Longévité : le bon exemple du pape Benoit XVI

10/07/2015
Longévité : le bon exemple du pape Benoit XVI
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,50 / 5)

J’aime beaucoup la Reine Elizabeth II. Quelle énergie ! Quel état de santé admirable pour son grand-âge !

Toutefois, n’est-il pas un peu consternant de voir son fils, son petit-fils (et bientôt son arrière-petit-fils ??) grandir, mûrir, puis laisser passer leurs belles années sans avoir pu monter sur le trône à leur tour ?

Ils sont en train de manquer l’âge où ils auraient pu donner le meilleur d’eux-mêmes.

Famille royale

Cela devient urgent. Le Prince William, à droite sur la photo, est beau, sympathique. Il serait idéal pour représenter l’Angleterre du XXIe siècle.

Mais il est déjà en train de se dégarnir.

C’est entre 20 et 40 ans qu’on a le plus d’énergie pour faire de grandes choses. Elizabeth devrait le savoir. Son ancêtre Henri V avait 27 ans quand il gagna la bataille d’Azincourt en 1215. Henri VIII, qui rendit l’Angleterre indépendante de Rome et du pape, monta sur le trône à 18 ans !!

À partir de 50, 60 ans, on ne voit plus forcément l’avenir avec le même enthousiasme, on n’a plus autant envie de changer le monde.

Or, au train où vont les choses, son fils et son petit-fils pourraient encore être sur la touche dans cinq, dix ans, vingt ans.

Je préconise donc que la Reine Elizabeth II prenne enfin la décision qui s’impose : abdiquer !!

Elle est sur le trône depuis 63 ans. Elle en a assez profité.

Comparons son attitude à celle du pape Benoit XVI.

Le pape Benoit XVI laisse sa place à un « jeune » de 75 ans

Le pape Benoit XVI a été élu le 19 avril 2005.

Dès 2013, il laissait la place au pape François, plus alerte, enthousiaste.

Tout le monde fut surpris de sa décision.

Aucun pape n’avait abdiqué avant lui, depuis Grégoire XII en 1415 !! Et encore ce dernier ne l’avait-il fait que sous la pression, après l’échec du Concile de Constance.

Pourtant, le pape Benoit XVI avait de bonnes raisons. Il a montré par ce geste une profonde compréhension des enjeux nouveaux de notre époque confrontée à l’explosion du nombre des personnes âgées, le « papy-boom ».

Avec l’allongement de la durée de vie dans les pays occidentaux, on assiste à ce phénomène unique dans l’histoire où certaines personnes âgées gardent le pouvoir politique, économique, financier si longtemps qu’elles risquent de déposséder les talents de la génération suivante de leur droit, et leur devoir de contribuer par leur énergie et leur talent à l’édification de la société de demain.

Les retraités vivent en moyenne mieux que les actifs

Le patrimoine des ménages entre 60 et 69 ans est actuellement dix fois supérieur à celui des ménages de moins de 30 ans. Il est aussi plus de deux fois supérieur à celui des ménages entre 30 et 39 ans, selon l’INSEE [1].

Cela peut paraître normal puisqu’ils ont fini de rembourser leur crédit immobilier.

Néanmoins, il faut savoir également que le niveau de vie des retraités est désormais aussi supérieur à celui des travailleurs [2] !

Or, c’est entre 25 et 50 ans qu’on a besoin d’argent pour acquérir son logement, élever ses enfants. À partir de 60 ans, les besoins diminuent. Les enfants ont terminé leurs études. La maison est payée. On n’a plus besoin d’une grande voiture familiale, de payer les loisirs, le soutien scolaire, les colos, et des chaussures plus grandes chaque année.

Certes, les actuelles générations qui arrivent à la retraite, ou qui ont récemment pris leur retraite, méritent ce qu’elles ont.

Elles ont connu la guerre et l’après-guerre. Elles ont travaillé toute leur vie, économisé, fait beaucoup de sacrifices pour leurs enfants.

La plupart continuent à aider leurs enfants adultes. Il est normal d’en profiter un peu. Et puis il y a un temps pour tout : un temps pour travailler, un temps pour se reposer.

Néanmoins, sans travailler moins qu’à leur âge ni être moins méritantes, le fait est que les nouvelles générations affrontent elles-aussi des difficultés.

Certes, elles ont des smartphones, des ordinateurs, des écrans plats et bénéficient elles aussi des tarifs low-cost d’EasyJet pour voyager.

Mais quid de leur patrimoine ?

Les prêts immobiliers qui duraient 10 ans maximum dans les années 70 et 80 courent aujourd’hui sur 25 ou même 30 ans. Les surfaces acquises sont plus petites.

Mobile-home, studio, petit châlet ou même appartement en multipropriété, ce rêve n’existe plus pour les trentenaires d’aujourd’hui.

Beaucoup en sont plutôt à se demander s’ils seront un jour propriétaires de leur résidence principale, aussi modeste soit-elle.

Ne parlons même pas de l’achat d’une résidence secondaire à la Baule, La Trinité-sur-Mer, d’un appartement au ski ou sur la Méditerranée. Cette perspective ne fait plus partie de l’univers des possibles pour aucun jeune de mon entourage.

En revanche, ils doivent faire face à la hausse des prélèvements, du chômage, du coût de la vie.

Ils héritent d’une dette publique colossale. Des institutions (syndicats, écoles, justice, police, armée) en déliquescence. Des crises – migratoire, climatique, terroriste, géopolitique, économique – qui leur explosent à la figure dans tous les sens.

Transmettre pour créer un lien et de la richesse future

Vu la situation générale catastrophique, les anciennes générations s’aperçoivent de leur rôle essentiel pour soutenir les jeunes qui ont besoin d’entreprendre, loger leur famille, éduquer leurs enfants.

Ce n’est pas une perte de faire cela. C’est créer un relais et un lien entre les générations, de façon à ce que les jeunes puissent s’installer, investir et avoir les moyens, demain, de prendre en charge leurs parents âgés.

Car ne nous voilons pas la face : si rien n’est fait, les jeunes ne pourront pas continuer longtemps à financer les retraites et le système de santé. Dans cinq ans, dix ans tout au plus, la faillite peut se produire, entraînant l’arrêt des soins et des prestations pour des millions de personnes, avec des conséquences dramatiques.

Les personnes âgées pourraient avoir intérêt à organiser leur succession plus rapidement, pour que la société puisse se perpétuer, et donc soutenir ses anciens le moment venu.

L’exemple du passé

Autrefois, les fermes, les propriétés, les châteaux même, étaient transmis à celui qui avait la force, l’énergie, le désir et l’élan de les entretenir au mieux.

Les personnes âgées ne forçaient pas les jeunes familles à se tasser dans un logis minuscule tandis qu’elles occupaient de grandes maisons.

Mais loin d’être exclus, les grands-parents, les vieilles grand-mères étaient au contraire beaucoup mieux intégrés qu’aujourd’hui.

Ils restaient à proximité de la famille, ils aidaient là où ils le pouvaient, notamment en gardant les petits-enfants, en soignant les fleurs et le potager, en brodant des petites choses, en cuisinant, en racontant des histoires et en perpétuant ainsi la mémoire familiale.

Ils prenaient donc une petite chambre pour eux, un « studio » dirait-on aujourd’hui. C’était un soulagement pour eux aussi : une vie plus simple, c’est aussi moins de travail, de responsabilités, de frais, de préoccupations. Ils restaient toutefois partie prenante intégrale de la vie familiale.

À son tour, la génération suivante était en mesure de contribuer.

Eviter les problèmes d’héritage

Avantage de plus, auquel on réfléchit rarement : transmettre son patrimoine de façon précoce, à 65 ans par exemple, rend les rapports plus sains entre les générations, en limitant chez les enfants le désir que meurent les parents pour hériter.

En effet, une personne très âgée qui garde pour elle la part du lion s’expose au risque de voir ses enfants et beaux-enfants (et même ses petits-enfants) désirer son décès, s’impatienter devant son interminable longévité.

C’est horrible, mais pourtant, c’est ainsi.

Même le Prince William, qui a l’air si doux et qui, certainement, aime beaucoup sa grand-mère : je ne peux pas croire qu’il ne désire pas, malgré lui, qu’Elizabeth passe enfin l’arme à gauche. Et si lui ne ressent rien de ce type, parions que Kate, elle, est impatiente de devenir reine officiellement.

N’est-ce pas la pire façon de terminer sa vie ?

La Reine Elizabeth doit-elle vraiment attendre d’être six pieds sous terre ? Ne serait-ce pas tellement plus sympathique qu’elle organise dès maintenant le couronnement de son petit-fils.

Elle pourrait être à la cérémonie, au premier rang, et participer aux réjouissances ! Et quel plus grand bonheur que de voir ses enfants et petits-enfants déployer leurs ailes, s’épanouir, s’envoler ?

Elle serait même, j’en suis certain, la « Reine » de la fête ! Tout le monde la féliciterait de son geste, de son élégance – et de sa clairvoyance.

Alors pour le bien de nos enfants, celui de toute la société, et notre propre bien, sachons passer le témoin.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

[1] Les ménages de 60 ans et plus concentrent l’essentiel du patrimoine détenu en France

[2] Les retraités ont un niveau de vie supérieur de 5% à celui des actifs

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,50 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Ce qu’on peut attendre du ginkgo

02/10/2018

Ginkgo : l’arbre de la circulation sanguine Le ginkgo est un arbre médicinal. De ses feuilles, on extrait des substances qu...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,50 / 5)
arrow Lire l’article

Collagène : pour vos articulations, votre peau, vos os, et plus…

12/09/2018

La protéine qui maintient jeune Chère lectrice, cher lecteur, Le collagène est une très précieuse protéine. Elle donne résistance...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,88 / 5)
arrow Lire l’article

Faux sommeil

21/08/2018

Les somnifères « hypnotiques » ne vous font pas dormir ! Grâce à toutes les crises (environnementales, politiques, économiques, m...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,67 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Longévité : le bon exemple du pape Benoit XVI''

170
Poster un Commentaire

avatar
147 Comment threads
23 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
153 Comment authors
GERMAINEbob2achoffatThérèse Monfortpatfab Recent comment authors
plus récents plus anciens
GERMAINE
GERMAINE

Quel est ce discours démagogique, hors sujet dans un contexte de santé, avec des extrapolations écœurantes qui rappelle un film, « Le viager » ? Chacun de nous du 3ème âge faisons notre part sans qu’il soit besoin de nous faire ainsi la leçon. Si nous possédons, c’est que non… Lire la suite »

bob2a
bob2a

Et si la Grande-Bretagne rejoignait la democratie, ce serait un vrai progres. Un nouveau parti vient de se creer qui va redemander l’adhesion a l’europe, alors que le Brexit n’est pas fait… Ils sont a l’image de leur Majesty, decadents, hors du temps et tres egoïstes

choffat
choffat

Je suis extrêmement déçu par cet article dans lequel vous faites porter la détresse des jeunes sur ces « vieux égoïstes de papy boomers ». Vous semblez ignorer que beaucoup de ceux-là ,de plus en plus nombreux hélas sont confrontés à ce ridicule minimum vieillesse qui les fait passer allègrement sous le… Lire la suite »

Thérèse Monfort
Thérèse Monfort

Je ne me réabonne pas à votre magazine, votre lettre est malsaine. Elle dresse les générations l’une contre l’autre. je ne veux plus recevoir votre lettre. C’est indigne .

Thérèse Monfort
Thérèse Monfort

JE N’AI PAS APPRECIE VOTRE ARTICLE ET DE NOMBREUSES PERSONNES AUTOUR DE MOI SONT DU MEME AVIS; DRESSER LES GENERATIONS LES UNES CONTRE LES AUTRES EST INDIGNE D’UNE PERSONNE RESPONSABLE; C’EST L’AMOUR, LA COMPREHENSION ENTRE LES GENERATIONS QU’IL FAUT DIFFUSER. CHAQUE GENERATION A BESOIN DE L’AUTRE, C’EST BIEN PLUS CONSTRUCTIF… Lire la suite »

patfab
patfab

Tout d ‘abord Azincourt c’est 1415 et pas 1215. Je suis choquée de lire de tels propos de votre part; je n’attends pas avec impatience le décès de mes parents pour hériter et je ne voudrais pas qu’ils se dépouillent de leurs biens pour leurs enfants. Ne prêtez pas des… Lire la suite »