Le magicien des plantes mondialement connu

03/11/2016
Le magicien des plantes mondialement connu
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,14 / 5)

Les jeunes l’ont oublié, mais nous avions dans les années soixante-dix, en Languedoc, un ramasseur de plantes mondialement connu. Il fut baptisé, dans la presse anglo-saxonne, le « magicien des plantes » (the magic-plant man).

Il s’appelait Ludo Chardenon et il était né dans les basses Cévennes en 1915.

Jeune enfant, il est initié aux secrets des simples par sa grand-mère. À 14 ans, il fait ses premiers mélanges et ses premières macérations dans l’huile, le vin et l’alcool.

Au décès de sa grand-mère, il reçoit en héritage les cahiers d’école dans lesquels elle avait noté toutes ses connaissances, transmises depuis des temps immémoriaux (Ludo Chardenon affirmait qu’elles pouvaient remonter à l’époque des Grecs et des Romains).

Il court alors la campagne à la recherche des espèces les plus rares et les plus précieuses. Il passe son diplôme d’herboriste et devient fournisseur des pharmacies et herboristeries de tous les environs : Anduze, Nîmes, Alès, Avignon, Carpentras.

Mais c’est alors qu’éclate la Seconde Guerre mondiale. En 1941, le maréchal Pétain promulgue le fameux décret qui supprime la profession d’herboriste. Curieusement, ce décret restera en vigueur après l’armistice (et ce jusqu’à nos jours) tandis que la plupart des décisions de Vichy seront annulées.

Ludo Chardenon commence donc une vie itinérante au cours de laquelle il ira distribuer ses plantes, et diffuser ses secrets, sur les marchés cévenols et provençaux : Alès, Arles, Salon, Saint-Gilles, Lunel, Le Grau-du-Roi, Marsillargues, Saint-Ambroix, les Saintes-Maries-de-la-Mer, etc.

Pédagogue né, il acquiert en quelques années une réputation locale. C’est à lui qu’on s’adresse pour savoir où et comment cueillir les plantes, connaître leurs modes de conservation (qui varient selon les espèces), leurs vertus médicinales.

C’est une science. Il faut savoir, par exemple, qu’une plante se cueille après la rosée mais avant les chaleurs ; qu’il faut la sécher à l’abri du soleil dans un local bien aéré, en la remuant tous les jours ; que les racines de bourdaine ne peuvent pas être utilisées si elles n’ont pas séché pendant un an ; qu’une fois le séchage terminé, il faut les conserver dans des sachets en papier pour qu’elles puissent respirer et ne pas moisir ; et mettre ces sachets dans des boîtes en carton ; enfin, placer celles-ci dans un endroit sec.

Ludo Chardenon aimait à raconter, avec son accent chantant, comment il avait vu sa mère et sa grand-mère, en peu de jours, venir à bout d’eczémas rebelles avec telles plantes en tisane et telles autres macérées dans de l’huile ; comment elles faisaient pour réduire ou éliminer les rhumatismes, les ulcères, les brûlures, les varices.

Les années cinquante voient l’essor du tourisme en Provence et l’arrivée de clients étrangers qui découvrent Ludo. Sa réputation dépasse les frontières. Et voici qu’en 1971, un célèbre écrivain anglais passe par hasard à Arles un jour de marché.

Cet écrivain, Lawrence Durrel, est le frère du fameux naturaliste Gerald Durrel, et il souffre depuis des années d’un mal que les médecins ne parviennent pas à guérir.

Ludo Chardenon lui prépare une tisane et une huile. En dix jours, Lawrence Durrel est complètement guéri. Enthousiasmé, il commande d’autres plantes, pour ses amis. Il rend visite à Ludo dans sa ferme, lequel l’invite à manger une viande cuite sur un feu de sarments, après avoir longuement macéré dans de l’huile d’olive brute aromatisée avec huit herbes choisies par ses soins, et un bon vin de pays fortifié selon une recette de sa grand-mère (plantes ajoutées dans le vin pour y macérer).

Lauwrence Durrel visite son jardin, son atelier de séchage des plantes. De retour à Londres, il envoie à l’International Herald Tribune (un des plus grands journaux américains) un article intitulé « Le magicien des plantes » (The Plant-Magic Man). Une avalanche de courriers lui parvient du Japon, du Guatemala, d’Écosse, du Kenya, d’Australie, pour lui commander des plantes.

La télévision française, Le Midi libre, la presse britannique, s’emparent du sujet.

Ludo Chardenon est abasourdi. Il a le plus grand mal à répondre à tous.

Mais la justice française s’en mêle : « exercice illégal de la pharmacie », « charlatanisme » ! Des voisins et des médecins peut-être jaloux de son succès lui envoient les huissiers.

Ludo n’est pas préparé. Aucune recette dans les cahiers de sa grand-mère n’indique comment se défendre contre la maladie de la réglementation ! À reculons, il découvre avec consternation le monde de l’administration tatillonne et des arguties juridiques.

Malgré les procès qui s’enchaînent, il persiste dans l’œuvre de sa vie : aider son prochain grâce aux trésors de la nature. Il parvient même à retourner dans son village natal, Sommières, pour y installer ce qu’il appellera Le Paradis des plantes, un conservatoire de plantes et de savoirs médicinaux anciens, avec des séchoirs et un grand jardin où il cultive les plantes qui ne poussent pas à l’état sauvage dans la région.

On y trouve plus de deux mille plantes, notamment l’ache, l’angélique, la mauve, la bourrache, la guimauve, l’armoise, la chélidoine, la germandrée, le capillaire, la matricaire…

Lorsque des visiteurs lui demandent : « Où sont toutes ces plantes ? Nous ne les avons pas vues », il les emmène à l’entrée de son petit domaine, les fait asseoir au bord de la route et leur montre, sur le talus, là où leurs yeux ne voient que de l’herbe commune, plus de dix espèces utiles.

On trouve encore, chez les bouquinistes, des souvenirs de Ludo Chardenon. Le Paradis des plantes, lui, a fermé définitivement en 2011.

J’ai réussi, pour ma part, à mettre la main sur une centaine de ses précieuses recettes de tisanes et de macérations huileuses.

Aujourd’hui, je vous donne celle que sa grand-mère conseillait contre l’eczéma.

« Voici une recette retrouvée d’un herboriste très réputé d’autrefois, contre l’eczéma (si tu connais une herboristerie).

D’abord, la tisane :

  • 10 g de bardane (racines)
  • 10 g de fumeterre (plantes coupées)
  • 20 g de houblon (cônes)
  • 10 g de lavande (fleurs)
  • 5 g de pensée sauvage (plantes coupées)
  • 20 g de salsepareille (racines).

Dans 1/2 litre d’eau, mettre trois pincées de trois doigts de ces plantes mélangées. Faire bouillir pendant 4 minutes, puis laisser infuser 15 minutes, et passer.

Boire deux tasses par jour de cette tisane (chaude ou froide, sucrée ou non), 20 jours par mois et ce pendant 3 mois.

Par ailleurs, composer l’huile suivante :

  • fleurs de lavande ;
  • huile d’olive vierge.

Emplir aux 3/4 de fleurs de lavande un bocal en verre. Compléter avec l’huile d’olive jusqu’à ce que le bocal soit presque plein. Mettre le bocal à chauffer au bain-marie pendant deux heures à petit feu. Laisser refroidir dans le bain, soutirer et filtrer. Mettre en bouteille et conserver à l’obscurité. Étendre régulièrement un peu de cette huile jaune sur les parties du corps atteintes d’eczéma. »

Si vous souffrez de ce pénible problème, essayez ce traitement et faites-moi part des résultats. Si je reçois des témoignages positifs en nombre significatif, je vous enverrai d’autres secrets de plantes de Ludo Chardenon.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,14 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Trophires : ces bons vieux suppositoires…

29/11/2018

Toux, bronchite, les suppositoires à l’huile essentielle d’eucalyptus Le suppositoire est une invention de la médecine arabe, ai-...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 2,73 / 5)
arrow Lire l’article

Chanvre et cannabis médicinal

09/10/2018

Clarifier le débat et les espoirs En déplacement en Allemagne, j’ai la surprise de trouver des graines de chanvre au buffet du pe...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,50 / 5)
arrow Lire l’article

Ce qu’on peut attendre du ginkgo

02/10/2018

Ginkgo : l’arbre de la circulation sanguine Le ginkgo est un arbre médicinal. De ses feuilles, on extrait des substances qu...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,08 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Le magicien des plantes mondialement connu''

29
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
Vincent
Vincent

Les bienfaiteurs,

Vincent
Vincent

Bonjour, finalement nous aussi nous avons nos docteur Hô, célèbre herboriste du Yunnan en Chine ,que j’ai eu l’immense privilège de recontrer

Marie-Hélène
Marie-Hélène

Bonjour! Dommage de garder de tels trésors en secret…Ceci devrait-etre transmis dans un livre, à la mémoire de ce grand Monsieur!

BOSONGO Moïse-zacharie

J’ai toujours été ebloui par les publications de vos decouvertes à chaque fois que je les lis. Mais il ya une chose, A chaque fois qu’il s’agit de commander une letter,j’ai été toujours bloqué par la procedure et la demarche à suivre. Souvent,j’ai été toujours bloqué lorsqu’il faut donner le… Lire la suite »

combes Maryvonne
combes Maryvonne

…….et ce jusqu’à nos jours) tandis que la plupart des décisions de Vichy seront annulées. …… Notre pays conserve fidèlement ses « mauvaises » traditions: l’influence de Pétain se fait sentir au niveau, entre autres, des « Ordres » professionnels.qui perdurent. Je suis pharmacien, ces ordres s’engraissent sur le dos de tous mes confrères… Lire la suite »

Claire
Claire

Maréchal ! (vieux gaga) Nous voilà… (vieux gaga) ♪ ♫ ♪…….. Au fait ça se passe comment dans les autres pays d’Europe et du monde pour la profession d’herboriste ?