Découverte du dimanche matin

06/01/2019
Découverte du dimanche matin
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,60 / 5)

Inattendu : ces aliments étaient courants au Moyen-Âge

Bizarrement, je viens de me rendre compte que beaucoup de mes lecteurs ne suivent pas encore Eric Müller, qui écrit des lettres passionnantes (et gratuites comme les miennes) sur la santé naturelle.

Eric a conquis depuis des années des centaines de milliers de lecteurs ! Pour le découvrir, je vous invite à lire sa dernière lettre ci-dessous. Vous pouvez vous inscrire vous aussi en suivant simplement le lien d’inscription en bas de sa lettre.

Bonne lecture, bon dimanche et, à votre santé !

Jean-Marc Dupuis


 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Si vous croyez savoir ce que mangeaient les paysans pauvres au Moyen-Âge, vous allez avoir un choc.Vous vous représentez sans doute (et moi aussi) une soupe marron insipide dans laquelle flottent trois fèves qui se battent en duel.

Eh bien, nous avons complètement faux.

La Britannique Chris Carr, historienne de l’alimentation, s’est penchée sur cette question[1]. Et à sa grande surprise, le plat du paysan moyenâgeux ressemble étrangement à ce qu’on sert dans les brunchs « bobo » parisiens !

Filet de saumon : le plat du pauvre !?

C’est difficile à concevoir, mais au Moyen-Âge, manger du saumon n’était pas glamour.

En effet, les rivières étaient très poissonneuses. Et on y trouvait des saumons en abondance.

Le comble du chic était de manger… vous allez rire… du poulet !

Comprenez que manger une poule, c’était se priver des œufs futurs – acte suicidaire pour un paysan. Les « gueux » ne tuaient les poules que lorsqu’elles cessaient de pondre.

« Où sont les poulardes ?!», s’exclamait Messire Godefroy de Montmirail dans Les Visiteurs. Servir du poulet à ses convives était un signe de richesse et de puissance. C’est ainsi que le Seigneur montrait son côté flambeur.

Les temps ont bien changé. Aujourd’hui, c’est l’inverse : le poulet est banal, et le saumon est un luxe !

Avoir une poule était un investissement, donc. Avoir un porc aussi. Il était facile pour les paysans d’élever un porc derrière la maison, parce que le porc se nourrit de tout. Mais dès le début de l’hiver, on tuait le porc. Garder un porc tout l’hiver aurait été impensable, car c’était une bouche en plus à nourrir

On en faisait des charcuteries qui se conservent longtemps (très précieuses pour subsister tout l’hiver). Toutes les parties du cochon étaient utilisées : le sang pour faire du boudin, les boyaux pour faire des saucisses… On fumait les charcuteries dans la cuisine, à la fumée du feu qui servait pour la cuisson.

nutrition
Contrairement à ce qu’on imagine souvent, on ne cuisinait pas sur les flammes, mais sur les braises. Les flammes ne sont pas régulières, ni très chaudes. Elles cuisent moins efficacement que les braises.

Le pain (très chic) du pauvre paysan

Au Moyen-Âge, le pain grossier fait avec de la farine complète (non raffinée) était le moins cher qui soit. Raffiner la farine coûtait cher, donc le pain blanc était inaccessible pour les « gueux ».

Aujourd’hui, c’est tout l’inverse. Le grand chic, c’est une énorme miche de pain artisanal – idéalement de chez Max Poilâne, ou Eric Kayser. Ce pain se vendcher, par rapport au pain blanc bas de gamme.

nutrition
Artisan bread, comme l’appellent les snobs. Les Seigneurs du Moyen-Âge auraient ri s’ils apprenaient que les puissants d’aujourd’hui préfèrent ce pain-ci.

Donc le paysan du Moyen-Âge mangeait son filet de saumon sauvage sur une grande tartine de pain de campagne– le genre de délicatesse qui se vend cher au Pain Quotidien.

Une petite sauce néo-rétro

Le saumon du paysan pauvre était accompagné d’une petite sauce à l’oseille toute simple (« l’oseille c’est tellement néo-rétro » entendrait-on dans les brunchs parisiens).

L’oseille était écrasée au pilon avec un peu de sel, puis pressée à travers un linge en lin, ce qui produisait une sorte de jus d’oseille très parfumé. D’autant que l’oseille se marie très bien avec le saumon.

nutrition

Un plat de légumes réconfortants et qui boostent l’umami

Le paysan moyenâgeux aurait agrémenté cette tartine au saumon et sa sauce à l’oseille d’une potée (ou potage) de petits pois aux herbes fraîches.

Potée, ou potage vient du récipient en terre cuite dans lequel on faisait cuire les légumes.

On sait aujourd’hui que les petits pois sont riches en glutamate monosodique naturel. Ils sont donc très umami. Et c’est ce qui en fait un plat très réconfortant après une dure journée de travail physique :

nutrition

La boisson du pauvre : on en reste aux valeurs sûres

Au Moyen-Âge, les paysans buvaient de l’eau lorsqu’ils avaient accès à une source d’eau pure.

Autrement, ils buvaient de la bière, ou du vin, selon la région.

Voilà, j’espère qu’explorer les coutumes du Moyen-Âge vous aura amusé autant que moi.

Bien à vous,

Eric Müller


Cette lettre vous a plu ?

Recevez mes prochaines lettres Néo-nutrition directement dans votre boite. C’est gratuit ! Inscrivez-vous ici.


Pour consulter les références de cet article, rendez-vous ici.

Pour découvrir mon site internet, rendez-vous ici.

Pour découvrir les super-aliments pour tous les maux du quotidien, rendez-vous ici.

Ici vous lirez mes conseils pour une vie saine.

Pour connaître les compléments alimentaires indispensables (et ceux qu’il faut éviter), rendez-vous ici.

Pour savoir ce qu’il faut penser des différents régimes, rendez-vous ici.


Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d’information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

SNI Éditions, CS 70074, 59963 Croix Cedex, FRANCE

 

[1] Modern History TV, Part 13: Food: What Did Peasants Eat in Medieval Times?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,60 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Contre l’hypertension, les douleurs articulaires, les nausées et bien d’autres maux : le gingembre

17/01/2019

La plus délicieuse des racines asiatiques Je n’ai goûté pour la première fois au gingembre qu’à l’adolescence, une tante ayant ra...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
arrow Lire l’article

Végétarien ne suffit plus

15/01/2019

Les bienfaits du régime simien (nourriture des gorilles) Étant jeune, j’étais végétarien. Je ne supportais pas l’idée d’un animal...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,67 / 5)
arrow Lire l’article

Santé, mensonges et propagande

13/01/2019

Sur les graisses, le lait, le dépistage de la prostate, les médicaments contre le cancer et bien plus Je termine à l’instant la l...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,80 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Découverte du dimanche matin''

2
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
Bernard LAFRASSE
Bernard LAFRASSE

Informations intéressantes, mais à prouver car les sources annoncées sont absentes, en tout cas inaccessibles malgré mes efforts de recherche!
Cela ne fait pas sérieux, dommage!!!
A ce sujet je vais questionner des amis anglais, pour vérifier la crédibilité de Chris CAR.

brando
brando

Au Moyen âge, il n’y avait pas de pesticides dans la farine (non raffinée) ni d’insecticides dans le saumon. Il n’y avait pas, non plus, de chlore (cytotoxique) ni d’aluminium (neurotoxique) dans leur eau, contrairement à celle qui provient de nos robinets, ni de bisphénol, et autres perturbateurs endocriniens dans… Lire la suite »