchant à blesser encore plus le moqueur, pour se venger.

Mais, dans un cas comme dans l’autre, la blessure restera.

Alors, la meilleure – et, en fait, la seule façon – de répondre, c’est bien celle de Marie-Anne.

La seule façon de répondre, c’est celle de Marie-Anne

Cette « solution » réclame un immense courage.

Peu de personnes en sont capables, à vrai dire. Car il faut oser se regarder tel qu’on est, s’accepter et comprendre que, dans la vie, l’important n’est pas d’être parfait, mais de s’efforcer de faire ce qu’on peut avec ce qu’on a.

C’est difficile. Il faut beaucoup travailler sur soi d’abord, pour en arriver là, et comprendre que les critiques, qu’elles viennent des autres ou de soi-même, n’ont en réalité aucun sens.

Mais seules les personnes qui en sont capables peuvent échapper aux blessures d’amour-propre qu’il est si facile de nous infliger.

Avoir le courage d’écouter son agresseur, aussi malveillant qu’il puisse être

Il faut, pour cela, avoir le courage d’écouter notre agresseur, aussi malveillant qu’il puisse être.

Trouver ce qui est vrai, ou ce qui a un fond de vérité, dans les défauts, manques, faiblesses, ridicules erreurs qu’il s’amuse à souligner chez nous.

Plutôt que de crier, de contester, de se venger, ce qui ne sert à rien sinon à faire empirer les choses et à nous attirer des remarques encore plus blessantes, prendre ce qu’il dit de vrai, ou d’à peu près vrai, et lui répondre :

« Mais oui, tu as raison, je suis ainsi.

Ou, du moins, à peu près ainsi, car ce que tu dis n’est pas tout à fait exact, mais peu importe. Dans l’ensemble, tu as raison, je ne suis pas parfaite, loin de là.

D’ailleurs, puisque tu t’intéresses tant à moi, puisque mes défauts semblent si importants pour toi que tu as décidé d’en faire un sujet de discussion publique, je souhaitais t’informer qu’il y a bien d’autres choses en moi que tu ne connais pas et qui te sembleraient critiquables si tu les connaissais.

Tu me reproches telles choses que j’ai mal faites, mais tu sais, depuis le jour de ma naissance, la liste en est incroyablement plus longue que celle que tu as établie. Tu ne connais, en fait, quasiment rien de ce que je suis.

Tu me juges trop petite, trop grosse, trop moche ? Mais tu oublies de mentionner mon nez, qui est tordu, mes oreilles, qui sont trop décollées, mes cheveux, qui sont filasse.

Malheureusement, je n’ai pas le temps pour continuer, car la liste serait très longue. Mais si cela t’intéresse, je suis à ta disposition pour te signaler d’autres défauts de ma personne.

Pour le moment, j’ai des choses importantes à faire et j’estime t’avoir déjà accordé assez de temps comme cela. Merci de me laisser tranquille, mais d’ici là amuse-toi bien à rire de moi, ou des autres, cela me fera plaisir pour toi. »

 

Il n’y a en fait rien à ajouter. Cette réaction peut paraître bizarre. Elle est très rare. La plupart du temps, nous cherchons une autre voie.

« Mais c’est pas possible ; je ne peux tout de même pas me laisser faire ! »

Le problème est que nous n’avons aucune prise sur les sentiments malveillants des autres. S’énerver face à quelqu’un qui cherche à nous blesser, c’est au fond le laisser gagner.

Reconnaître qu’il n’y a rien de plus facile que de nous blesser, et que cela n’a en revanche rien de glorieux pour celui qui le fait est, selon mon expérience le moyen le plus rapide d’éteindre ces comportements, pour s’en détourner, et continuer son chemin sereinement.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 3,67 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

“Des évacuations en train vers l’Allemagne” ??

06/11/2020

“Des évacuations en train vers l’Allemagne” ??   Le Directeur de la Santé Jérôme Salomon parle désormais d’organiser “des éva...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 3,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Le singe qui venait de la mer

22/07/2020

Le singe qui venait de la mer En 1960, le biologiste Alister Hardy, spécialiste de la vie marine, suggéra que l’être humain modern...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 4,33 out of 5)
arrow Lire l’article

“Une bonne épidémie pour nettoyer tout ça” ??

08/03/2020

« On est trop nombreux de toute façon »   Propos atroces entendus tandis que je buvais un café au comptoir : – “Bah, le...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (28 votes, average: 3,89 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Blessures d’amour-propre : la meilleure (et la seule) façon de réagir''
guest
22 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Patrick
Patrick
1 mois plus tôt

Pour apporter ma réponse personnelle, et pour l avoir vécu, la méchanceté est avant tout de la souffrance, et quand ça déborde, on balance sur son prochain.

Abigaelle
Abigaelle
1 mois plus tôt

En accord total avec ce témoignage
merci
claudie

michele
michele
1 mois plus tôt

remerciements – propos très intéressants – même si la mise en application demeure difficile tant nous sommes éduqués à fonctionner autrement – merci encore

Pages
Pages
1 mois plus tôt

Article très intéressant et qui fait réfléchir. J’imagine que bien sûr cela doit être difficile de prendre cette attitude. Merci beaucoup pour cet article.

Agnes
Agnes
1 mois plus tôt

C’est la magnifique tirade de Cyrano de Bergerac,
« c’est un peu court jeune homme
on pourrait dire bien des choses en somme »
voir sur Youtube la tirade récitée par Depardieu…quels comédiens!!
c’est tres tres réjouissant!!! Agnes

Ariane
Ariane
1 mois plus tôt

Très bon conseil à suivre. ‘ai remarqué que répondre de cette façon permet d’avoir la paix, et surtout, c’est un signal fort pour les  »lâches critiqueurs professionnels », qui comprennent très vite qu’ils ont en face quelqu’un avec beaucoup d’assurance qui pourrait à la longue, leur  »ressortir » également en public leurs  »défauts ».
Bel article.

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous