La plante humaine qui vous ressuscite

10/09/2015
La plante humaine qui vous ressuscite
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)

Une plante ressemblant à un homme et qui redonne la vie aux malades, aux vieillards, aux convalescents et aux personnes fatiguées.

C’est le plus grand mythe de l’histoire de la médecine. Et c’est aujourd’hui la plante médicinale la plus utilisée dans le monde [1].

Le secret est resté caché pendant des millénaires. Les initiés qui soupçonnaient son existence ont longtemps cru à une légende. C’est une plante rarissime, qui a besoin de cinq à sept ans pour pousser, à la lumière des sous-bois de certaines forêts des montagnes, dans les contrées les plus lointaines et mystérieuses de la Chine.

Sa cueillette représentait une source de richesse fabuleuse pour les privilégiés qui savaient où la trouver. Mais l’empereur de Chine et sa cour décidèrent de l’accaparer, et mirent fin à son commerce. Les contrevenants furent livrés à des supplices atroces (chinois).

Et c’est ainsi que cette plante miraculeuse tomba dans l’oubli pendant des millénaires. Elle ne fut plus utilisée que pour assurer l’incroyable longévité des dynasties chinoises.

Mais c’était sans compter sur le lettré Sheng Nung (3500 av. J.-C.), fondateur de la médecine par les plantes chinoise. Il consigna dans un grimoire les incroyables vertus de cette plante qui fut baptisée « plante homme qui guérit tout ».

Vers 1000 av. J.-C., des marins maures rapportèrent les premières racines de cette plante fabuleuse en Europe. Mais ce fut la déception. Les médecins n’obtenaient que des résultats partiels.

Trois mille ans plus tard, c’est à dire au XXe siècle, les scientifiques découvriraient la raison de cet échec. Seules les plantes qui vraiment « ressemblent à un homme, avec la tête, le corps, les mains et les jambes » sont efficaces, explique le Dr. Ma Fan, praticienne à Lyon et chargée de cours à l’Ecole de médecine chinoise de Lausanne [2]. Car les principes actifs sont dispersés. Ils ne se retrouvent pas avec la même concentration dans chaque racine et ils varient selon le lieu, la nature du sol et d’autres conditions ambiantes.

Il fallut attendre le XVIIIe siècle pour que, enfin, un Occidental mette la main sur le secret. Il s’agit du Père Jartoux, missionnaire jésuite en Chine, qui rapporta la plante en France en 1711 [3].

Mais là encore, son extrême fragilité freina sa diffusion. Ce n’est que grâce aux progrès scientifiques récents que cette plante fut enfin disponible en Occident sous une forme vraiment aussi efficace et qu’elle commença à être connue du grand public sous le nom de Ginseng.

Fatigue, stress, surmenage

Le Ginseng est un stimulant du système nerveux, physique et intellectuel. Il accroît la résistance physique et accélère la convalescence. Il a une action de fond sur l’organisme et il est apprécié pour son caractère « adaptogène », c’est-à-dire permettant à l’organisme de s’adapter plus vite à toute forme de stress (physique, nerveux, intellectuel).

Il donne une meilleure résistance aux divers stress et son usage est reconnu pour :

  • tonifier l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies (par l’effort, la vieillesse, la maladie, ou un accident) ;
  • rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle après un effort violent ou en période de surmenage ;
  • accélérer la convalescence ;
  • lutter contre l’asthénie fonctionnelle (fatigue) ;
  • supporter le stress chronique.

On y trouve plusieurs composés bio-actifs : ginsénosides, triterpénoïdes (terpénoïdes à 6 unités isoprène), dont le protopanaxadiol, sapogénine triterpénique à squelette dammarane. Ses multiples effets bénéfiques ont été mis en évidence expérimentalement, notamment des effets anti-inflammatoires et antioxydants [4].

Considérant les exigences physiques et intellectuelles et le stress du mode de vie moderne, il n’est pas étonnant que le Ginseng connaisse actuellement une véritable explosion de sa consommation.

Il est de plus en plus utilisé comme stimulant pour les personnes âgées, les personnes en convalescence, mais aussi les cadres et travailleurs stressés ou surmenés, les étudiants en examen et bien sûr les sportifs.

L’avis des experts

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît comme « cliniquement établi » l’usage du ginseng pour « améliorer les capacités physiques et mentales lors de fatigue, d’épuisement, de troubles de la concentration et chez les personnes convalescentes ». Elle considère comme « traditionnel » son usage dans le traitement « des troubles de l’érection, des ulcères gastriques, du diabète de type 2 et pour protéger le foie » [5].

Selon le Pr. Kurt Hostettmann, directeur de l’Institut de Pharmacognosie de l’Université de Lausanne, spécialisé dans l’étude des plantes médicinales :
« L’indication principale du ginseng est la résistance à la fatigue et au stress. Cette indication est reconnue par différents tests pharmacologiques effectués sur des animaux, mais aussi par des tests cliniques effectués sur des hommes. »

Il note que :
« Le ginseng est beaucoup utilisé en gériatrie », c’est-à-dire la médecine des personnes âgées [6].

Pour le Dr Ma Fan :
« On l’utilise surtout, soit pour les personnes âgées qui ont besoin de tonique, soit pour les gens qui ont vécu une grande maladie : opération, maladie chronique, etc.

On le prescrit également aux gens qui suivent une chimiothérapie ou une radiothérapie : là, cela va aider les défenses du corps.»
[7]

Et en effet, de nombreuses études ont montré que les personnes prenant du ginseng ont des risques nettement diminués de contracter une infection respiratoire ou un rhume [8].

Des fraudes depuis la Chine ancienne

Compte tenu de son intérêt médical exceptionnel, la racine de Ginseng fait malheureusement l’objet de fraudes depuis la Chine ancienne.

Aujourd’hui encore, c’est un produit qui est vendu sous les qualités les plus variables, depuis les filières de production jusqu’au marché de la revente.

Lorsque vous achetez du ginseng, veillez à choisir un produit fabriqué conformément aux monographies « Asian Ginseng » de la pharmacopée US, ou « Ginseng » de la pharmacopée européenne, qui ont défini les caractéristiques précises des racines.

Ensuite, le critère le plus important est de choisir du « Panax Ginseng » (il existe de nombreuses autres formes botaniques de Ginseng) à teneur garantie en ginsénoside, le principal ingrédient bio-actif.

Usage ponctuel ou prise régulière ?

Attention : le ginseng est un produit qui accélère le métabolisme. Cela veut dire que, quand vous en prenez, tout se met à fonctionner plus vite : vos muscles, vos neurones, etc.

C’est la raison pour laquelle vous ressentez ce coup de fouet quand vous prenez du ginseng. Vous avez envie de tout faire plus vite et plus fort. Votre esprit est plus alerte et certains témoignent d’avoir eu l’impression d’avoir à nouveau 20 ans.

L’OMS recommande donc de prendre le ginseng le matin à cause de son effet stimulant [9].

Employé de façon ponctuelle, il ne nécessite aucune précaution. Mais les personnes qui souhaitent une énergie accrue sur le long terme, et qui en prennent de façon permanente, ont alors des besoins plus élevés en minéraux, vitamines et autres nutriments, nécessaires à leur activité mentale et physique plus intense.

C’est pourquoi il est alors recommandé de consommer plus d’aliments riches en nutriments essentiels : légumes et fruits frais colorés, noix et oléagineux de toutes sortes, poissons gras, et d’augmenter la dose habituelle de multivitamines.

L’astuce du ginseng rouge

Dans le sillage du succès du ginseng dans le monde occidental est apparu le ginseng « rouge », qui est souvent vendu plus cher. Le ginseng rouge est préparé de façon traditionnelle en Corée mais il n’est ni plus efficace, ni plus précieux que le ginseng blanc.

Il n’existe pas de ginseng qui soit naturellement rouge. Le matériau de départ est toujours le ginseng blanc. Il est ensuite chauffé selon un procédé traditionnel pendant deux à trois heures par de la vapeur d’eau à 100°C. Ce traitement lui confère une couleur brun-rouge (caramélisation) à laquelle le ginseng rouge doit son nom.

Certains fabricants ajoutent malheureusement du sucre pendant la cuisson pour atténuer le goût amer du ginseng. Cela ne fait qu’aggraver la caramélisation du ginseng.

Le chauffage peut entraîner la destruction des ginsénosides qui sont principalement concentrés dans les couches externes de la racine. Par prudence, il vaut donc mieux l’éviter. Le ginseng blanc est cependant très difficile à trouver – surtout bio.

Quelle forme et quelle dose efficace ?

Le ginseng se présente sous de nombreuses formes, y compris frais. Mais, comme mentionné plus haut, il est alors très difficile d’en connaître la teneur réelle en éléments actifs.

C’est pourquoi il est nécessaire de l’acheter sous forme pharmaceutique, en extrait végétal normalisé, purifié et à teneur garantie en ginsénosides.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

[1] The world ginseng market and the ginseng (Korea)

[2] Ginkgo et ginseng: de la poudre aux yeux !

[3] « Lettre du père Jartoux, 12 avril 1711, dans « Lettres édifiantes et curieuses concernant l’Asie, l’Afrique et l’Amérique », vol. 3, p. 183, réédition A. Desrez, 1843.

[4] Kiefer D, Pantuso T., Panax ginseng. Am Fam Physician. 2003 Oct 15;68(8):1539-42 ; Attele AS, Wu JA, Yuan CS.Ginseng pharmacology: multiple constituents and multiple actions. Biochem Pharmacol. 1999 Dec 1;58(11):1685-93 ; Radad K, Gille G, Liu L, Rausch WD.Use of ginseng in medicine with emphasis on neurodegenerative disorders.J Pharmacol Sci. 2006 Mar;100(3):175-86. Epub 2006 Mar 4.

[5] Passeportsante.net, Ginseng

[6] Ginkgo et ginseng: de la poudre aux yeux !

[7] Ginkgo et ginseng: de la poudre aux yeux !

[8] Scaglione F, Cattaneo G, et al. Efficacy and safety of the standardised Ginseng extract G115 for potentiating vaccination against the influenza syndrome and protection against the common cold, Drugs Exp Clin Res 1996;22(2):65-72 ; McElhaney JE, Gravenstein S, et al. A placebo-controlled trial of a proprietary extract of North American ginseng (CVT-E002) to prevent acute respiratory illness in institutionalized older adults. J Am Geriatr Soc. 2004 Jan;52(1):13-9. Erratum in: J Am Geriatr Soc. 2004 May;52(5):following 856.

[9] Passeportsante.net, Ginseng

[10] Ni Xiu-zhen et al., Total Fractionation and Analysis of Polysaccharides from Leaves of Panax ginseng C. A. Meyer

[11] Kelly GS. « Larch arabinogalactan: clinical relevance of a novel immune-enhancing polysaccharide. » Altern Med Rev. 1999 Apr;4(2):96-103. Kim LS, Waters RF, Burkholder PM. « Immunological activity of larch arabinogalactan and Echinacea: a preliminary, randomized, double-blind, placebo-controlled trial. » Altern Med Rev. 2002 Apr;7(2):138-49

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Trophires : ces bons vieux suppositoires…

29/11/2018

Toux, bronchite, les suppositoires à l’huile essentielle d’eucalyptus Le suppositoire est une invention de la médecine arabe, ai-...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 2,90 / 5)
arrow Lire l’article

Chanvre et cannabis médicinal

09/10/2018

Clarifier le débat et les espoirs En déplacement en Allemagne, j’ai la surprise de trouver des graines de chanvre au buffet du pe...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,50 / 5)
arrow Lire l’article

Ce qu’on peut attendre du ginkgo

02/10/2018

Ginkgo : l’arbre de la circulation sanguine Le ginkgo est un arbre médicinal. De ses feuilles, on extrait des substances qu...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,08 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''La plante humaine qui vous ressuscite''

9
Poster un Commentaire

avatar
plus récents plus anciens
M.Reine G
M.Reine G

bonjour,

ce produit peut-il être administré à une personne greffée? compte tenu qu’il stimule, régule le système immunitaire ? ma fille a eu une greffe rénale en 2012.
merci de votre réponse.

vivi
vivi

mon commentaire s »ajoute aux précédents pour le même motif. Force est de douter à la lecture de vos analyses : En effet, vous précisez qu’il n’existe pas naturellement de ginseng rouge et qu’il faut se méfier de caramélisation qui confère une couleur rouge et vous conseillez immédiatement après le produit… Lire la suite »

chris
chris

Je suis d’accord avec Miralda, Je ne vous suis plus: vous nous dites evitez le ginseng rouge!! et vous nous en proposez à l’achat parce qu’il est bio!! pour ceux qui veulent!!! je préfére le bio mais quand le produit est médiocre. je le prend pas. Pour le rouge, je… Lire la suite »

Maithé
Maithé

Bjr..Juste une mise en garde pour les personnes n’ayant jamais consommé de Ginseng. Cette plante a provoqué chez moi de fortes palpitations cardiaque dés ma première prise et je n’ai aucun problème cardiaque à ce jour diagnostiqué C’est effet est parait il rare, mais existant.

Arnaud
Arnaud

Bonjour Professeur
Vous parlez très souvent du CURCUMA à prendre avec de l’huile.
Y a t’ il un dosage particulier et Doit on en prendre tous les jours.
En clair quelle est la meilleure posologie?
Je vous remercie beaucoup.
Michel

Miralda C.
Miralda C.

Cher monsieur Dupuis Je suis très étonnée de lire d’une part, que le ginseng « rouge » n’existe pas réellement, qu’il représente davantage une astuce de vente( en me référant au contenu de votre article !) et de lire d’autre part, en recommandation d’un produit à base de racine Ginseng Rouge !….… Lire la suite »