Pilules : circulez, y a rien à voir !

31/10/2013
Pilules : circulez, y a rien à voir !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)

L’Agence européenne du médicament a publié un communiqué le 12 octobre 2013 expliquant que « les bénéfices de tous les contraceptifs oraux combinés (COC) continuent d’être supérieurs aux risques ».

Ce communiqué a été très largement relayé par la presse.

L’Agence européenne du médicament continue donc à recommander les pilules de 3e et 4e génération. Elle enfonce le clou après avoir déclaré, en mai dernier, être en faveur d’un maintien sur le marché européen de l’antiacnéique Diane 35, souvent prescrit aux adolescentes pour faire office de contraceptif.

Ces médicaments augmentent pourtant fortement le risque d’embolie pulmonaire, de cancer du sein et de l’utérus. (1)

Pourquoi vouloir faire courir des risques aux femmes ?

Pour les médicaments habituels, qui traitent un problème de santé, le rapport bénéfices/risques correspond aux chances de guérir par rapport au risque d’effets secondaires.

Par exemple, si un médicament a 50 % de chance de soulager l’arthrose et 10 % de risque de donner mal à la tête, on jugera que le rapport bénéfices/risques est positif.

C’est le rôle d’une agence comme l’Agence européenne du médicament d’éclairer le public sur ce point. Chacun peut ainsi choisir ses médicaments, sans dépendre de ce qu’affirme le fabricant.

Mais la pilule n’est pas un médicament comme les autres.

Son but est d’éviter de tomber enceinte. Il ne s’agit donc pas de guérir une maladie. C’est un choix personnel, qui dépend du projet de vie de chacun.

Pourtant, l’Agence européenne du médicament vous dit : « Par rapport à l’avantage pour vous et votre partenaire de pouvoir vivre votre sexualité sans avoir d’enfant, cela vaut le coup d’augmenter votre risque de mourir d’une embolie ou d’un cancer. »

Mais de quoi je me mêle ???

Est-ce le rôle des bureaucrates européens de prendre ce type de décision à la place des femmes ?

Une prise de position politique et non scientifique

Cette prise de position de l’Agence européenne du médicament a le mérite de mettre les choses au clair : cette agence joue un rôle politique, et non scientifique.

D’après les derniers chiffres publiés par l’Agence française du médicament, en août 2013, la baisse des ventes de pilules de 3e et 4e génération a été de 52,4 % par rapport à août 2012. Il y a donc péril en la demeure ! Il faut à tout prix persuader les femmes de reprendre leurs achats.

Pourtant les contrindications liées aux pilules de la première à la quatrième génération sont connues et établies depuis parfois près de 20 ans !

  • Peut-être avez-vous suivi la plainte, largement relayée par les médias cet été, d’une jeune femme handicapée à 65% des suites d’un AVC liée à la pilule de 3e génération. Les autorités sanitaires britanniques ont prévenu du risque élevé de thrombose liée à cette pilule… en 1995 (1).
  • L’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (IARC) considère la pilule cancérigène (1).
  • L’Institut National de Lutte contre le Cancer aux Etats-Unis considère que la pilule augmente le risque de cancer du sein, du col de l’uterus et du foie (1).
  • L’année dernière, une étude sur 1,6 millions de femmes publiée par le New-England Journal of Medicine a montré l’augmentation du risque d’accident vasculaire-cérébral et d’infarctus du pyocarde (crise cardiaque) quel que soit le type de pilule utilisé (1).

Si l’Agence des médicaments se plaçait sur le terrain scientifique, comme ses consoeurs anglo-saxones citées ci-dessus, elle vous dirait : attention, le risque de faire une embolie pulmonaire ou un cancer en prenant cette pilule est nul, faible, important ou de X%. A vous de voir si vous avez envie de courir le risque.

Elle informerait aussi le public des autres moyens de contraception, qui peuvent être tout aussi efficaces, plus pratiques, moins chers, et moins risqués pour la santé. Comme par exemple le stérilet, dont le coût est près de 100 fois moins cher pour une efficacité 10 fois supérieure et sans les risques et effets indésirables nombreux des pilules (1). Et si votre gynécologue vous dit encore qu’il y a un risque pour les femmes qui n’ont pas eu d’enfant, ce mythe a été invalidé scientifiquement (1)

Quant à expliquer pourquoi l’Agence des médicaments, qui a des millions à sa disposition, ne fait pas un dixième de ce travail… Et savoir qui la laisse ainsi répandre des informations trompeuses et incomplètes, qui mettent la vie de tant de femmes en danger ??

Vraiment, il y a quelque chose qui ne tourne plus rond dans ces « agences » qui nous gouvernent…

A votre santé quand même…

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Cancer : le journal Le Monde s’emmêle les pinceaux

30/05/2018

Halte aux fausses rumeurs sur le cancer Chère lectrice, cher lecteur, Les grands médias comme Le Monde, Libération, France Info d...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,75 / 5)
arrow Lire l’article

« Les coupeurs de feu, ça marche dans 80 % des cas »

11/05/2018

Le cancérologue Daniel Serin brise la loi du silence Chère lectrice, cher lecteur, « Les coupeurs de feu, ça marche dans 80 % des...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,57 / 5)
arrow Lire l’article

Avez-vous pris votre vitamine P ?

15/04/2018

Cette substance colorée protège vos cellules contre les radicaux libres Chère lectrice, cher lecteur, Le scientifique hongrois Al...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,33 / 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Pilules : circulez, y a rien à voir !''

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Pilules : circulez, y a rien à voir !"

avatar
plus récents plus anciens
Gaëlle
Gaëlle
Bonjour, je lis ici bcp de commentaires sur les diverses alternatives à la pilule mais personne n’a parlé de l’anneau vaginal… est-il aussi dangereux que la pilule? Je demande cela car j’ai des problèmes d’embolies pulmonaires et j’aimerais savoir si l’anneau est un danger pour moi ou pas. Ca reste… Lire la suite »
Y.L
Y.L

Bonjour
La contraception n’est pas forcément féminine. Il me semble pertinent de présenter les solutions de contraception masculine dans les alternatives à la pilule, tel que le très efficace «slip chauffant».
Plusieurs publications scientifiques existent sur le sujet.
Bien cordialement

mt
mt
et tous ces cancers du seins, jamais vus auparavant ? pillule ? moi, je l ‘ai toujours pensé ! moi, j ‘ai eu le stérilet, et je suis comme la dame d’un de vos courriers, j ai eu 3 bons fibromes, et on m a enlevé l’ utérus à 46… Lire la suite »
Sab L
Sab L
Merci pour cet éclairage très utile sur les différentes pillules. Votre alternative stérilet n’est pourtant ni favorable à la santé (les stérilets sont généralement  » soutenus » dans leur effet antinidatoire et donc abortif par un ajout d’hormones chimiques) ni au bien etre. Faites donc découvrir à vos lecteurs la méthode… Lire la suite »
katia
katia
Ohhh oui la méthode billings… Enfin méthode efficace et acceptable si : 1. on est installé dans un couple 2. Si on est pres a accepter un accident 3. si on souhaite plutot espacer des grossesses que les éviter. Je rapelle que la méthode de billings a un taux d’échec… Lire la suite »
Stéphanie G
Stéphanie G
Sans vouloir polémiquer sur les risques (réels) de la pilule, je trouve que votre remarque, c’est le monde à l’envers : autoriser les pilules de 3e ou 4e génération, tout en avertissant sur les risques, c’est prendre une décision à la place des femmes, mais l’interdire, ce n’est pas décider… Lire la suite »
Sylvie R.
Sylvie R.

Bonjour,
Ce n’est pas un avis que je viens noter ici mais une question concernant la contraception.
Un étude a-t-elle été faite sur la relation entre une prise de pilule contraceptive durant environ 20 à 25 ans et une ménopause précoce (40/45 ans?).
Cordialement
Sylvie R.