Cancer : l’importance de lutter contre l’inflammation

10/06/2016
Cancer : l’importance de lutter contre l’inflammation
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,00 / 5)

On sait depuis le XIXe siècle que tout cancer s’accompagne d’une inflammation.

Mais ce n’est que récemment qu’on a commencé à s’apercevoir que cette inflammation n’est pas la conséquence du cancer. Elle en est plutôt la cause. Par conséquent, que ce soit en prévention ou en accompagnement des traitements contre le cancer, il est important de lutter de façon mesurée contre l’inflammation. Je précise « de façon mesurée » car, nous allons le voir, l’inflammation a aussi son utilité.

L’inflammation facteur de cancer

Lorsque des tissus sont agressés et que des milliers de cellules meurent, elles émettent des substances chimiques qui vont déclencher une réaction inflammatoire.

Ainsi, lorsque vous vous piquez, brûlez, égratignez, mais aussi lorsque vous avez une infection d’origine virale ou bactérienne, vous pouvez avoir mal à un endroit donné. Cet endroit rougit, chauffe, gonfle : c’est une inflammation.

L’inflammation comporte 4 étapes :

  • Démolition : les cellules du système immunitaire viennent d’abord détruire l’agent responsable de l’infection (microbes) grâce à des molécules agressives, dont les très puissants radicaux libres.
  • Nettoyage et évacuation des déchets : elles nettoient ensuite les cellules mortes, grâce à des enzymes et évacuent les débris dans le flux sanguin ou par le pus.
  • Pose de nouvelle tuyauteries : elles font pousser de nouveaux vaisseaux sanguins pour faire parvenir au plus vite des nutriments et des cellules de remplacement là où les tissus ont été abîmés.
  • Reconstruction : enfin, elles aspergent les cellules environnantes de produits appelés « facteurs de croissance » et qui, comme leur nom l’indique, vont stimuler la reproduction des cellules aux alentours pour remplacer les cellules mortes et permettre la cicatrisation.

C’est un service « toutes options » que nous procure notre système immunitaire.

L’inflammation est donc un phénomène hautement souhaitable, lorsqu’elle est de durée limitée, et c’est pourquoi il vaut mieux, quand c’est possible, ne pas la combattre avec des médicaments anti-inflammatoires, qui retarderaient l’avancée des travaux.

Le revers de la médaille

Mais il y a un revers à la médaille. Un énorme revers.

Lorsque des tissus sont agressés de façon continue, pendant une longue période, une inflammation chronique (durable) s’installe. Chacun des mécanismes de l’inflammation décrits ci-dessous, qui paraissent si merveilleux, vont se révéler redoutablement efficaces pour favoriser l’apparition et le développement de tumeurs cancéreuses :

  • Démolition : les radicaux libres, qui détruisent les microbes et cellules malades, favorisent les mutations d’ADN dans les cellules saines et cancéreuses. Ces cellules mutantes risquent de devenir incontrôlables à leur tour, et d’accélérer la formation ou la croissance des tumeurs.
  • Nettoyage et évacuation des déchets : les enzymes, qui faisaient si bon office pour digérer les microbes et cellules mortes, fragilisent le support conjonctif des cellules. On sait que la division cellulaire est contrôlée par la présence, autour d’une cellule, d’autres cellules. Désolidarisée de ses voisines, la cellule perd l’autocontrôle de sa taille et de sa croissance. Elle se met à se multiplier de façon inconsidérée. Pire encore, en cas de tumeur, les enzymes peuvent les casser en petits morceaux qui vont rejoindre le flux sanguin et s’installer ailleurs dans l’organisme pour créer d’autres tumeurs.
  • Pose de nouvelles tuyauteries : c’est une catastrophe quand on a affaire à une tumeur. Plus d’irrigation sanguine, c’est évidemment plus de glucose et une croissance plus rapide. On notera que la recherche actuelle sur le cancer cherche précisément à créer des médicaments qui stoppent « l’angiogénèse », le mot qu’utilisent les médecins pour désigner le développement de nouveaux vaisseaux sanguins.
  • Reconstruction : c’est encore pire. Les facteurs de croissance accélèrent la multiplication des cellules cancéreuses.

Cette Bérézina due à l’inflammation est donc une catastrophe pour le malade.

Et encore n’ai-je pas tout mentionné, car il faut savoir aussi que l’inflammation favorise l’arrivée de macrophages au niveau de la tumeur, qui détruisent les cellules de votre système immunitaire (les lymphocytes tueurs) qui avaient précisément débarqué en urgence pour attaquer les cellules cancéreuses !!

Des cancers directement causés par l’inflammation

Ces phénomènes inflammatoires peuvent être si violents qu’ils peuvent créer des cancers de toute pièce, et pas seulement favoriser la croissance de tumeurs existantes.

C’est le cas du cancer de l’estomac, qui se développe suite à une inflammation provoquée par la présence d’une bactérie, l’helicobacter pylori, des hépatites B qui peuvent à terme virer en cancer des hépatocytes, du cancer de la prostate, provoqué par une inflammation de la prostate (prostatite).

Lutter contre l’inflammation

La lutte contre l’inflammation est donc indispensable, mais il ne faut pas faire n’importe quoi car votre corps a tout de même besoin de réagir pour détruire les cellules cancéreuses, grâce aux lymphocytes tueurs notamment.

La première chose à faire est de restaurer d’urgence, si ce n’est pas déjà fait, la teneur de vos tissus en acides gras oméga-3.

Ces acides gras, qui sont des sortes de stars de la médecine naturelle, ne peuvent être synthétisés par l’organisme. Vous devez vous les procurer par votre alimentation. C’est pourquoi ils sont dits « acides gras essentiels ». Le problème est que les produits alimentaires qui contiennent des oméga-3 ne sont plus guère consommés aujourd’hui. La plupart des gens n’en mangent jamais. On les trouve dans les petits poissons gras (anchois, harengs, sardines), dans l’huile de lin, de noix, de colza, dans le pourpier.

Une fois absorbés, le corps les transforme partiellement en EPA et DHA, puis en prostaglandines de type 1, dont l’action maintenant bien connue est anti-inflammatoire.

Ainsi, dans le sein, plus la proportion de DHA augmente, moins on constate le développement de tumeurs (travaux de Bougnoux, Inserm de Tours).

Lorsqu’un cancer avéré est traité par radio ou chimiothérapie, la tumeur régresse plus facilement lorsque les tissus sont riches en acides gras polyinsaturés (dont les oméga-3).

Il existe enfin des raisons de penser que la prise massive d’oméga-3 pourrait être bénéfique contre le cancer : sur des rats porteurs de tumeurs, des doses importantes de DHA font régresser les tumeurs de 60 % à une dose unique de radiothérapie, contre 31 % pour le groupe témoin (sans DHA).

L’idéal est d’avoir une alimentation contenant entre 1 et 4 doses d’oméga-6 pour 1 dose d’oméga-3. Ce ratio est difficile à obtenir dans l’alimentation moderne. Il sera bien souvent nécessaire de prendre des oméga-3 sous forme de complément alimentaire (softgels).

Produits naturels contre l’inflammation

La santé naturelle offre de nombreuses solutions contre l’inflammation chronique de l’organisme.

La plus connue est le régime hypotoxique du Dr Seignalet et plus récemment l’alimentation sans lait et sans gluten, avec cuisson à basse température (vapeur douce). On évite l’inflammation de l’intestin en évitant les blés modernes mal tolérés.

On peut aussi citer des substances anti-inflammatoires naturelles comme l’harpagophytum, le saule blanc, la grande camomille et le MSM, à prendre sous forme de gélules. Un autre complément alimentaire connu est la boswellia.

Mais les aliments anti-inflammatoires peuvent aussi être ajoutés directement dans votre assiette, sous forme d’aliments ou alicaments : des épices comme le curcuma, le gingembre et le poivre noir riche en pipérine.

De nombreux naturopathes recommandent enfin le Quinton isotonique, de l’eau de mer filtrée recueillie entre 10 et 30 mètres de profondeur au large des côtes bretonnes, au centre de tourbillons que l’on appelle vortex, puis coupée avec de l’eau de source faiblement minéralisée. Elle présente ainsi de fortes ressemblances avec le plasma sanguin.

Elle peut être utilisée en injections sous-cutanées (chez le médecin), mais aussi tout simplement en absorption orale (avaler par la bouche), après l’avoir gardée sous la langue une minute.

Antioxydants

Pour lutter contre les radicaux libres, ce sont bien sûr les antioxydants qui sont en première ligne : vitamine C et polyphénols, que l’on trouve en abondance dans les légumes frais et crus, et bien sûr dans les compléments alimentaires multivitamines à fort dosage (méfiance donc, face aux produits vendus en pharmacie ou au supermarché).

Les fameux « Anti-Cox2 » reviennent sur le devant de la scène.

On se souvient de l’énorme scandale des nouveaux anti-inflammatoires Vioxx et Celebrex. Lancés en grande pompe au début des années 2000 et présentés comme la panacée contre les douleurs, notamment l’arthrose, ils furent au cœur d’un énorme scandale et accusés de plus de 40 000 morts aux Etats-Unis.

Ces médicaments fonctionnent en diminuant l’expression de la Cox2, une enzyme qui intervient dans l’inflammation et qui :

  • Réduit l’apoptose cellulaire, la mort programmée de la cellule : les cellules cancéreuses se multiplient alors indéfiniment, contrairement aux cellules saines qui meurent après un nombre fixe de divisions.
  • Supprime les cellules du système immunitaire (lymphocytes tueurs) nécessaires pour éliminer les cellules cancéreuses.
  • Favorise la création de nouveaux vaisseaux sanguins (angiogénèse).

Imprudemment prescrits à des populations âgées et fragiles, ces médicaments ont, en effet, fait des désastres.

Toutefois, il a été démontré en médecine humaine comme en vétérinaire que de nombreux cancers présentent une surexpression de la Cox2 : cancers de la vessie, du côlon, du poumon, du sein, de l’estomac, du pancréas, de l’œsophage, de la peau et de la prostate.

Les médicaments anti-Cox2 pourraient donc être utiles contre le développement de ces tumeurs. Ce sont des produits banals, faciles d’emploi, mais néanmoins actuellement négligés dans les protocoles « de consensus » appliqués aux malades dans les services hospitaliers d’oncologie.

Toutefois, sachez que tout médecin généraliste est habilité et compétent pour prescrire ce type de médicaments. C’est toujours bon d’en être conscient.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,00 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

L’éboueur qui ne recevait jamais d’étrennes

27/07/2018

Votre foie, centre anti-poison de votre corps, et pourtant si souvent négligé Chère lectrice, cher lecteur, Notre foie est notre ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,90 / 5)
arrow Lire l’article

Cannabis légal : faut-il oser ?

10/07/2018

Le cannabis légal n’est pas le cannabis drogue Chère lectrice, cher lecteur, C’est la folie du cannabis « légal » en ce moment. D...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,25 / 5)
arrow Lire l’article

Ce printemps, je mange du foin

10/04/2018

C’est le moment d’aller cueillir la luzerne Chère lectrice, cher lecteur, « Il est bête à manger du foin ! », disait ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Cancer : l’importance de lutter contre l’inflammation''

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Cancer : l’importance de lutter contre l’inflammation"

avatar
plus récents plus anciens
Serge Dambrine
Serge Dambrine

Merci pour ces informations fondamentales pour comprendre et prévenir.
Y a-t-il un type d’inflammation (ou des types) propre(s) au cancer du poumon ?
Pardonnez la probable naïveté de la question…

florence lemoine
florence lemoine
Tout d’abord merci pour tous vos articles. Je vous lis depuis des années et je ne me lasse pas de toutes les informations si nécessaires à l’heure actuelle. Cela fait longtemps que mon mari (acuponcteur et herboriste) et moi faisons des recherches sur le vieillissement des cellules et nous sommes… Lire la suite »
PHILIPPE GAGNAIRE
PHILIPPE GAGNAIRE

Je voudrai savoir si l’anti cox 2 peut réduire les douleurs de l’artrose .
Dans quel cas peu*on en consommer , pour lutter contre quelles maladies?

Alain de Saint Salvy
Alain de Saint Salvy
Dr. Otto Warburg découvrait la cause réelle du cancer et en reçu le Prix Nobel en 1931. Dans son oeuvre, «Le Métabolisme des tumeurs» il démontra que toutes formes de cancer sont caractérisées par deux conditions fondamentales: l’acidose et l’hypoxie. Dr. Otto Warburg découvrait la cause réelle du cancer et… Lire la suite »
Ned
Ned
Il serait quand même plus simple de commencer à parler du SCORBUT maladie la plus mortelle aujourd’hui ! Puis de parler du reste ensuite … La plupart des malades sont des scorbutiques que la médecine VEUX ignorer (ça ne rapporte rien de donner de l’acide ascorbique trop vite !) .… Lire la suite »
Henri Vuilleumier
Henri Vuilleumier

Bonjour,
N’oublions pas l’huile de cameline bio, avec 35% d’omega3, dont personne ne parle malheureusement 🙂