Manger du chardon ? Quelle drôle d’idée

16/02/2016
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,5 / 5)

Les ânes et les lamas ont l’étonnante capacité de manger, et même de se régaler, de chardons !

Imaginez ces milliers d’épines dures s’enfonçant dans les lèvres, les gencives, la langue, se coinçant entre les dents, au moment où ils mordent goulûment un chardon adulte hérissé de piques !!! La douleur, le sang qui coule, l’horreur !

J’ai cherché des explications pour savoir, comprendre comment c’est possible. Mais en vain.

Si donc vous, cher lecteur, connaissez le truc des ânes et des lamas pour manger des chardons sans se blesser, merci de me l’indiquer et je partagerai l’information !

Les poneys et moutons mangeraient, eux aussi, les chardons. Mais ils se contentent des jeunes pousses, encore (relativement) tendres et peu dangereuses.

Toujours est-il que ces animaux ne sont pas bêtes. Car s’ils mangent des chardons, c’est que ces plantes ont des qualités nutritives et médicinales exceptionnelles. Vous aussi, vous pourriez en profiter, à condition de bien choisir vos chardons et de les préparer comme il faut.

C’est ce que nous allons voir.

Tout est bon dans le chardon !

Il existe de nombreuses variétés de chardon.

Nous les confondons allègrement, sous prétexte qu’ils ont des feuilles vertes, dentelées, terminées par de cruelles épines.

Mais promenez-vous aux abords des potagers, sur les talus, dans les friches, près des zones agricoles. Vous remarquerez un chardon aux feuilles veinées d’un blanc laiteux.

chardon marie

Ces traces blanches, figurez-vous, ont été laissées par le lait coulant du sein de la Vierge Marie elle-même, alors qu’elle fuyait en Egypte. Elle se serait arrêtée près d’un chardon pour allaiter l’Enfant Jésus, recherché par le Roi Hérode qui, pour écarter un rival, avait organisé un pogrom de jeune enfants mâles, le « massacre des Innocents ».

C’est du moins ce que racontent les Anciens, qui le baptisèrent pour cette raison chardon-Marie. Pas de faute de frappe, donc, au M majuscule dans le nom, il s’agit bien d’un nom propre.

Le chardon-Marie appartient à la même famille que l’artichaut, les astéracées, ainsi nommés à cause de leurs feuilles en forme d’étoile (aster veut dire étoile en latin).

Derrière la barrière épineuse, chez le chardon-Marie adulte, vous trouvez un cœur tendre, délicieux.

Si vous parvenez à saisir les feuilles avec des gants, et à les couper avec un bon petit couteau, il vous suffira d’enlever les épines pour les cuisiner comme des côtes de bette. Elles sont succulentes en sauce blanche ou en ragoût.

Le jeune chardon-Marie n’a pas encore de cœur. Mais ses feuilles sont alors si tendres qu’on peut les manger en salade ou cuites comme des épinards.

Les tiges florales, enfin, peuvent être mangées pelées et cuites à l’eau, comme des asperges. On ne s’étonnera donc pas que le chardon-Marie ait longtemps été cultivé dans les potagers, et non pourchassé au Round-Up comme aujourd’hui !!

Au XXe siècle, le chardon-Marie révèle ses secrets médicinaux

Le chardon-Marie était donc un aliment recherché, mais il était aussi utilisé pour ses vertus médicinales par les Grecs, qui avaient remarqué ses pouvoirs contre les maladies du foie, ce que les médecins appellent « troubles hépatiques » (cela veut dire la même chose).

L’historien Pline l’Ancien recommandait d’en consommer le jus mélangé à du miel pour « éliminer les excès de bile ».

Mais la substance active du chardon-Marie fut découverte en 1968 : la sylimarine.

Il s’agit d’un mélange de substances thérapeutiques dont le composé principal est la silibinine. Elle est extraite des graines mûres de chardon-Marie. Quand je vous disais que « tout est bon, dans le chardon ! »

La sylimarine est très efficace contre les hépatites (inflammation du foie), cirrhose (destruction du foie souvent causée par l’alcool), les calculs biliaires (cailloux), la jaunisse et les intoxication médicamenteuses [1].

Elle est même capable de protéger le foie contre les agressions de produits chimiques, et devrait être consommée régulièrement par les personnes qui manipulent beaucoup de produits chimiques (peintures, teintures, nettoyage à sec, solvants, médicaments) dans leur métier [2].

Pour vous donner une idée de sa puissance, c’est un dérivé de la silymarine tirée des graines de chardon-Marie qui est injecté par les médecins aux personnes qui se sont intoxiquées en mangeant des champignons vénéneux, et normalement mortels, comme les amanites phalloïdes !

On peut donc parler d’un véritable don du Ciel fait aux Hommes. Don dont certains se sont d’ailleurs emparés puisqu’un médicament, le Legalon, à base de chardon-Marie, est aujourd’hui commercialisé par une compagnie allemande contre les maladies du foie.

Toutefois, pendant ce temps, le chardon-Marie continue à pousser dans les jardins, dans les allées, où on le laisse vivre.

Alors pitié pour les chardons-Marie que vous trouvez sur votre chemin. N’oubliez pas qu’ils ne sont pas là par hasard. Ils ne sont pas là juste pour vous embêter et vous piquer !

C’est potentiellement votre nourriture qui se trouve là, votre médicament.

Un jour, ami lecteur, il pourrait te sauver la vie. Respecte-le, tu peux le manger, mais ne le détruit pas par ignorance !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

[1] Chardon-Marie

[2] 1. Luper S. A review of plants used in the treatment of liver disease: part 1. Altern Med Rev. 1998 Dec;3(6):410-21. Review. Texte integral : www.altmedrev.com 2. Pizzorno JE Jr, Murray Michael T (Ed). Textbook of Natural Medicine, Churchill Livingstone, États-Unis, 1999, p. 948

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 3,5 / 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires

Découvrez les articles qui concernent ...

Comment j’ai voyagé dans le temps

13/08/2017

Chère lectrice, cher lecteur, Je reviens du Ballenberg. C’est un lieu caché au plus profond de la Suisse centrale. Sur 600 000 mè...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,0 / 5)
arrow Lire l’article

Le petit poisson à manger cet été

20/07/2017

Elle n’est plus à la mode mais la sardine reste un des meilleurs poissons : Riche en oméga-3, pauvre en mercure, 0 % de sucre, pl...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 4,0 / 5)
arrow Lire l’article

Nouvel assaut contre les médecines naturelles

21/05/2017

Les médecines naturelles sont victimes d’une nouvelle attaque violente, qui vient cette fois des États-Unis. Deux chercheuses, Je...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (note moyenne: 2,5 / 5)
arrow Lire l’article

Commentaires sur l'article
''Manger du chardon ? Quelle drôle d’idée''

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Manger du chardon ? Quelle drôle d’idée"

avatar
anne querrien
anne querrien
Il me semble que dans mon ile bretonne (brehat) quand j’étais gamine les deux vieilles paysannes qui faisaient paître leur vache et leurs moutons dans la prairie devant chez nous, cueillaient les chardons, comme d’ailleurs les orties, pour les manger, et les laissaient soigneusement pousser dans la prairie maintenant la… Lire la suite »
QUILLET Jean-Paul
QUILLET Jean-Paul

J’ai oublié: je lis tjrs vos lettres avec plaisir! Quand je veux des précisions—> google!!!

QUILLET Jean-Paul
QUILLET Jean-Paul
Au bled marocain, j’ai observé des chameaux manger du « figuier de barbarie »: un marocain m’a explqué « ils machouillent longuement afin de ramollir les épines (qui sont en réalité les feuilles adaptées à la sècheresse enroulées en épines pour ne pas transpirer et laisser l’eau dans les tiges) Quand, au bout… Lire la suite »
pecheux jacqueline
pecheux jacqueline

bonjour,ayant ane,poneys et chevaux,ce que je remarque c’est que,apres avoir coupe le chardon il devient tendre et peut etre grignote;mais en effet chevre et moutons et poneys prennent la fleur;
merci de vos lettres.

GALLET Marielou
GALLET Marielou
J’aime beaucoup lire vos articles cela me rappelle ma jeunesse où ma mère m’a appris à consommer des plantes trouvées dans a nature , ce que je fais toujours à 77 ans !!!! c’est le secret de mon apparence car lorsque je dis mon âge personne ne me crois, et… Lire la suite »
Veyrat
Veyrat
Bonsoir, Je crois que les astéracées ne sont pas classées parce que leurs feuilles sont en étoile (voir exemple connu : le pissenlit qui n’a pas ses feuilles en étoiles) mais bien par leurs capitules que l’on appelle « fleur » à tort parce qu’il s’agit en fait d’une multitude de fleurs… Lire la suite »
wpDiscuz