Ne vous acceptez pas comme vous êtes

14/04/2022
Ne vous acceptez pas comme vous êtes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Partagez cet article sur :

Ne vous acceptez pas comme vous êtes

Chère lectrice, cher lecteur,

Nous dépensons, collectivement, un temps et une énergie colossale à essayer de nous “accepter comme nous sommes”.

Dès leur plus jeune âge, nos enfants reçoivent l’ordre de “s’accepter comme ils sont”, comme si c’était le sommet de la sagesse, la clé du bonheur.

Mon expérience de la vie, et en particulier mon expérience de la maladie, m’a montré que c’était l’inverse qui était vrai :

Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ne s’acceptent pas comme ils sont.

Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui font un maximum d’efforts pour changer, en améliorant leur alimentation, leur mode de vie, leur façon de faire du sport, leur vie intérieure, leurs relations, etc.

Ainsi les diabétiques qui cherchent à manger moins de sucre s’en sortent mieux, tout comme :

  • Les patients cardiaques qui essayent de faire plus d’exercice physique et de mieux soigner leur alimentation
  • Les personnes qui souffrent de maladies auto-immunes et qui cherchent à éliminer les aliments auxquels elles sont intolérantes
  • Les insomniaques qui cherchent à modifier leur mode de vie pour retrouver le sommeil.
  • Etc.

La mentalité américaine

Pour avoir régulièrement visité les Etats-Unis, je suis convaincu que leur dramatique épidémie d’obésité est provoquée, au moins en partie, par la mentalité américaine qui veut que chacun doit s’accepter comme il est.

Cela commence à la maternelle : “Tu es en surpoids ? C’est ton droit, tu es comme ça, et c’est aux enfants de la classe de faire l’effort de t’accepter comme tu es. Ceux qui se moquent de toi doivent être punis, car ce n’est pas de ta faute.

Cela évite les humiliations, ce qui est une bonne chose. Mais, poussé trop loin, ce système déresponsabilise. Beaucoup d’adultes se retrouvent en situation d’obésité morbide, sans éprouver le besoin pressant de changer.

Ils se sont acceptés “comme ils étaient”. Personne ne leur fait de remarque, et eux-mêmes finissent par trouver ça normal.

Résultat, c’est une catastrophe pour eux, pour leur famille, et pour la société, et rien ne change.

Le paraplégique qui ne s’acceptait pas comme il était

A contrario, j’ai un exemple différent.

Il s’agit du cas d’un de mes amis qui s’est retrouvé paraplégique, à la suite d’un terrible accident de montagne.

La moitié gauche de son corps ne fonctionnait plus :

  • la moitié du cerveau était détruite
  • l’œil gauche ne voyait plus
  • le bras gauche ne répondait plus
  • la jambe gauche ne bougeait plus

Très actif, chargé de responsabilités professionnelles et familiales, voyageant aux quatre coins du monde et ne tenant pas en place, il s’est retrouvé du jour au lendemain sur un lit d’hôpital où il a dû rester des mois, et des mois, et des mois…

Dans son secteur de l’hôpital, des dizaines de personnes étaient comme lui, accidentées de la route, tombées d’un échafaudage, victimes d’un accident domestique ou d’agression…

Il m’a raconté comment, lorsqu’il vous arrive ce genre d’accident, vous commencez par :

  • perdre votre emploi
  • vous faire quitter par votre conjoint
  • puis progressivement être laissé de côté par vos amis et votre famille, qui ne peuvent pas passer leur vie à vous rendre visite.

Dans sa chambre d’hôpital, mieux vaut vous dire que la consommation de Prozac, de somnifères et d’antidouleurs était industrielle. La plupart sombraient peu à peu dans le désespoir, et leurs efforts pour “s’accepter tels qu’ils étaient” ne marchaient pas.

Mon ami a suivi la stratégie inverse : il a refusé absolument de s’accepter comme il était.

Il s’est battu comme un fou pour faire de la ré-éducation. Peu à peu, il a appris à manger seul, malgré une partie de sa bouche qui ne s’ouvrait pas. Il a appris à se brosser les dents, puis s’habiller et même mettre ses lacets.

Puis il a réussi à s’asseoir, se mettre debout, faire quelques pas puis marcher, nager, et même conduire une voiture.

Aujourd’hui, il est capable de marcher des heures en montagne, sac au dos.

Personne ne comprend comment c’est possible. Les médecins sont stupéfaits. Lui-même n’aurait jamais cru cela possible. Mais c’est une réalité.

Cette histoire, et tant d’autres qui existent, prouvent que l’homme recèle un potentiel insoupçonné. Quelle que soit notre situation, et notre expérience, nous n’avons en vérité aucune idée de ce que nous pourrions devenir si nous commencions, aujourd’hui, à donner tout ce que nous avons pour nous améliorer.

En santé, ne vous acceptez surtout pas comme vous êtes

Le pire domaine pour s’accepter comme on est est celui de la santé.

  • Qui peut prétendre qu’il n’a aucun moyen d’améliorer son mode de vie, de diminuer son risque de cancer ou d’Alzheimer ??

L’enjeu est d’autant plus grand que les excès existent dans les deux sens :

  • il y a ceux qui ne font pas assez de sport, mais aussi ceux qui en font trop
  • il y a ceux qui mangent n’importe quoi, et ceux qui se surveillent trop et sont dénutris
  • il y a ceux qui ne se reposent pas assez et ceux qui se reposent trop
  • ceux qui devraient se soigner et ceux qui se soignent trop…

Même l’alcool et le tabac, peuvent dans certaines circonstances avoir leur intérêt pour la santé, en tant que psychostimulants (le calumet de la paix a permis d’éviter bien des morts…)

Trouver le bon équilibre ne se fait jamais en claquant des doigts. C’est un patient travail de recherche, d’essais, d’erreur. Il faut lire des choses, se renseigner, se former.

De plus, les bons choix ne sont en général que provisoires, adaptés à nos contraintes du moment.

Toute notre vie, nous pouvons rester en vigilance pour faire les meilleurs choix pour notre santé.

Alors, s’accepter comme on est ? Surtout pas !

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Cultivez ce qui ne sert à rien

02/06/2024

Cher ami, Vous reconnaissez cette jeune femme ? Non… Et c’est normal. Car elle n’existe pas. Elle a été créée de toute pièce par u...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
arrow Lire l’article

Mon grand-oncle s’est décroché la mâchoire… En riant ! 

21/05/2024

Cher ami, J’adore mon grand-oncle John. C’est un ancien diplomate britannique d’1,95 m et, ce qui m’a toujours marqué chez lui, c’...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
arrow Lire l’article

Le monde est-il devenu plus méchant ?

30/04/2024

Cher ami, Il y a à peine 20 ans, ce genre de scène n’existait pas : C’est une nouveauté absolue sur des millions d’années d’évolut...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 4,00 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Ne vous acceptez pas comme vous êtes''
Subscribe
Me notifier des
guest

3 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Christine
Christine
2 années plus tôt

Vous parlez d’un ami qui a eu une paraplégie et ce que vous décrivez sont les symptômes d’une hémiplégie. Une hémiplégie gauche a presque toujours un potentiel de récupération. Ce qui n’est hélas pas le cas de la paraplégie. L’histoire vous racontez est un peu « boiteuse » si je peux me permettre.
Et au final pas si étonnante que ça .
Ceci dit, d’habitude j’apprécie beaucoup les écrits de nous envoyez. C’est vraiment une exception

Denyse
Denyse
2 années plus tôt

Bonjour,
Juste une précision :. l’ ami cité dans cet article semblait plus avoir une hémiplégie qu’une paraplégie!?! ou quadriparesie avec atteinte plus importante d’un côté!!!

Roudaire Fourny
Roudaire Fourny
2 années plus tôt

Article très intéressant, j’adhère à été façon d’envisager la vie, pourtant à 81 ans j’accumule beaucoup de problèmes, merci pour cette façon de penser

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous