Faut-il avoir peur de la ménopause ? Oui !

13/08/2019
Faut-il avoir peur de la ménopause ? Oui !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (11 votes, average: 3,91 out of 5)

Oui, mais il y a aussi de bons côtés à la ménopause

Cessons de nous mentir : la ménopause fait peur, et c’est normal.

Sur l’image ci-dessous, on voit une femme avec des indications sur toutes les zones de son corps qui sont affectées (négativement) par la ménopause.

Soyons clairs et directs.

De la tête aux pieds, littéralement, c’est la cascade, y compris le cœur (car les artères deviennent plus rigides), le cerveau (chute de la concentration, humeur, mémoire…), le sang, les os…

Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Prendre le temps de digérer la vérité

D’abord, prendre le temps de digérer la vérité. Oui, la vie est dure, et ce moment de la vie notamment est particulièrement dur.

Cela veut dire qu’il faut s’accorder du temps et de l’énergie pour le traverser. Se traiter soi-même avec bienveillance, avec patience, ne pas s’infliger l’obligation de faire « comme si de rien n’était », de tout poursuivre comme avant, voire de redoubler d’exigence vis-à-vis de soi-même par peur de reconnaître qu’on est affaiblie !!!

Ce temps de compréhension, d’acceptation, se compte en années.

Ça tombe bien : la ménopause n’intervient pas du jour au lendemain.

Une femme n’est déclarée « officiellement » ménopausée qu’une fois écoulé une année pleine sans règles, ce qui est long. Cette période est en général précédée d’un temps bien plus long encore où les règles deviennent irrégulières, s’espacent peu à peu. On sait qu’on peut commencer à en guetter les signes avant-coureurs dès 40 ans, lorsque la fertilité baisse.

Cela donne le temps de s’habituer à l’idée.

Plutôt que d’éviter d’y penser, pour fuir les émotions négatives, une stratégie intéressante consiste, au contraire, à y penser volontairement, à se documenter sur la ménopause, pour se projeter et commencer d’avance à intégrer une partie des difficultés qui vont se produire, et à apprendre à voir le bon côté des choses.

Le bon côté de la ménopause ??

Eh oui ! Il y a de bons côtés à la ménopause, même si la transition est désagréable.

Le premier est évident : finis le syndrome prémenstruel, les règles et tous les désagréments qui viennent avec.

Adieu les douleurs dans les seins, les règles abondantes, l’endométriose, qui empoisonnent, plusieurs jours par mois, la vie de tant de femmes !

Finis, également, la contraception et les jours du mois où l’on est indisposée.

Plus de frousse de tomber enceinte.

Résultat : les câlins sont totalement détendus, et des enquêtes montrent que, paraît-il, « de nombreuses femmes ont davantage d’orgasmes, ou même d’orgasmes en série, après la ménopause [1] ».

La ménopause réduit enfin le besoin de sommeil. Vous êtes étonnée de vous voir vous lever plus tôt que d’habitude, sans pour autant vous sentir plus fatiguée.

Ce temps libéré augmente votre disponibilité et votre capacité à mener des projets.

C’est à partir de la ménopause que de nombreuses femmes portent au maximum leurs talents artistiques, notamment en musique, en peinture et en poésie, des activités qui demandent du temps et de la concentration.

J’avais fait une lettre, un jour, sur les personnes célèbres qui avaient en fait accompli leur œuvre dans la seconde partie de leur vie, notamment des femmes après 50 ou 60 ans. Il faut y réfléchir, et ne pas partir de l’idée a priori que cela ne vaut que pour les autres.

Un nouveau départ

Les transformations de caractère qui se produisent à la ménopause peuvent être l’occasion d’un nouveau départ dans la vie.

En effet, les fluctuations de l’humeur, les déprimes, pour pénibles qu’elles soient, stimulent la réflexion, l’introspection et la prise de décision.

C’est pourquoi le nouveau départ représente, pour de nombreuses femmes, un tournant, presque une nouvelle naissance. L’occasion de redéfinir qui l’on est, ses valeurs, ses objectifs, d’abandonner les choses qui nous retenaient en arrière, et de tourner le dos aux fantômes du passé.

« La ménopause est le début de la liberté », explique le Dr Bernadette de Gasquet [2].

Comment accompagner la ménopause

La médecine propose – ou impose – une panoplie de médicaments aux femmes ménopausées, en particulier des médicaments contre l’ostéoporose.

Soyons directs également : ceux-ci sont déconseillés, de même que les compléments alimentaires de calcium.

L’ostéoporose ne se combat pas principalement par des pilules, mais par le sport. Les os, comme les muscles, ont besoin d’être soumis à des tensions, à des pressions, et même à des chocs pour durcir – et rester durs.

Mangez beaucoup de légumes et de fruits, qui sont riches en magnésium et en potassium. Mangez des bouillons, faits avec des carcasses, des os à moelle, pour apporter le collagène nécessaire à vos os.

Adoptez un mode de vie « anti-inflammatoire », qui préservera l’ensemble de vos organes. Évitez les excès de sucre et de sel, l’excès de viande, de charcuterie, de fritures, de graisses hydrogénées et brûlées, de gluten et de produits laitiers. Préservez-vous du bruit, du tabac et des ondes électromagnétiques.

Côté plantes, l’angélique chinoise (ou dong kuai) facilite la circulation sanguine et régule le cycle menstruel.

La sauge (Salvia officinalis) permet de lutter contre les bouffées de chaleur. Dans une étude réalisée en Suisse en 2011, un traitement de 8 semaines, au rythme d’un comprimé par jour, a permis d’atténuer des deux tiers l’intensité des bouffées de chaleur, et de faire baisser leur fréquence significativement [3]. Posologie : une gélule de 180 mg à 360 mg d’extrait sec, 3 fois par jour.

Le ginseng et le gingembre, fortifiants et stimulants, accompagnent les baisses d’énergie, de moral, de désir. Pour les problèmes de sécheresse, l’huile de lin et la vitamine E apportent une aide, mais il existe de nombreux gels inodores naturels.

On prendra de la valériane en gélules pour les nerfs, le stress, l’anxiété et l’agitation mentale. 30 % des femmes de 50 à 60 ans ont connu une meilleure qualité de sommeil, lors d’une étude effectuée en 2011, grâce à 530 mg d’extrait concentré de valériane, deux fois par jour [4].

Le millepertuis et l’actée à grappes noires permettent de compléter l’action de la valériane.

Ménopause : « le meilleur est à venir ! »

« Le meilleur est à venir ! », me disait récemment avec ironie une personne qui s’apprêtait à vivre la ménopause.

Je n’ai rien pu faire d’autre que de lui sourire et de lui témoigner ma tendresse et ma bienveillance, moi qui suis un homme qui ne doit pas en passer par là.

Tout commentaire de ma part aurait été ridicule, et c’est pourquoi je ne veux pas en rajouter ici.

Sachez, en tout cas, que je sais que ce n’est pas facile, que je ne minimise en rien les difficultés. Et que, lorsque je rédige des « bons conseils », je me sens gêné de n’avoir finalement pas plus de solutions à vous proposer.

Je ne peux donc que vous dire que je suis avec vous, et que je compatis face à cette épreuve, même si je ne peux pas, bien sûr, m’imaginer précisément ce qu’elle signifie.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

[1] https://www.generations-plus.ch/?q=magazine/sant%C3%A9forme/m%C3%A9nopause/les-bons-c%C3%B4t%C3%A9s-de-la-m%C3%A9nopause
[2] https://www.santemagazine.fr/sante/menopause-et-andropause/menopause/a-la-menopause-voir-la-vie-du-bon-cote-175796
[3] Bommer S., Klein P., Suter A., « First time proof of sage’s tolerability and efficacy in menopausal women with hot flushes », Adv. Ther., 2011.
[4] Taavoni S., Ekbatani N., Kashaniyan M. et al., « Effect of valerian on sleep in postmenopausal women : a randomized placebo-controlled clinical trial », Menopause, 2011.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (11 votes, average: 3,91 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Bonne nouvelle pour les cardiaques

24/09/2020

La colchique (fleur) réduit fortement le risque cardiovasculaire « Colchiques dans les prés, fleurissent, fleurissent… » Tou...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 3,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Nouvelles du front

18/09/2020

Nouvelle édition des chiffres des décès du Covid-19 Ceci est la nouvelle édition de mon suivi bimensuel des chiffres de mortalité ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (7 votes, average: 2,57 out of 5)
arrow Lire l’article

De plus en plus de preuves scientifiques en faveur du masque

18/09/2020

Le masque vous protège et protège les autres Personnellement, le port généralisé du masque me donne l’impression de vivre un cauch...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 2,83 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Faut-il avoir peur de la ménopause ? Oui !''
guest
16 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Ida
Ida
3 mois plus tôt

La bouse m’a tuée ou : Bien sûr qu’il faut avoir peur de la bouse ! Cette saleté m’a descendue en plein envol. Je ne m’en étais pas inquiétée mais ayant subitement commence à grossir j’ai consulté la gynéco mais mon taux de tsh étant normal et étant cernée par ld leitmotiv en choeur gygy + généralistes (oui deux) vous il ne faut surtout pas que vous maigrissiez, surtout pas de ths, vous ne serez jamais obèse, vois êtes bien de quoi vous plaignez vous je n’ai pas osé la ramener et ai laissé courir. Résultat 8 kilos de plus… Lire la suite »

Margery
Margery
9 mois plus tôt

Il y a DEUX avantages : on ne risque plus de grossesse (à supposer qu’on ose encore le faire mais si on n’est pas trop repoussante et qu’on plait toujours et dans le respect au minimum, pourquoi pas, certaines etant menopausées assez jeunes c’est tout à fait envisageable pour elles) (qui se met à la place du gamin ou de la gamine dont la mère a l’age de la grand mère de ses copains ? et l’épreuve d’une grossesse ajoutée à celles de l’age, il vaut mieux raccrocher non ?) et si on doit atteindre 60 ans autrement dit devenir… Lire la suite »

Mila
Mila
1 année plus tôt

Les solutions « naturelles  » comme les compléments reviennent très cher à terme et ne sont pas remboursés. Être indisposer une fois par mois était peu cher payé pour mener une vie normale et ne pas être vieille. Quant au risque de grossesse il diminue fortement après 40 ans et le stérilet est efficace enfin on peut se faire ligature les trompes. Il n’y a pas de réel avantage à être ménopausée sauf peut etre pour celles qui ont la chance de vivre dans l’aisance financière. Ce qui est fortement compromis avec la prématuré professionnelle .

Frida
Frida
1 année plus tôt

Bonjour Jean marc non ce n’est pas un nouveau départ c’est bien un naufrage surtout pour celles qui n’avaient que leur jeunesse pas forcément en termes de beauté mais d’énergie et de possibilités de refaire sa vie et de chances laissées par la société d’émerger. Les pauvres les locataires à vie les sans maison sans diplôme sans famille végétant dans des logements affreux sans espoir de déménager pour mieux. Mais il existe UN avantage ! S’il y a bien une situation dans laquelle on ne peut et ne doit absolument compter que sur soi même c’est celle ci. Les hommes… Lire la suite »

Brigitte
Brigitte
1 année plus tôt

Bonjour et merci beaucoup pour cet article très intéressant, dont je connaissais déjà certains points… Mais qu’en est-il pour les hommes avec l’andropause – il semblerait que nous ayons des problèmes similaires en commun?…

Isoulon
Isoulon
1 année plus tôt

Bonjour olliwoman est il conseillé pour les femmes qui ont un cancer du sein car la sauge est un œstrogènes like est donc non compatible avec un cancer du sein merci de me répondre

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda