Comment j’ai voyagé dans le temps

13/08/2017
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,0 / 5)

Chère lectrice, cher lecteur,

Je reviens du Ballenberg. C’est un lieu caché au plus profond de la Suisse centrale.

Sur 600 000 mètres carrés de nature intouchée, les Suisses ont reconstitué les fermes, chalets et maisons traditionnelles typiques de leurs différents cantons.

Rien n’est en carton-pâte dans ce « parc d’attractions » conservateur, pas de Mickey en peluche, de néon, ni de McDonald’s.

Les centaines de constructions sont authentiques jusqu’à la moindre latte de plancher. Ce sont des maisons réelles qui ont été démontées et reconstruites pierre par pierre. La vie campagnarde d’il y a un siècle se poursuit inchangée.

Vous voyez les chaussettes du paysan qui sèchent sur le poêle en céramique. Le chaudron de soupe qui mijote dans l’âtre. Les saucisses qui sèchent au plafond, dans l’atmosphère chargée de feu de bois. Le moulin à aube tourne, broyant le grain qui tombe en pluie blanche de la meule massive.

Vous pouvez, si personne ne vous regarde, vous glisser sous l’édredon en plume d’oie, car les lits sont faits, avec la literie d’autrefois ! Mes enfants, d’ailleurs, n’ont pas résisté à la tentation de coucher notre petit dernier, malgré ses cris perçants, dans un joli berceau de bois couvert de draps de lin brut. Pour le repas, j’ai pu me servir des couverts en étain que j’ai trouvé dans le tiroir d’une cuisine, ayant oublié mon opinel.

Et il y a tout l’environnement extérieur :

La soue à cochon où les porcelets se goinfrent bruyamment du petit lait sortant de la fromagerie ; le jardin potager cultivé avec les outils anciens ; les plantes médicinales qui embaument l’atmosphère et ravissent les yeux ; le taureau aux cornes immenses qui arpente fièrement les pâturages.

On y circule, bien sûr, en voiture à cheval :

Les beaux échinacées roses du jardin des plantes médicinales bordent le sentier bien tenu où circulent les voitures à cheval.

Cette plongée dans le passé m’a revigoré comme une fontaine de jouvence. J’ai senti tous mes gènes qui se mettaient à frétiller : ils se reconnectaient avec la vraie vie d’autrefois, celle qu’ils ont connue pendant des milliers d’années, chez tous mes ancêtres.

Quel bonheur ! Partis pour deux heures, nous y sommes restés deux jours. Nous devons y retourner, car nous n’avons vu qu’une trentaine de maisons, tout au plus. Le parc immense en compte des centaines, que l’on découvre derrière chaque butte ou détour de chemin, chaque fois comme dans un écrin, et chacune a ses particularités dues à une région, des matériaux, un climat et un usage différent.

La nourriture

Au Ballenberg, on se nourrit de soupe d’orge, de potées, de lard fumé, de noix, pommes et poires anciennes.

Mais au-delà du choix des aliments, on redécouvre le rythme de la journée et des repas des fermiers d’antan.

Or, la science montre aujourd’hui qu’il y avait là une sagesse ancestrale, qui permettait d’éviter de prendre du poids, ainsi que les maladies les plus graves.

Les paysans se levaient tôt. On parle du « chant du coq ». Comme vous le savez, le coq chante bien avant le lever du soleil ! Vers quatre heures, parfois même trois heures du matin.

Ils se mettaient tout de suite au travail. Ils ne s’arrêtaient pour déjeuner que vers neuf ou dix heures. On ne parlait pas alors de « petit » déjeuner car, effectivement, c’était copieux.

Ensuite, ils avaient le « souper » vers 5 ou 6 heures du soir.

Ce qui veut dire qu’ils ne mangeaient que sur une période de 8 heures environ, contrairement aux citadins qui mangent sur une période de 14 à 16 heures (de 7h jusqu’à 22 h, lors des derniers grignotages devant la télé).

Ils avaient donc chaque jour une période de jeûne qui durait 16 heures. L’estomac était en paix. Le pancréas au repos. Le niveau d’insuline au plus bas.

Ce régime permet de brûler des graisses, qui est la manière la plus saine de fonctionner, et d’éviter d’accumuler des réserves malsaines.

Réduire la période, chaque jour, pendant laquelle vous mangez, est un moyen formidable de lutter contre les maladies du métabolisme (obésité, diabète, hypertension). Vous éviterez aussi, par voie de conséquences les problèmes articulaires causés par l’excès de poids et l’inflammation chronique.

Mais ne vous arrêtez pas là. Vous pouvez améliorer encore votre métabolisme en prenant tous les jours :

  • Un extrait de berbérine, qui aide à brûler la graisse et prévient le diabète ;
  • En veillant à vos apports de chrome : c’est un oligo-élément essentiel pour équilibrer votre sucre sanguin ;
  • Pour aller plus loin, prenez de la Sphaeranthus indicus et de la Garcinia mangostana, deux plantes qui aident à perdre du poids et que vous trouvez facilement en herboristerie (y compris en ligne) ;
  • Et bien sûr, servez-vous de votre corps : le secret des paysans n’était pas seulement l’horaire de leurs repas, mais aussi d’être actifs, à l’extérieur, tous les jours.

Il existe peut-être en France des lieux équivalents au Ballenberg auquel cas je vous recommande d’y aller (mais je ne les connais pas). Rien de tel, pour se motiver à changer de rythme, à se reconnecter avec la nature, qu’une plongée dans le monde d’avant. On y entend pour de vrai la symphonie pastorale des ruisseaux qui chantent, des oiseaux qui gazouillent, des enfants qui rient en courant dans les prés, la tête ceinte d’une couronne de fleurs des champs. Et ça fait du bien !

A votre santé !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,0 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires

Découvrez les articles qui concernent ...

Plante chinoise contre les caries et les gencives pourries

10/12/2017

Ne finissez pas avec les dents de Jacquouille la Fripouille Chère lectrice, cher lecteur, L’état de vos dents et de vos gencives ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
arrow Lire l’article

Les meilleurs produits naturels pour le cœur

03/12/2017

Arrêtez de manger ces trois types de médicament Chère lectrice, cher lecteur, Les maladies cardiaques constituent la plus grosse ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,0 / 5)
arrow Lire l’article

Ce matin à Roissy

06/11/2017

Trente lecteurs de SNI s’envolent pour le Japon Chère lectrice, cher lecteur, L’excitation est à son comble !! Trente lecteurs de...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,5 / 5)
arrow Lire l’article

Commentaires sur l'article
''Comment j’ai voyagé dans le temps''

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Comment j’ai voyagé dans le temps"

avatar
Anne Marie MAITRE
Anne Marie MAITRE
Merci Monsieur, grâce à ce merveilleux voyage que vous relatez j’ai pu remonter le temps et refaire ce même itinéraire réalisé il y a 18 ans avec mon fils adolescent. En effet que la vie semblait douce et heureuse , bien que rude surtout l’hiver. Dans cette région les gens… Lire la suite »
Bets Nancy
Bets Nancy
Anne-Marie , la vie douce à la campagne existait ,peut- être ,pour les gros propriétaires terriens,vivant dans de superbes maisons de maître, dont les vastes terres étaient travaillées par les paysans fermiers, métayers ,les ouvriers agricoles ,saisonniers, enfants de l’assistance publiques placés comme valets de ferme, et tout ce monde… Lire la suite »
Philippe Darroux
Philippe Darroux

Bonjour et un grand Bravo Jean-Marc Dupuis, quelle belle demonstration. Valorisé les experiences du passé et dnc l’histoire, celle que le pseudo Ministère de l’education s’emploie à detruire. Merci de votre contribution aux remedes et medecine Naturellels philippe

Bets Nancy
Bets Nancy
Bonjour, j’apprécie vos articles, et avec ce dernier vous me faites rêver ….toutefois vous rêvez vous aussi d’une nature idéale ,bonne ,bienveillante…mais vous l’idealisez ,on aimerait qu’il en fut et soit ainsi…nos aïeux ont toujours témoigné de sa grande dureté . On mourait le plus souvent jeune et bcp en… Lire la suite »
Hesbert Christine
Hesbert Christine

Magnifique tout simplement

EREMO
EREMO

Quel était l’espérance moyenne de vie de ces paysans qui vivaient dans ces conditions si idylliques ?

Haenn
Haenn

On a l’équivalant en Alsace; l’ écomusée à Ungersheim.
http://www.ecomusee.alsace/fr/

pérocheau
pérocheau
Bonjour, il faudrait concilier ce mode de vie avec un certain modernisme, et tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir des vacances, qui plus est en Suisse… J’ai grandi dans une ferme en Vendée, née en 64, sans eau courante ni chauffage. Ma mère lavait son linge au… Lire la suite »
wpDiscuz