Les Français ne réalisent pas ce qui va leur arriver

21/04/2020
Les Français ne réalisent pas ce qui va leur arriver
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 3,83 out of 5)

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye ment comme un arracheur de dents : voici pourquoi.

Hier matin (lundi 20 avril), sur France-Info, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a dû expliquer que les Français allaient pouvoir à nouveau organiser des mariages, après le 11 mai, début du déconfinement.

Réponse :

« Organiser un rassemblement le 12 mai pour un mariage, ce n’est sans doute pas une bonne idée vu l’état de circulation du virus aujourd’hui. Est-ce que vous voulez le faire en petit comité ou avoir toute votre famille et vos amis autour de vous ? C’est un choix personnel. Nous ne levons pas l’interdiction de rassemblement après le 11 mai et il faut que chacun puisse s’adapter dans ces circonstances-là ».  [1]

Vous avez remarqué : elle dit une chose, puis son contraire, dans la même réponse. Les Français ont le “choix personnel” d’avoir toute leur famille et leurs amis autour d’eux pour se marier SAUF QUE les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

Il n’y a donc aucun choix personnel à faire.

La porte-parole du gouvernement aurait simplement dû répondre “Non, ce ne sera pas possible”.

Mais elle n’ose pas le dire. Elle a PEUR de la vérité, tout comme la journaliste, tout comme les auditeurs, puisque plus personne ne s’étonne même que le porte-parole du gouvernement se contredise de cette façon, et mente comme Pinocchio.

Le reste de l’interview est du même acabit. On demande à Sibeth Ndiaye s’il sera possible, cet été de partir en vacances.

Elle n’ose pas expliquer que ce ne sera pas le cas.

Elle n’ose pas dire que, quand bien même le gouvernement Français autoriserait ses citoyens à partir à l’étranger, les autres pays refuseront qu’ils entrent sur leur territoire, car ils ne voudront en aucun cas accueillir des touristes provenant d’un des pays les plus touchés au monde par l’épidémie.

Sibeth Ndiaye préfère une réponse alambiquée, qui ne veut rien dire :

“Je ne peux pas vous dire ce qu’il en sera d’un voyage aux Etats-Unis, d’un voyage dans un pays africain ou asiatique, explique-t-elle, il serait mal aisé de dire que vous pouvez prendre un billet pour aller faire une croisière à l’autre bout du monde ».

La vérité, chers concitoyens, je vous la dis, moi : c’est que la belle vie est terminée.

La belle vie est terminée

Oui, la belle vie est terminée.

Depuis cinq siècles (Christophe Colomb, Vasco de Gama, Magellan…), les Européens avaient pris l’habitude de pouvoir se promener librement dans le monde entier.

Ils ne se posaient pas la question de savoir s’ils seraient bien accueillis ou non.

Pour eux, c’était une sorte de “droit divin”. Grâce à leurs navires, leurs canons, leurs arquebuses, leurs cuirasses, leur or, et aujourd’hui leur passeport et leurs cartes de crédit, les Européens pouvaient débarquer absolument n’importe où, des rivages de l’Amérique à la plus petite île d’Océanie.

Bien sûr, s’il y avait la guerre, ou des maladies, nous préférions éviter de nous y rendre.

Ainsi, peu de touristes européens sont allés ces dernières années visiter l’Irak, le Rwanda, le Yémen ou le Vénézuela en plein effondrement.

Mais il nous semblait naturel de pouvoir aller dans un aéroport et de partir pour n’importe quelle destination nous paraissant plaisante, de la Tanzanie à la Thaïlande, en passant par le Pérou, l’Australie, le Japon ou la Finlande.

Bien sûr, nous savions bien que, pour 90 % de l’humanité, cette possibilité de voyager n’existait pas.

Mais, que voulez-vous, ce n’était tout de même pas de notre faute si ces pauvres gens habitant le Paraguay, le Centrafrique, le Bangladesh ou l’Indonésie devaient rester chez eux,  si leurs gouvernements les empêchaient de partir, ou si le nôtre leur refusait les visas.

Bref, nous avons considéré le monde entier comme notre terrain de jeu. Nous avons oublié que nous avions apporté en Amérique le virus de la variole et de la grippe qui avaient tué sans doute cent millions d’Indiens. Ce n’était pas de notre faute, et puis nous, nous avions maintenant les vaccins, les antibiotiques, et le rapatriement sanitaire en avion médicalisé en cas d’urgence. Nous ne nous estimions donc “pas concernés”.

C’est ainsi qu’une industrie gigantesque, pour ne pas dire monstrueuse, du tourisme s’est développée dans le monde entier. A la Toussaint, à Noël, à Pâques, ou même sur un simple week-end, des millions d’Européens s’envolaient pour Ibiza, la Turquie, le Maroc, ou d’autres destinations plus lointaines pour les plus aisés.

Bien sûr, nous avons aussi observé que cet intense trafic aérien diffusait dans l’atmosphère un sacré paquet de cochonneries toxiques.

Chaque fois que nous avons décollé ou atterri, nous avons versé une larme de crocodile sur les millions d’habitants que nous apercevions à travers le hublot, et dont la vie avait été ruinée parce qu’ils avaient eu le malheur d’habiter à proximité d’aéroports devenu sources de nuisances sonores abominables.

Nous nous sommes rendus compte que des villes comme Venise, Florence, Djerba en Tunisie, Sharm-El-Sheikh en Egypte, jadis charmantes, étaient devenu des enfers pour leurs habitants.

Mais ce n’était pas notre problème.

Pour nous, c’était normal, un droit naturel, de naissance, et les autres n’avaient qu’à faire avec, et se taire.

Alors bien sûr, aujourd’hui, nos cerveaux n’ont pas encore “percuté”.

Nous n’avons pas compris que les autres peuples pouvaient désormais considérer notre venue, non comme un privilège, une bénédiction, mais comme une menace.

Nous supposons que, dès que nous allons décider de sortir du confinement, dès que nous allons estimer que nous pouvons repartir parce que notre sécurité nous paraît assurée, les habitants du monde entier vont bondir de joie et se réjouir de nous voir arriver en masse chez eux..

Mais en ce qui me concerne, mes chers amis, vous aurez compris que je ne suis pas tout-à-fait aussi optimiste.

Je surveille les informations et je constate déjà que des pays touristiques se barricadent contre les touristes. Ainsi les habitants de l’île d’Hawaï, destination favorite des Américains, demandent-ils aux touristes de ne plus venir (voir : https://www.theguardian.com/us-news/2020/apr/20/hawaii-coronavirus-covid-19-tourists).

J’anticipe une généralisation de ce type de réactions, si bien que, désormais, mieux vaut prévoir de passer nos vacances chez nous. Mais nous verrons bien assez vite…

A noter que Sibeth Ndiaye semble, elle aussi, avoir quelques doutes.

Même si elle n’ose pas le dire, pour ne pas nous faire mal au cœur, je rappelle qu’elle a tout de même invité à la prudence y compris pour les vacances…. en France, cet été.

“En France, je ne sais pas où nous en serons de l’évolution de l’épidémie, donc j’aurais tendance à appeler à un peu de patience et de prudence en la matière”, a- t-elle dit sur France-Info.

A bonne entendeur, salut.

Et, pour les enfants ou les adultes qui ne sont jamais partis à l’étranger de leur vie, mon conseil est de leur offrir, plutôt qu’une valise ou un sac-à-dos, de bons livres illustrés sur l’Inde, l’Afrique ou le Brésil, de beaux films de la collection “Connaissance du monde” (si cela existe toujours…), de beaux reportages documentaires, car il n’est pas dit que, prochainement, il leur sera donné d’aller voir de leurs propres yeux ce qui se passe au-delà de nos frontières (voire de nos départements).

Mais au fond, cela ne sera-t-il pas l’occasion de vivre enfin « local » ? Rappelons que, jusqu’à une date peu reculée, dans la plupart des pays d’Europe nous vivions étroitement « confinés » dans des villages, retranchés derrière des remparts, avec des hautes portes fortifiées que l’on refermait chaque soir à la tombée de la nuit. On ne sortait de la ville que prudemment, la journée, pour cultiver les champs, et partir en voyage ne serait-ce qu’à travers la forêt voisine comportait déjà le risque d’être trucidé par des bandits. C’était une époque difficile, c’est vrai, mais bizarrement on consommait aussi moins d’antidépresseurs et la nature, par ailleurs, semblait mieux s’accommoder d’êtres humains vivant de cette façon.

Mais au fond, cela ne sera-t-il pas l’occasion de vivre enfin « local » ? Rappelons que, jusqu’à une date peu reculée, dans la plupart des pays d’Europe nous vivions étroitement « confinés » dans des villages, retranchés derrière des remparts, avec des hautes portes fortifiées que l’on refermait chaque soir à la tombée de la nuit. On ne sortait de la ville que prudemment, la journée, pour cultiver les champs, et partir en voyage ne serait-ce qu’à travers la forêt voisine comportait déjà le risque d’être trucidé par des bandits. C’était une époque difficile, c’est vrai, mais bizarrement on consommait aussi moins d’antidépresseurs et la nature, par ailleurs, semblait mieux s’accommoder d’êtres humains vivant de cette façon.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 3,83 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Nouvelles du front

18/09/2020

Nouvelle édition des chiffres des décès du Covid-19 Ceci est la nouvelle édition de mon suivi bimensuel des chiffres de mortalité ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 2,60 out of 5)
arrow Lire l’article

De plus en plus de preuves scientifiques en faveur du masque

18/09/2020

Le masque vous protège et protège les autres Personnellement, le port généralisé du masque me donne l’impression de vivre un cauch...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 2,83 out of 5)
arrow Lire l’article

Guerre de l’information : mise à jour

01/09/2020

Guerre de l’information : mise à jour Comme promis, vous trouverez ci-dessous mon bulletin bimensuel des vraies courbes de d...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (6 votes, average: 3,67 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Les Français ne réalisent pas ce qui va leur arriver''
guest
85 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Uoretorix
Uoretorix
4 mois plus tôt

Je partage totalement votre analyse Monsieur Dupuis et les quelques commentaires négatifs ne doivent pas vous inquiéter ni vous faire renoncer à ce que vous croyez. Continuez de nous éclairer par vos connaissances et votre expérience et tant pis pour les aigris qui ne veulent pas comprendre et qui se complaisent dans leurs illusions.: « On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif  » dit le proverbe…

Pierre VIDAL
Pierre VIDAL
4 mois plus tôt

Il est étonnant ce JMD, parfois énervant mème, mais combien visionnaire…………. Ben oui…m’énerve, mais on l’aime

CHAVANES
CHAVANES
5 mois plus tôt

Bonjour Monsieur, Je choisi de me désinscrire de vos lettres car je ne supporte plus votre esprit contestataire pour faire « du buzz » comme disent les jeunes aujourd’hui… Je voudrais bien savoir comment vous vous comporteriez si vous étiez au gouvernement après nous avoir écrit au début de la période que ce virus, ce n’était rien du tout que cela passerait comme une petite grippe, vous profitez maintenant de « surfer » sur la vague contestataire si facile à entretenir dans nos esprits de confinés qui cherchent des solutions. Celles-ci ne passeront pas par des oppositions massives comme vous les prônez mais par… Lire la suite »

Patricia Cretin
Patricia Cretin
5 mois plus tôt

Bonjour Mr, Ces articles sont très intéressants, cependant je m’étonnes qu’il n’y ait pas plus d’info sur l’artémisia Annua pour guérir le Covid !!! Beaucop de gens aujourd’hui connaissent la vérité et il suffit de regarder ce qu’il se passe du côté de Madagascar… Alors oui cette plante est interdit par l’OMS (financé en grande partie par la fondation criminelle de Bill Gates qui préfère les vaccins évidemment) Il suffit de visionner le film Malaria Business, pour ce rendre compte de l’efficacité de l’Artémisia sur le Paludisme… Je vous rejoins sur le sujet de la Chloroquine qui n’a pas les… Lire la suite »

Mathilde
Mathilde
5 mois plus tôt

Bonjour Ma maman 78 ans m’a transféré votre mail qu’elle a trouvé intéressant ! Et bien moi je le trouve effrayant tant je trouve votre réaction contestataire avec une envie non dissimulée d’attiser la peur des gens. A mon avis vous n’avez aucun recul ni aucun discernement sur ce que vous entendez … vous affirmez ! Vous ne laissez aucun libre arbitre à vos lecteurs et profitez de leur confiance pour leur bourrer le crâne. Après la lecture de votre lettre j’en déduit que vous n’avez pas su comprendre les mots de Sibeth (que je n’apprécie pas pour autant) mais… Lire la suite »

Marie
Marie
5 mois plus tôt

Enfin, quelqu’un qui ose dire ce qu’on aurait dû dire depuis longtemps ! Vous avez mille fois raison, les gens se plaignent des salaires trop bas, mais dès qu’il y a un long w.e. ils sont dans les aéroports ! Avant on partait en vacances en juillet ou en août, maintenant, on part à chaque fois que les enfants scolarisés sont en congés ! Qu’importe qu’il y ait de si beaux endroits dans notre pays, ce qu’il faut, c’est pouvoir dire à tous qu’on est allé au bout du monde, toujours et encore le paraître ! Je ne veux pas… Lire la suite »

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda