L’enfance de Bouddha

17/07/2020
L’enfance de Bouddha
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (10 votes, average: 4,20 out of 5)

Bouddha a eu de la chance d’avoir un père bienveillant qui a su lui laisser le temps de grandir

Me voici en vacances dans le sud. C’est une maison avec un jardin très petit mais joliment planté et fleuri, derrière un mur en pierre sèche et une haie de cyprès et de lauriers roses.

Un vieil olivier, un figuier, un platane s’entraident pour nous protéger du soleil. Au milieu du jardin, un carré de pelouse bien irrigué, agrémenté d’une minuscule fontaine, fait la joie des enfants – et de leurs parents et grands-parents qui les regardent jouer.

Ce spectacle me rappelle… l’enfance de Bouddha.

L’enfance de Bouddha, dans un belle ville protégée par une muraille

On se souvient en effet que Bouddha était le fils d’un roi.

Averti par un ange avant la naissance de Bouddha que cet enfant connaîtrait un destin exceptionnel, ce roi avait fait construire pour lui une ville splendide, agrémentée de jardins, entourée de hautes murailles.

Son but était de protéger Bouddha de toute peine.

A l’intérieur des murailles, le roi ne permettait d’entrer qu’à des personnes, animaux ou choses capables de réjouir le petit Bouddha.

Toutes les choses qui risquaient de l’inquiéter, et de lui causer de la peine, seraient rejetées à l’extérieur, en particulier les animaux dangereux et les personnes méchantes, vieilles ou malades.

Le but du père de Bouddha, qui était un très bon père, très aimant, était de donner à Bouddha l’amour de la vie.

Ce n’est qu’une fois que Bouddha aura appris à apprécier les joies de l’existence qu’il franchira les murailles et ira se confronter avec le mal, la maladie, la vieillesse et la mort.

Le jardin, un endroit protégé où l’on peut grandir, se reposer, se régénérer, pour mieux affronter les difficultés du monde extérieur

Cette histoire est pleine de symboles très intéressants sur la façon de préparer des enfants à la vie, en espérant qu’ils atteignent le même degré de sagesse que Bouddha.

On en retrouve des traces dans notre culture. Le mot “paradis” est issu d’une langue très ancienne, l’iranien avestique, dans laquelle pairidaēza, signifie “jardin royal entouré de murs”.

Dans la mythologie grecque, on connaît aussi le “jardin des Hespérides” où est planté un pommier produisant des pommes d’or, arbre malheureusement habité par un terrible serpent.

Pour nous, le jardin est un symbole du monde idéal : la Nature s’y exprime, elle donne des fruits délicieux, mais elle est domestiquée, canalisée, et ses aspects menaçants et dangereux pour l’homme sont réduits au minimum.

On favorise les aspects nourriciers et esthétiques de la Nature. Les murs empêchent les menaces d’y pénétrer. De taille toujours limitée, puisque clos, le jardin est une petite parcelle du monde que nous pouvons cultiver à la mesure de nos forces. On y élève des animaux en les protégeant des prédateurs, on sélectionne les plus belles fleurs, fruits, arbres, plantes, légumes. On tient en respect les espèces invasives.

Le jardin est un symbole de la vie : il n’est jamais parfait. Aussi propre et bien léché qu’il soit, il réclame des soins constants, sans quoi rapidement le chaos s’installe. A tout moment menacent les maladies, les pestes, la sécheresse ou l’inondation. Toujours un serpent s’y cache, et il faut donc veiller à ne pas se laisser piquer.

Le beau jardin est le lieu de l’équilibre : il faut ni trop ni trop peu de soleil, d’humidité, d’animaux et même de plantes, sans quoi on se sent envahi. Des espaces de respiration sont nécessaires, tout comme des endroits cachés, secrets.

Le jardin est le lieu où on apprend à aimer la vie

Le père de Bouddha ne s’y était pas trompé : le jardin est le lieu où on apprend à vivre et à aimer la vie. C’est l’endroit idéal pour les enfants, qui n’ont pas encore la force physique et psychique pour affronter les dangers déchaînés du monde extérieur.

En jouant dans le jardin, ils se forgent les armes pour affronter le chaos de la vraie vie, et éventuellement le pacifier, l’ordonner.

Dans son jardin, l’enfant est sorti de la maison paternelle, mais pas encore livré à lui-même dans le vaste monde. C’est un lieu intermédiaire.

Un enfant qui serait précipité, tout petit, sans protection et sans force, face aux défis accablants du monde des adultes, ne pourra pas se développer. Il se sentira, à juste titre, écrasé par des forces qui le dépassent, et deviendra anxieux, dépressif et passif.

Il faut d’abord avoir appris à aimer la vie pour ensuite avoir une bonne raison de vouloir se battre contre les dangers.

D’abord protéger les enfants, leur donner le temps de grandir pour pouvoir, ensuite, affronter le monde

C’est pourquoi on faisait attention autrefois de ne pas parler aux enfants de tous les malheurs, tous les dangers qui les attendaient, plus tard.

“Ce n’est pas de ton âge” n’était pas une remarque sadique, d’adultes profitant de l’ignorance des enfants pour se réserver égoïstement des connaissances intéressantes, mais au contraire un moyen de les protéger contre des choses trop dangereuses pour eux.

Aujourd’hui nous n’hésitons pas, au nom des nécessaires “prises de conscience” écologiques, sociétales et autres, à expliquer à des jeunes que des menaces dramatiques, existentielles, pèsent sur leur tête. On leur expose, sans précautions, toutes les horreurs dont l’humanité est capable, et bien souvent avec des images crues.

Nous espérons ainsi les “conscientiser” et leur donner l’énergie et la force de s’engager, le plus tôt possible, à la façon de Greta Thunberg. Nous espérons en faire ainsi des activistes, mobilisés pour résoudre les problèmes de la société et de la planète.

Mais est-ce raisonnable et prudent ? N’y a-t-il pas un risque d’y aller trop fort et de fabriquer, plutôt que des bâtisseurs, des générations désespérées, convaincues qu’il est désormais “trop tard”, et qu’il est donc inutile d’agir, à part pour “détruire le système” ?

Le père de Bouddha, lui, voyait les choses autrement et, me semble-t-il, plus sagement.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (10 votes, average: 4,20 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Pourquoi je me fais vacciner dès que possible

29/01/2021

Pourquoi je me fais vacciner dès que possible C’est décidé, je me fais vacciner contre la Covid dès que possible. Vais-je subir de...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (146 votes, average: 2,08 out of 5)
arrow Lire l’article

Vitamine D : le sketch

29/01/2021

Vitamine D : le sketch “Covid-19 : 73 experts lancent un appel pour qu’on donne de la vitamine D à la population française” (Franc...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (6 votes, average: 4,67 out of 5)
arrow Lire l’article

Nouvelles du front

17/12/2020

Nouvelles du front   Tous les jours en regardant les nouvelles sur le Covid, je me désole pour les milliers de familles en de...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (8 votes, average: 3,75 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''L’enfance de Bouddha''
guest
27 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Claire T
Claire T
3 mois plus tôt

<<Donnez-nous donnez-nous des jardins
Des jardins pour y faire des bêtises
D’où l’on revient des p’tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise…… >> 🙂

Claire
Claire
3 mois plus tôt

Bravo pour ce bel article.

Claire
Claire
3 mois plus tôt
Reply to  Claire

Je suis d’accord avec vous ! Je ne savais pas que j’avais une homonyme ou alors je ne me souviens plus de mes publications ! Amicalement, Claire T

Pierre Dercy
Pierre Dercy
3 mois plus tôt

L’enfance, c’est l’insouciance. Il faut préserver cela. Chaque chose en son temps.
Les difficultés de la vie viendront bien assez tôt.

Marc Gratas
Marc Gratas
3 mois plus tôt

Intéressant, mais vous semblez oublier que ce prince s’il n’était jamais sorti de ce magnifique jardin ne serait jamais devenu le Bouddha c.a.d.  » L’éveillé  » il serait resté Siddddharta Gautama jusqu’a la fin de ses jours.

Océlyane
Océlyane
3 mois plus tôt

Buddha est un modèle d’intelligence et de bonté que j’admire et sur lequel je m’appuie souvent ; à l’absolu, la stratégie de son père est tout à fait valable ; cependant elle a ses limites ; en effet, j’ai été élevée exactement suivant ce modèle ; malheureusement lorsque j’ai quitté le foyer paternel, je ne savait rien de la « vraie » vie et mal préparée j’ai commis beaucoup d’erreurs( pas de « fautes » moralement répréhensibles), erreurs que je paie encore aujourd’hui à 71ans. Je pense que l’introduction des enfants au monde réel doit se faire progressivement en fonction de leur capacité à… Lire la suite »

Yves P.
Yves P.
3 mois plus tôt

Excellent article, encore une fois! C’est vrai que pour construire un beau monde, il faut avoir de bonnes pensées positives, la haine et le désespoir n’amènent que guerres et destruction. Une lettre à lire a tous les parents et futurs parents afin que les générations futures se reconstruisent ce monde que nous avons presque détruit.

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous