« En 30 ans, ça ne m’était jamais arrivé… »

17/05/2015
« En 30 ans, ça ne m’était jamais arrivé… »
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)

Mardi 31 mars, panne de batterie.

J’ouvre la portière de ma voiture pour la pousser de quelques mètres et paf, elle heurte un réverbère.

La tôle est défoncée sur quelques centimètres. Cela se voit à peine, mais c’est assez pour gêner la fermeture de la porte.

J’appelle mon fidèle garagiste. Il me promet une réparation rapide pour 470 euros, changement de batterie inclus. J’accepte le devis, et le voilà qui arrive avec sa dépanneuse.

Une heure plus tard, coup de téléphone :

« Monsieur Dupuis, je vous assure, en 30 ans, cela ne m’était jamais arrivé… »

Mal arrimée, ma voiture était tombée de la dépanneuse. Le capot, le radiateur, les deux ailes avant sont écrabouillés. L’expert en assurance déclarera une perte totale, pour une voiture qui était presque neuve (enfin, elle avait 5 ans mais je l’avais peu utilisée).

Vous allez me dire : « Jean-Marc, tout ça est dommage, mais quel rapport avec la santé ? » Vous allez voir…

Moins de médecine, plus de santé

Selon le professeur de médecine H. Gilbert Welch, auteur de « Moins de médecine, plus de santé » [1], les médecins se sentent souvent obligés de faire quelque chose, prescrire des médicaments, des analyses, des radios, pour satisfaire leurs patients.

Ils se sentent obligés, simplement parfois pour leur donner l’impression de les avoir compris. Ils savent en effet que, pour nombre de patients, un bon médecin est un médecin qui prescrit beaucoup de médicaments, qui n’hésite pas à leur donner un arrêt maladie ou à les envoyer chez un spécialiste.

S’ils résistent, ils courent le risque de voir leurs patients partir chez un autre médecin, plus « compréhensif ».

C’est un des effets pervers les plus graves de notre système de santé.

Car, comme dans le cas de ma voiture, totalement détruite alors qu’elle n’avait à la base qu’un « petit bobo », de nombreux patients sous-estiment gravement le risque de se faire traiter médicalement.

Pourquoi les meilleurs médecins, souvent, ne font rien

Non seulement, ce système entraîne une hausse catastrophique des dépenses de santé, avec pour conséquence inévitable que des soins par ailleurs indispensables commencent à être rationnés ou déremboursés (par exemple, le dosage de vitamine D).

Mais cette surmédicalisation a bien d’autres inconvénients cachés.

C’est pourquoi le Dr H. Gilbert Welch explique que « les meilleurs médecins, souvent, ne font rien » [2].
« Un médicament qui fait baisser la glycémie (taux de sucre sanguin) peut réduire excessivement le taux de sucre. Cela n’est pas bon pour le cœur ni pour le cerveau. Un scanner de la colonne vertébrale permettra presque toujours de trouver quelque chose d’anormal dans votre dos, comme cela arrive même chez les personnes qui n’ont pas mal au dos. Cette anomalie n’aura presque certainement aucun lien avec votre mal de dos, mais elle procurera néanmoins une raison de vous opérer du dos (ce qui peut entraîner de graves conséquences, comme changer une douleur temporaire en un mal de dos chronique). Si vous avez mal à la tête et qu’un scanner du cerveau ne révèle rien d’anormal, votre neurologue peut vous prescrire un examen du cou par ultrasons. Tandis qu’il vérifie l’irrigation sanguine de votre cerveau, votre radiologue peut tomber sur un petit cancer de la thyroïde. Et maintenant, vous avez vraiment un gros problème. Parce que vous subirez une intense pression pour « faire quelque chose » (bien que, en cherchant bien, on trouvera de petits cancers de la thyroïde chez de nombreux adultes). »

Le cancer de la thyroïde, comme celui de la prostate chez les hommes de plus de 75 ans, est en effet très courant et, la plupart du temps, ne tue pas. S’il n’avait pas été diagnostiqué, la plupart des patients ne se seraient jamais aperçus de rien, et seraient morts d’une autre cause.

Par contre, l’opération du cancer de la prostate provoque des problèmes d’incontinence et d’impuissance. En cas d’ablation totale de la prostate, ceux-ci apparaissent dans 93 % des cas, selon une toute récente étude danoise [3].

L’ablation partielle ou totale de la thyroïde, elle, entraîne en cascade des problèmes de déséquilibres hormonaux, avec des effets potentiels à tous les niveaux de l’organisme, y compris le moral et la joie de vivre. En effet, les hormones thyroïdiennes régulent le fonctionnement de chacune des cellules de votre corps [4].

Une bonne relation avec votre médecin

Que diriez-vous d’un conseiller financier qui vous dirait à chaque rencontre de faire de nouveaux placements ? D’un agent d’assurance qui vous conseillerait constamment d’augmenter votre couverture ? Ou d’un dentiste qui voudrait à chaque fois vous passer aux rayons X ?

Le fait est que les vrais professionnels n’ont pas besoin d’intervenir en permanence. De la même façon que vous pouvez vous réjouir si votre dentiste, après vous avoir inspecté la bouche, vous déclare qu’il n’y a rien à faire, ne soyez pas déçu si votre médecin ne vous fait pas d’ordonnance à la fin de votre consultation.

Ce n’est pas de l’incompétence. Bien au contraire, ce sont les meilleurs médecins, les plus sages, les plus expérimentés qui osent dire à leurs patients que le mieux est de ne pas toucher à leur problème de santé, de laisser agir les forces d’autoguérison de votre corps.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

[1] Amazon, Less Medicine, More Health: 7 Assumptions That Drive Too Much Medical Care

[2] Why the Best Doctors Often Do Nothing

[3] Erection probs common after prostate surgery

[4] Pour en savoir plus, voir : Fonction de la glande thyroïde

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note pour le moment)
Cliquez ici pour voir les commentaires

Découvrez les articles qui concernent ...

Cancer : le journal Le Monde s’emmêle les pinceaux

30/05/2018

Halte aux fausses rumeurs sur le cancer Chère lectrice, cher lecteur, Les grands médias comme Le Monde, Libération, France Info d...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,00 / 5)
arrow Lire l’article

« Les coupeurs de feu, ça marche dans 80 % des cas »

11/05/2018

Le cancérologue Daniel Serin brise la loi du silence Chère lectrice, cher lecteur, « Les coupeurs de feu, ça marche dans 80 % des...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,39 / 5)
arrow Lire l’article

Avez-vous pris votre vitamine P ?

15/04/2018

Cette substance colorée protège vos cellules contre les radicaux libres Chère lectrice, cher lecteur, Le scientifique hongrois Al...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,25 / 5)
arrow Lire l’article

Commentaires sur l'article
''« En 30 ans, ça ne m’était jamais arrivé… »''

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "« En 30 ans, ça ne m’était jamais arrivé… »"

avatar
plus récents plus anciens
cecile
cecile
Je suis tout à fait d’accord avec vous, toutefois à force de ne plus agir les médecins nous laissent souffrir. Dans mon cas ma vésicule n’est qu’un agglomera informe de calculs qui me pourrit la vie au quotidien, douleurs insupportables, gros ventre, dégoût alimentaire, fatigue….je suis obligée de faire du… Lire la suite »
Liliane G-N
Liliane G-N
Je ne suis pas du tout d’accord avec vous dans cet article. Je pense que les médecins, depuis que la CPAM leur donne ou pas des bonnes notes, ont tendance à avoir la science infuse, à ne plus prescrire d’examens complémentaires, à troquer le serment d’Hippocrate contre le serment d’allégeance… Lire la suite »
Christian A.
Christian A.
Sans être un spécialiste de santé puisque je ne suis qu’un simple plombier, j’ose dire que pour ce qui concerne la mienne je ne connais qu’un spécialiste, moi. Quand je vais voir mon médecin, c’est uniquement pour qu’il m’aide à comprendre ce qui m’arrive et trouver l’origine du dysfonctionnement. De… Lire la suite »
Junisa
Junisa
Merci, Monsieur Dupuis. Vous confirmez ce que je pense depuis près de 50 ans;ce que j’applique aussi chez moi. Mais nul n’étant prophète en sa demeure, je n’ai pu convaincre ni ma mère, ni ma soeur qui se gave de prescriptions médicales allopathiques toutes plus nocives les unes que les… Lire la suite »
Alexandra L.
Alexandra L.
Ce que vous dites me fais penser à une question qui me taraude depuis quelques années; car ayant 53 ans les médecins que je rencontre ( dont gynécos) insistent sur le fait que je passe régulièrement la mammographie ( tous les 2 ans) chose que je ne fais pas; vue… Lire la suite »
DUBOIS
DUBOIS

je n’ai plus de thyroïde car j’avais des gros nodules dont 1 était cancéreux, et maintenant tout va bien, avant j’étais toujours fatiguée et déprimée. Mon traitement est bien équilibré et ça va beaucoup mieux. Comme quoi ce n’est pas pareil pour tout le monde !

mery
mery

Merci Mr Dupuis pour cette lettre d’une pertinence absolue.

Cordialement